25/07/2016

AWANS, 21 juillet 2016:Discours du Bourgmestre.

laü 

PHL.jpg

 

Discours du Bourgmestre le 21 juillet 2016

Mesdames et Messieurs, membres des Conseil communal et CPAS,

Messieurs les représentants des forces de l’ordre,

Mesdames et Messieurs les Représentants des Associations patriotiques,

Chers concitoyens, Chères concitoyennes,

 

Il est temps que la population retrouve confiance dans les Institutions ! En ce 21 juillet, c’est en ces termes que je souhaiterais entamer mon discours. N’avez-vous pas été interpellés, voire choqués par les sifflets de la foule, à l’arrivée, à Nice, du 1er ministre du grand pays qu’est la France, pour rendre hommage aux victimes de ce nouvel attentat, France connue pour ses valeurs républicaines, ? Et dans la foulée, les applaudissements en faveur des corps constituant les services de secours ?

La question se pose : Les secours comme toute autre émanation publique ne constituent-ils pas la prolongation naturelle des décisions prises par l’autorité qui incarne, elle, les Institutions ?

La réconciliation entre les citoyens et ceux qui les gouvernent est, à mon sens, une des clés qui permettrait, à notre pays aussi, de se rassembler autour des valeurs qui sont universelles et nôtres, et que je n’hésite pas à associer à ce jour anniversaire de prestation royale de Léopold 1er.

 

L’actualité va pourtant à contre sens. En Turquie, aux frontières de l’UE, les traits d’ATATÜRK se font moins sûrs. La purge opportuniste, semble-t-il, d’un parti s’appuyant sur les masses populaires a cours. Demain, que restera-t-il du bel équilibre de ce pays dont la marche suivait le courant européen ? Qu’adviendra-t-il de cette puissance, vidée de sa population éclairée par les lumières turques du 19ème siècle ? Un Moyen-Orient décidément déchiré entre le choix de la soumission à la loi de Dieu ou du pouvoir militaire.

 

Pour en revenir à la France, je vois la réponse apportée par le gouvernement et son appel à former des bataillons de citoyens aux frontières non pas comme un appel à la défense des valeurs sociétales ou à la réconciliation mais plutôt comme un aveu d’incompréhension.

En Angleterre, on assiste aux démissions en règle des porteurs du repli sur soi, des responsables qui n’ont pas hésité à piétiner le contrat économique et social de l’UE, partant, de ses valeurs.

Chez nous, la sortie des plus hautes autorités judiciaires, souvenez-vous, contre les projets d’un gouvernement me font tressaillir, lorsque l’état est qualifié de voyou.

 

Fédérer les énergies autour de notre projet démocratique, pour une société moderne en quête du bien-être pour tous, comme l’a rappelé le Roi Philippe dans son allocution, et rappeler le travail qui est fait pour y aboutir, sont incontournables en ces temps de crise. A la fois, se tourner vers la jeunesse de notre pays et lui donner un avenir. Travailler à une intégration des populations accueillies étrangères à nos modes de vie.

La laïcité ou neutralité de l’Etat, sans détour, pour une juxtaposition des courants philosophiques et religieux. Ou encore s’employer à assurer la paix sociale.

Tous des chantiers qui sont non seulement ceux des différents niveaux de pouvoir mais aussi notre obligation en tant que citoyen, qui a le devoir de s’ouvrir à l’autre. Et donc aujourd’hui, comme partout en Belgique, c’est avec beaucoup de plaisir que le Collège communal réunit tous ceux qui s’engagent quotidiennement dans l’action citoyenne, porteurs des mêmes des valeurs que j’ai citées pour célébrer la fête nationale. Cette année, la fête nationale a un goût particulier. Elle revêt l’envie de se tourner vers son vis-à-vis et d’échanger, en toute liberté, en toute tranquillité.

Je vous propose donc de nous retrouver à l’Administration communale et d’échanger, librement.

Je vous remercie de votre attention.

 

 

19/07/2016

Fête Nationale: pourquoi le 21 juillet ?

463997201.jpg

Le 21 juillet est un jour férié spécial en BELGIQUE, qui commémore le serment prêté le 21 juillet 1831 par Léopold de Saxe-Cobourg, premier Roi des Belges, de rester fidèle à la Constitution.

Jour férié spécial donc pour ce qu'il commémore. Spécial aussi parce qu'il se situe en pleine période de vacances, ce qui signifie que de nombreux belges sont en "congés normaux" à ce moment...souvent même à l'étranger.

Spécial aussi parce que, contrairement au 11 novembre et au 8 mai, il n'est pas possible de réunir les enfants des écoles.

Ce serment constitutionnel - le premier- marquait le début de l'indépendance de la Belgique.

Ce serment inaugurait aussi les bases de l'état de droit en Belgique: régime d’une monarchie constitutionnelle et parlementaire.

Par ce serment, le premier Roi jurait d'observer la Constitution, fait à signaler à l'époque. fait qui avait une importance symbolique. En effet, à partir du moment où le premier personnage de l'Etat faisait allégeance à la Constitution, cela lui conférait une très grande valeur.

Cette Constitution garantit les libertés individuelles des citoyens et se fonde sur la séparation des trois pouvoirs: pouvoir législatif, pouvoir exécutif et pouvoir judiciaire. 

