27/05/2016

LOUVEIGNE, le 7 aôut 1914

LOUVEIGNE

( aujourd'hui commune de SPRIMONT )

victime de massacres en août 1914.

Le 7 août 1914, le village est incendié et 30 civils sont fusillés ou abattus par des soldats allemands.

C'est directement après un premier assaut infructueux sur les forts (le 6 août) que les troupes allemandes se vengèrent sur les civils et leurs habitations. 

Le village de LOUVEIGNE va vite regretter sa proximité avec le fort de BONCELLES.

Voici des photos prises peu après:

cpa_louveigne.jpg

site-to-be-lie-louveigne-ecole-maison-communale-1914.jpg

Au cimetière, sur le Monument aux Morts, on peut voir sur la Stèle supérieure
"À LA MÉMOIRE
DES VICTIMES
FUSILLÉES PAR LES ALLEMANDS
LE 7 AOÛT 1914
R. I. P."

mon_fusilles_cim_2.JPG

26/05/2016

Quelques citations sur le patriotisme.

PATRIOTISME: quelques citations.

michelet.jpeg

 

Chaque chef-d'œuvre indiscutable se fait valeur-patrie. J'établis ici la même différence qu'entre patriotisme et nationalisme : le patriotisme, c'est l'amour des siens, le nationalisme, c'est la haine des autres.
( Romain GARY )

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------

C'est très souvent du côté de la foule que se montrent l’esprit politique, le patriotisme, le sentiment de la défense des intérêts sociaux.
( Gustave Le BON )

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------

C'est un crime que d'exploiter le patriotisme pour des œuvres de haine, et c'est un crime enfin que de faire du sabre le dieu moderne, lorsque toute la science humaine est au travail pour l'œuvre prochaine de vérité et de justice.
( Emile ZOLA )

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Mais qu'est-ce donc que le patriotisme aujourd'hui quand on se souvient de ce qu'il était dans la Premier guerre mondiale ? Qu'est-ce que le patriotisme ? C'est toujours l'amour des siens pour reprendre la formule de Romain Gary, qui n'a rien à voir avec le nationalisme qui est la haine des autres. Le patriotisme, c'est la défense de la République, de ses valeurs, de ses principes, de sa promesse d'égalité mais aussi de réussite pour chacun.
(François HOLLANDE )

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Le nationalisme, c'est un patriotisme qui a perdu sa noblesse.

( Albert SCHWEITZER )

---------------------------------------------------------

Le patriotisme n'est pas exclusif: c'est la même chose que l'humanité. Je suis patriote parce que je suis homme et humain.

( GANDHI )

4956047.jpg

La Liberté guidant le peuple: ce qui devrait toujours nous inspirer quand on parle de patriotisme.

Pour gouverne, vous êtes invités à revoir, sur ce cite, le discours proncé à AWANS, le 21 juillet 2015, au nom dec la FNC

 

 

 

25/05/2016

AWANS: nouvelle plongée dans les archives de la FNC.

Une nouvelle plongée dans les archives de la FNC "AWANS-BIERSET "

en 1955.

Composition du Comité:

Présidents: L. SEPTON, J. DAVID, E. NIVELLE ( Pourquoi trois Présidents ? )

Vice-Présidents: J. GOHY et G. THIRY ( même remarque )

Secrétaire et adjoint: R. DONCEEL et H. ROUCHE

Porte-drapeaux: BUDENAERS, LAGNEAU et SCHOUBEN

Commissaires: DOYEN, DECELLE, ROUMA, NIHON, BREES, DERWAE, WERY, DUPAS, COELEN et maurice BARCHY ( futur bourgmestre d'AWANS )

Nous trouvons une rubrique intéressante intitulée "Effectifs":

" Après le renouvellement des cotisations de 1954, nous comptions 211 membres. Nous avons eu à déplorer les décès suivants, les camarades HODEIGE, PIERRE et LARDINOIS, ce qui nous ramenait à 208 membres. En fin d'année, les membres dont les noms suivent ont démissionné pour 1955: D...,H...,Vve M... et P. M... soit resetnt 204 membres. Les listes de membres dressées à ce jour et transmises au bureau fédéral font apparaître un effectif de 213 membres. nous avons donc enregistré 9 nouvelles inscriptions."

Nous qui sommes fiers de nos 37 membres pour 2016 !

Enfin, on parle d'un "pacte local ". je vous donne le texte:

" Le PACTE A TROIS groupant les associations:

  Fédération Nationale des Combattants ( FNC )

  Fédération Nationale des Invalides et mutilés de guerre ( FNI )

  Fédération Nationale des Anciens Prisonniers de Guerre ( FNAPG )

- réunissant l'ensemble des anciens Combattants;

- ayant reconnu leur profonde communauté de vues sur les problèmes d'ordre patriotique et d'ordre moral;

- ont décidé d'unir dorénavant leurs efforts au sein d'un directoire des Anciens Combattants et de prendre toutes initiatives..."

