26/09/2014

AWANS: Nouvelles plaques de rues.

AWANS:

L'Administration Communale honore les combattants victimes de 14-18.

Après la guerre de 14-18, au lendemain de l'Armistice, l'Administration Communale de l'époque avait "débaptisé" une série de rues pour leur attribuer le nom d'un Combattant victime du conflit.

Pour ce faire, chaque rue où était domicilié un de ces combattants, avait reçu le nom de celui-ci.

A l'époque, tout un chacun connaissait la victime en question d'autant plus que, bien souvent, la famille proche y habitait toujours.

Force est de constater que, cent ans plus tard, les familles se sont dispersées, les rues ont vu partir les anciens awansois et arriver des gens venus de l'extérieur.

On ne sait plus guère à qui correspondent les noms de rues.

C'est pourquoi, dans le cadre de " AWANS, commémoration 14-18 ", l'Administration Communale a décidé de remplacer les plaques de ces rues par de nouvelles agrémentées d'une référence à la personne concernée.

Un feuillet explicatif a été distribué aux habitants de la rue.

Voici, en exemple, la plaque relative à la Rue Fernand MUSIN.

 

 

AWANS 14-18.jpg

 

 

Voir page facebook: "AWANS, commémoration 14-18"

 

DSCI3493.JPG

 

25/09/2014

AWANS: Quand la FNC organisait des collectes de Toussaint.

Une vieille tradition des sections FNC:

Les collectes de Toussaint.

 

AWANS, FNC, combattants, commémoration 14-18

 

Vue du Cimetière d'AWANS

Dans les temps plus anciens, les sections locales de la FNC organisaient des collectes aux entrées des cimetières à la Toussaint.

Actuellement, avec la disparition des anciens, cette tradition est rangée au rayon des souvenirs. A notre connaissance, il n'y a plus guère de telles collectes dans la région, ni dans le pays.

Il fallait annoncer au préalable ces collectes à l'ONIG qui donnait son aval. l'autorisation de l'Administration Communale était bien entendu nécessaire.

Il y a plusieurs raisons à la disparition de ces collectes:

* la disparition des anciens;

* le fait que ces collectes alimentaient les caisses locales de secours aux anciens combattants et à leurs familles. Faute de bénéficiaires, les collectes ont perdu leur objet principal;

* les changements dans les coutumes de la population. Autrefois, le jour de la Toussaint voyait une beaucoup plus grande affluence aux cimetières. Actuellement, les visites aux cimetières s'échelonnent sur une plus grande période.

Trouvé les extraits suivants aux procès-verbaux des réunions du comité de la FNC "AWANS-BIERSET":

Le 5 octobre 1958:

" Vient ensuite l'organisation des collectes de Toussaint, le Relais sacré et les séances de cinéma des 10 et 11 novembre. Le tableau est établi et sera envoyé aux membres qui voudront bien se dévouer à l'occasion de ces cérémonies"

Le 5 novembre 1958:

" La parole est ensuit donnée au trésorier qui donne les résultats de la collecte de Toussaint  et qui se répartit comme suit:

Hognoul                   394 frs

Bierset                   1030 frs 30

Awans                    4972 frs 70

Fooz n'a pas encore rentré ce que l'on a récolté.".

( NDLR: nous ne saurons jamais combien la collecte de Fooz a rapporté )

24/09/2014

Affiches canadiennes en faveur de l'enrôlement en 14-18.

Voici quelques affiches:

 

CANADA 1915.jpg

Ici, une affiche spécifiquement adressée aux canadiens français.

 

canada Elles servent la france. Comment puis-je servir le canada 1918.jpg

Une autre affiche mettant en exergue la situation pénible des femmes en FRANCE. Curieusement, cette affiche s'adresse au public anglophone.

On incite la population canadienne à acheter des " Victory Bonds" ( "Bons de la Victoire " )

Ci-dessous un groupe de soldats canadiens.

Canada vers 1914.jpg

Ici, l'affiche s'adresse aux Canadiens français et les incite à s'engager comme volontaire. 

On insiste vraiment sur l'obligation morale que devrait avoir les canadiens d'origine française.

Cela ne semble pas avoir eu de succès retentissant. Les canadiens français nourrissaient des ressentiments vis-à-vis de la FRANCE.

 

Soldats canadiens.jpg

 

23/09/2014

Implication de l'Inde en 14-18...et ses conséquences politiques.

RENFORTS MILITAIRES VENUS DE L'EMPIRE DES INDES.

 

ET

 

CONSEQUENCES SUR L'HISTOIRE DES RELATIONS ENTRE LA GRANDE-BRETAGNE ET L'INDE.

Penjab-300x203.png

Soldats du Pendjab.

Lors de la Première Guerre mondiale, l'empire britannique mobilisa près de 1,5 millions hommes en Inde. Nonante mille d'entre eux furent tués ou trouvèrent la mort d'une façon ou l'autre. Dès le déclenchement des hostilités, le gouvernement impérial indien annonça qu'il pouvait fournir deux divisions et une brigade de cavalerie, plus une division supplémentaire en cas d'urgence. L'expression «  Empire Britannique » désigna jusqu'en 1931 l'ensemble des territoires reconnaissant la souveraineté de la Couronne britannique. D'autres sources parlent de 1700000 hommes.

 

Les Britanniques recrutaient parmi les "races guerrières" ("warriors races"). Celles-ci venaient du nord de l'Inde. Aux côtés des Penjabis, on trouvait des Jats, des Dogras, des Gurkhas, des Rajputs, des Marathas et des Sikhs. Il n'y avait pas de Bengalis. On ne leur faisait pas confiance en raison de leur forte implication dans la révolte des cipayes de 1857.