Pourtant, cet état de droit s'il établissait tous les principes fondamentaux qui nous régissent toujours, était bien imparfait: régime électoral censitaire, service militaire injuste, femmes mises à l'écart de la vie publique...

La devise de la Belgique est : "l'union fait la force". Une devise que l'on traduit en néerlandais par "Eendracht maakt macht" et en allemand par "Einigkeit macht stark". Contrairement à ce que l'on croit, elle ne fait pas référence au fait que la Belgique est un état fédéral comptant trois régions: la région bruxelloise, la région flamande et la région wallonne, mais au fait que , après l'indépendance, le pays vécut sous le principe de l'unionisme ( union des laïcs et des religieux, des catholiques et des libéraux, des anciens républicains et des royalistes ...).

devise_belge.jpgL'unionisme entre Catholiques et Libéraux, scellé en 1827-1828, est consacré par un compromis en 1830: la construction d'un État libéral où il n'y a pas de politique anticléricale et où le catholicisme est reconnu comme religion de la majorité, le tout basé sur une Constitution intouchable à leurs yeux, qui garantit un nombre élevé de libertés comparé aux autres lois fondamentales de l'époque. Cet unionisme se transforme après l'indépendance en «une coalition électorale et gouvernementale permanente, constituée de membres modérés des deux partis qui n'ont pas oublié les leçons de la Révolution brabançonne».

Dès le début, le 21 juillet est l’occasion de sortir le drapeau belge, notamment sur les édifices publics, et de s’amuser lors de festivités populaires: bals aux lampions, feux d’artifices, spectacles.

Sous le règne de Léopold II, la loi du 27 mai 1890 instaura cette officiellement le 21 juillet comme « Fête nationale belge ». le but était de lier cette journée de fête à la personne du Roi.

Cette "Fête nationale" est pourtant largement méconnue à l'étranger. J'ai eu l'occasion de m'en rendre compte à l'occasion de voyages qui se déroulaient à ce moment de l'année. 

Il faut toutefois citer le cas d'une petite ville française: Sainte-Adresse, une station balnéaire française située en Normandie. On y arbore chaque 21 juillet les couleurs de la Belgique. Pour un raison peu connue chez nous: cette ville a fait office de capitale du royaume pendant la quasi-totalité de la guerre de 1914-18. Le gouvernement belge s'y était réfugié.

Comment cette journée fut-elle vécue en 14-18 ? 
Un an après l’invasion, à Bruxelles, la Fête nationale du 21 juillet 1915 était convertie en journée de deuil. La capitale fut transformée en ville morte aux magasins clos et aux volets baissés, voulant ainsi nier la légitimité de l’Occupation.

Durant la seconde guerre, on doit signaler la mission aérienne belge du 21 juillet 1943.

Le 21 juillet 2013 fut la date choisie par le roi Albert II pour abdiquer en faveur de Philippe de Belgique. Philippe devint ainsi le deuxième roi des Belges à prêter le serment constitutionnel le jour de la fête nationale.

Chez nous, à AWANS, on célèbre la Fête Nationale depuis 2006. C'était, au départ, pour répondre à une demande adressée à toutes les communes par le Gouverneur de la Province de LIEGE.

Pour gouverne, ce fut aussi l'occasion pour les trois sections d'Anciens Combattants d'avoir une manifestation commune.

26/05/2016

Quelques citations sur le patriotisme.

PATRIOTISME: quelques citations.

michelet.jpeg

 

Chaque chef-d'œuvre indiscutable se fait valeur-patrie. J'établis ici la même différence qu'entre patriotisme et nationalisme : le patriotisme, c'est l'amour des siens, le nationalisme, c'est la haine des autres.
( Romain GARY )

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------

C'est très souvent du côté de la foule que se montrent l’esprit politique, le patriotisme, le sentiment de la défense des intérêts sociaux.
( Gustave Le BON )

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------

C'est un crime que d'exploiter le patriotisme pour des œuvres de haine, et c'est un crime enfin que de faire du sabre le dieu moderne, lorsque toute la science humaine est au travail pour l'œuvre prochaine de vérité et de justice.
( Emile ZOLA )

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Mais qu'est-ce donc que le patriotisme aujourd'hui quand on se souvient de ce qu'il était dans la Premier guerre mondiale ? Qu'est-ce que le patriotisme ? C'est toujours l'amour des siens pour reprendre la formule de Romain Gary, qui n'a rien à voir avec le nationalisme qui est la haine des autres. Le patriotisme, c'est la défense de la République, de ses valeurs, de ses principes, de sa promesse d'égalité mais aussi de réussite pour chacun.
(François HOLLANDE )

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Le nationalisme, c'est un patriotisme qui a perdu sa noblesse.

( Albert SCHWEITZER )

---------------------------------------------------------

Le patriotisme n'est pas exclusif: c'est la même chose que l'humanité. Je suis patriote parce que je suis homme et humain.

( GANDHI )

4956047.jpg

La Liberté guidant le peuple: ce qui devrait toujours nous inspirer quand on parle de patriotisme.

Pour gouverne, vous êtes invités à revoir, sur ce cite, le discours proncé à AWANS, le 21 juillet 2015, au nom dec la FNC