Actuellement, pour AWANS, il ne subsiste plus que la FNC. 

Il est évident que ici nous ne parlons que des anciennes communes. A savoir AWANS, BIERSET, FOOZ et HOGNOUL.

AWANS 14-18.jpg

 

 

23/05/2016

AWANS: une plongée dans l'histoire de la FNC et du village.

AWANS:

petit retour en arrière.

J'ai sous les yeux un exemplaire du Bulletin d'information de la section locale de la FNC,  " AWANS-BIERSET et ENVIRONS ".

Vous appréciez la première page. examinons-là:

Sous le sigle de la FNC, nous en trouvons un autre, bien particulier: un V ( de Victoire ), à l'intérieur duquel se trouve le coq wallon.

FNC AWANS Bulletin 001.jpg

V coq 001.jpg

Autre remarque: la FNC tenait une permanence chaque mardi, Place Communale. C'était en fait dans des locaux "prêté" par l'Administration Communale d'AWANS.

A l'époque ( 1961 ), les Anciens Combattants ( tant de 14-18 que de 40-45 ) étaient encore nombreux. Il s'agissait de régler des problèmes administratifs divers.

Il y avait six Présidents d'Honneur:

* Georges de VILLE ( Industriel )

* Noël HEINE ( Bourgmestre d'AWANS )

* Léon LEDOUBLE ( Bourgmestre de BIERSET )

* F. DECHAMPS ( Curé émérite )

* Charles LIBERT ( Colonel honoraire )

* Armand PETERS ( Docteur en Médecine )

Aujourd'hui, un seul est encore en vie: Léon LEDOUBLE.

Très curieusement, on trouve cette mention:  " Ce bulletin n'est pas seulement destiné au membre, nous recommandons à l'épouse de le lire ".

Conseil judicieux. C'est sans doute grâce à ce conseil que, à AWANS, les veuves d'Anciens Combattants sont toujours restées fidèles la la FNC.

Voyons maintenant la page 1. On pourrait dire " Autre temps, autre mode ":

Bulletin AWANS 2 001.jpg

C'est l'invitation, pour le 04 juin 1961, lancée par le Président d'Honneur Georges de VILLE pour une réception, avec lunch, qu'il offrait aux membres de la section, ainsi que leurs épouses. Brave Monsieur de VILLE. Jusqu'à son dernier souffle, il est resté fidèle à notre section. 

C'est avec plaisir que nous le retrouvions toujours, le 11 novembre, chaque année, à la réception donnée à la Salle des Loisirs, à AWANS.

Autre souvenir, très lointain, l'existence du cinéma " Ciné-palace", Rue de la Station à AWANS. Remplacé par après par un magasin NOPRI...et maintenant par un funérarium.

Les dévoués volontaires, tous aussi disparus, étaient chargé de recevoir les inscriptions: trois pour AWANS, un pour BIERSET, un pour FOOZ et un pour HOGNOUL.

L'invitation de monsieur de VILLE ne se limitait donc pas aux habitants d'AWANS.

 

22/05/2016

Qu'est-ce qu'une "Fourragère " ?

Qu'entend-on par "FOURRAGERE" ?

Capture 304.JPG

 

F 2.JPG

F   ....jpg

La fourragère, ornement d'uniforme militaire, est un dérivé du mot "fourrage".

Ce mot signifiait d'abord "bonnet d'écurie", parce que c'était dans les écuries que se trouvait le fourrage. 

Mais quelle est l'origine de cette fourragère, long cordon qui s'enroule autour de l'épaule droite et qui se termine par deux larges tresses et deux glands ? 

Elle se portait, jadis, différemment dans la cavalerie et l'infanterie.

Son origine est belge.

On raconte, en effet, que durant les troubles au XV° siècle, un corps de Gantois brandit l'étendard de la révolte et se sépara du Duc d'Albe que tout le monde détestait pour sa violence et sa cruauté.

En apprenant cette chose, le Duc d'Albe, furieux, ordonna de publier contre ces Gantois révoltés une sentence qui les condamnait à être tous pendus.

Mais pour narguer l'oppresseur, les Gantois révoltés décidèrent dès lors de porter autour de leur cou la corde et le clou qui devaient servir à les pendre. Encore fallait-il parvenir à les attraper !

Comme ces hommes s'illustrèrent par maints exploits héroïques, ils gardèrent comme insigne de bravoure la corde et le clou qu'ils avaient d'abord portés par ironie.

De là serait venue l'origine des fourragères actuelles.

Bien ! Mais selon d'autres sources ( françaises ), voici la vérité. Une chose semble concorder: la période d'apparition de la chose: le XV° siècle.

Les origines de la fourragère française sont assez vagues en raison de la confusion faite par la plupart des auteurs entre la fourragère et les aiguillettes.

Ces dernières servaient autrefois, et même jusqu'au début du xve siècle, d'instruments d'attache des vêtements, des pièces d'équipements ou d'armures. Ce qui les caractérise c'est le ferret enveloppe métallique de l'extrémité du cordon d'attache, sorte d'aiguille analogue aux aiguilles métalliques de lacets de chaussures.

La fourragère, elle, dérive du souvenir de la corde à fourrage que le soldat enroulait autour de son épaule. Elle n'avait pas de ferrets. C'était une simple corde avec de gros nœuds, de grosses tresses à ses extrémités, qu'on appelait raquettes.

Nous voulons bien...mais la légende belge est tellement plus jolie !

Nous l'avons trouvée dans la documentation laissée dans les archives de la section FNC "AWANS-BIERSET ", à AWANS.

Ces archives, hélas trop partielles, sont néanmoins une mine d'or.

20/05/2016

Commémoration nationale des Prisonniers Politiques.

BRUXELLES

le 29 mai 2016 

à 15H00:

COMMEMORATION NATIONALE DES PRISONNIERS POLITIQUES.

AWANS, CNPPA, FNC, Prisonniers politiques

Cette manifestation aura lieu à l'Enclos des Fusillés

( Rue Colonel BOURG ).

Elle est organisée par la Confédération Nationale des Prisonniers Politiques et Ayants Droit de Belgique

( CNPPA )

Collaboreront à cette commémoration: 

* l'IV-INIG;

* SERVIO;

* la FNC

* les Amis du Fort de BREENDONK.

Pour information:

Dès la capitulation de l’armée belge le 28 juin 1940, des hommes et des
femmes décidèrent de continuer le combat contre la dictature nazie qui
s’installa en Belgique. Dès septembre 1940 des groupes de résistants se
constituent un peu partout dans le pays.

Ces mouvements entament
immédiatement des actions contre l’occupant : sabotages, diffusion de
presse clandestine destinée à lutter contre la désinformation des journaux
officiels à la solde de l’ennemi, distributions de tracts, espionnage, envois de
renseignements vers l’Angleterre etc…

Comme on peut s'en douter,la réaction ne se fait pas attendre et sera impitoyable.  Certains résistants sont capturés, jugés
et condamnés à des peines de différents ordres.

Ce sera parfois la condamnation à mort et l'exécution. Ce sera plus souvent l'emprisonnement dans un Camp de Concentration, en ALLEMAGNE ou dans un pays occupé: AUTRICHE, FRANCE, POLOGNE...et aussi en BELGIQUE: BREENDONK ou le Fort de HUY.

Peu après la libération, la Belgique rendit hommage aux personnes qui avaient souffert des terribles circonstances de la guerre et qui s'étaient rendues utiles à différents niveaux. Les mérites militaires ne furent pas les seuls à recevoir les honneurs, les contributions patriotiques des civils furent également honorées officiellement.

La Croix du prisonnier politique 1940-1945  fut une décoration commémorative belge créée par Arrêté du Régent du 13 novembre 1947. Elle fut octroyée aux citoyens belges qui furent arrêtés et emprisonnés par les Allemands au titre de Prisonniers Politiques durant la Guerre de 40-45. Cette distinction pouvait être accordée à titre posthume et portée par la veuve, la mère ou le père du défunt.

AWANS, CNPPA, FNC, Prisonniers politiques

Passée l’heure de la guerre,
certains écrivains belges décident de transcrire leur expérience traumatisante, la vie
quotidienne sous l’Occupation, les camps et la Résistance. Témoignages, hélas, méconnus ou injustement tombés dans l'oubli.

 Parmi ceux-ci, celui d’Arthur HAULOT (1913-2005) qui fait
autorité en matière. HAULOT est l’un des interprètes les plus connus de ce vécu singulier. Il rentra en 1945 avec son témoignage sur DACHAU. On lui doit et il est
deux recueils, Si lourd de sang et D’entre les morts.

N'oublions pas, non plus, à LIEGE, le témoignage de Paul BRUSSON qui consacra sa vie, jusqu'aux derniers jours, au devoir de mémoire.

Un prisonnier politique est une personne emprisonnée pour des motifs politiques, c'est à dire pour s'être opposée par des actions (violentes ou non) au pouvoir en place (autoritaire ou moins) dans leur pays. Ce n'est donc pas un simple prisonnier d'opinion, condamné pour avoir simplement manifesté son opinion.

Le 28 septembre 1946, "Le Moniteur belge" publiait les statuts fondateurs de la Confédération Nationale des Prisonniers Politiques et Ayants Droit.

Ses membres avaient joué un rôle certain dans la lutte contre le nazisme et pour la libération de la Belgique et représentaient donc un groupe de pression non négligeable dans la reconstruction du pays intervenant même indirectement dans la formation des gouvernements.

Septante ans plus tard, la CNPPA est toujours fédérale et pluraliste mais ses rangs se clairsèment de plus en plus en raison de leur âge avancé.

Rappel:

AWANS, CNPPA, FNC, Prisonniers politiques

A AWANS, la section locale de la FNC dispose d'un drapeau de la CNPPA. Ce drapeau a une histoire bien particulière: il a été confectionné, artisanalement, par l'ancienne secrétaire de la FNC "AWANS-BIERSET et Environs", Irène CORNET.

Nous nous faisons un point d'honneur à ce qu'il soit présent lors des manifestations et commémorations que nous organisons.

Reconnaissance officielle, en BELGIQUE, des Prisonniers Politiques:

Prisonniers politiques: Ce sont les personnes qui, au cours de la guerre 1940-1945, ont été détenues ou internées pendant au moins trente jours consécutifs dans des prisons ou des camps de concentration, cette privation de liberté étant due au fait de l'ennemi ou de personnes servant sa politique ou ses desseins. La durée de trente jours consécutifs de privation de liberté n’est pas exigée pour ceux qui furent l'objet de sévices graves durant leur détention ou pour ceux qui furent condamnés à mort par l'ennemi et pour ceux qui furent mis à mort par l'ennemi après leur arrestation ou durant leur détention.

On fait une distinction entre les Prisonniers Politiques bénéficiaires du statut et les Prisonniers Politiques, qui ont droit au titre.

Les prisonniers politiques qui ont droit au titre sont les personnes dont la privation de liberté est la conséquence directe d’une activité patriotique désintéressée ou qui furent arrêtées en raison de leurs opinions politiques ou philosophiques ou qui furent choisies comme otage ou qui se sont révélées au cours de leur internement comme animées d'un esprit de résistance à l'ennemi.

Distinction peut-être regrettable ? On a instauré une hiérarchie dans le martyre !

Certains ayants droit (veuf/veuve, éventuellement la femme non mariée cohabitante, les enfants mineurs, les parents, les frères, sœurs et grands-parents) de prisonniers politiques qui n'ont pas survécu à la guerre peuvent, à certaines conditions strictement déterminées, être reconnus comme ayants droit de prisonniers politiques. .

 

 

19/05/2016

Un petit retour sur la commémoration à AWANS.

La presse mise au pas.

Lors des diverses commémorations effectuées le 10 mai 2016 par la FNC "AWANs-BIERSET", que ce soit à VELROUX, BIERSET, GRÂCE-HOLLOGNE, FOOZ et AWANS, le représentant de la FNC a attiré l'attention des jeunes élèves sur les premiers jours de guerre et sur le sort des belges durant l'occupation.

A cette occasion, il a surtout insisté sur la prise en main, que l'on peut qualifier d'un véritable vol, des outils d'information.

Ainsi, il a rappelé la disparition du Journal " LA MEUSE " et son remplacement par le journal rexiste " LA LEGIA ". Journal chargé de diffuser les nouvelles selon l'intérêt de l'occupant et, donc de démoraliser la population.

légia 1.jpg

798_001.jpg

Il a rappelé l'interdiction de parution du Journal " LA WALLONIE " et le véritable détournement du Journal " LE SOIR ".

Stratégie absolument nécessaire pour l'occupant, le journal rexiste " LE PAYS REEL " ne recueillant pas les faveurs des lecteurs.

Aussi, on peut facilement imaginer la joie de la population lorsque reparurent les journaux patriotes, écrits par de journalistes qui avaient été mis au chômage durant la guerre.

La reparution de ces journaux était le véritable signe que la roue avait tourné en défaveur de l'occupant et des collaborateurs. 

A noter aussi la parution du Journal " LE MONDE DU TRAVAIL " qui avait été clandestin durant la guerre. En fait, " LE MONDE DU TRAVAIL " devint l'édition liégeois e du journal " LE PEUPLE ".

La Meuse.jpg

853_004.jpg

215822103-journal-la-wallonie-du-8-mai-1945.jpg

MDT08.05.1945.jpg