95-les-sikhs.jpg

Soldats Sikhs

Les combattants indiens furent déployés au Moyen-Orient ( Mésopotamie, futur Irak ), en Arabie, dans les Dardanelles et, cela nous concerne davantage, dans le nord de la France. La presse exalta la bravoure de ces soldats de l'Empire, combattant aux côtés des soldats britanniques d'abord, et de notre côté. Cela eut de grandes répercussions sur l'imaginaire collectif et sur le moral de troupes et de la population.

 

Ce que l'on ignore souvent, c'est le cas des soldats bengalis engagés dans les troupes françaises puisque repoussés par l'armée britannique. Voilà épisode méconnu de la première guerre mondiale. En 1914, pour les bengalis qui voulaient s'engager, il y avait une solution: pénétrer dans le comptoir français de CHANDERNAGOR. Vingt-huit Bengalis portèrent l'uniforme français. Ils furent artilleurs sur le front occidental pendant toute la durée de la guerre. Tous sont ensuite rentrés au Bengale. Plusieurs furent décorés.

 

Beaucoup ignorent aussi que des Canadiens d’origine sikh ont servi dans l’Armée canadienne au cours de la Première Guerre mondiale. Les dossiers militaires de la Grande Guerre recensent dix de ces hommes, qui se sont portés volontaires pour défendre un pays qui leur refusait la citoyenneté. C'était une façon d'obtenir sa citoyenneté. L'armée française a connu la même chose avec deux cas célèbres ( CENDRARS et APPOLINAIRE ). Parmi ces soldats sikhs canadiens, huit ont servi en Europe. Deux y sont morts au combat. Un autre, a été blessé et est décédé après son retour au Canada.

 

L'implication massive de la population indienne dans le conflit eut des répercussions sur l'Empire Britannique et, plus spécialement, sur l'histoire de l'Inde. C'est le début de la marche, chaotique, vers l'indépendance. La guerre conduit les leaders politiques indiens à demander plus d'autonomie.

En 1915, GANDHI adhère au Parti du Congrès. Les Britanniques instaurent la loi martiale au Pendjab et au Bengale.

En 1916, le pacte de LUCKNOW consacre le rapprochement entre la Ligue musulmane et le Parti du Congrès.

En 1917, au sein du Conseil Législatif Impérial, Madan Mohan Malaviya, parlant des attentes créées par la guerre en Inde, déclara: « Je m'aventure à dire que la guerre nous a fait avancer [...] de cinquante ans [...]. [Les] réformes après la guerre devront être à même [...] de satisfaire les aspirations de son peuple [de l'Inde] à prendre leur part légitime dans l'administration de leur propre pays » 

En 1918, on propose, du côté britannique, un système de partage des responsabilités gouvernementales et administratives entre Britanniques et Indiens.

En 1919, une réforme (Government of India Act) étend la représentation communautaire dans les assemblées locales et crée une chambre princière consultative. GANDHI prend la tête d’une campagne de protestation contre la répression des activités « subversives ».

 

 

21/09/2014

Quelques ajouts sur la toxicité des munitions et leurs effets à très long terme.

 

Revenons sur quelques termes ou notions utilisés dans les articles précédents.

Cas du mercure, du plomb et du cuivre.

 

Detonateur.jpg

 

Le fulminate de mercure est un composé organomercuriel. C'était, jusqu'à la seconde guerre mondiale, un explosif utilisé dans les amorces et les détonateurs. Il était très sensible aux chocs et aux frottements, donc dangereux à manipuler. C'est en outre un produit très toxique en raison du mercure qu'il contient sous forme de nitrate de mercure,toxique par inhalation et ingestion.

Suite à un contact avec la peau, le fulminate de mercure peut aussi induire:

  • une dermite avec éventuel érythème;,

  • un prurit;

  • des réactions pustuleuses;

  • un ulcère de la peau

Après ignition ou explosion, il libère de la vapeur de mercure, également toxique, qui franchit facilement la barrière pulmonaire si cette vapeur est inhalée.

Depuis la seconde guerre mondiale, il est peu à peu remplacé par des composés également toxiques, mais moins fortement et, surtout, plus faciles à fabriquer en temps de guerre: des composés à base de plomb.

 

Durant le conflits, certaines zones ont reçu un grand nombre de balles de plomb provenant des cartouches des fantassins et des shrapnels (ex. : lors de la bataille de VERDUN, pour la journée du le 21 février 1916, environ un million d'obus ont été tirés par 1 407 canons côté allemand.)
Les amorces de la presque totalité des milliards de munitions tirées depuis 150 ans étaient constituées de fulminate de mercure, puis d'azoture de plomb
, deux produits non biodégradables et susceptibles de polluer l'air, l'eau et les sols et d'affecter les écosystèmes.

 

plomb.jpg

 

En 2004, des analyses portant sur 90 échantillons de foies de sangliers provenant de la forêt de VERDUN (recouvrant les anciens champs de bataille ) ont montré que 11 % des échantillons contenaient une teneur en plomb supérieure à la norme européenne concernant les substances indésirables pour les animaux d'élevage ( jusqu'à 12 fois le seuil autorisé...). Voilà un cas de " séquelle " de 14-18 ! Voilà un cas illustrant la différence existant entre " dommage de guerre " et " séquelle de guerre ".

Le plomb n’étant pas biodégradable, la grenaille de plomb se délite ou s’oxyde ou est peu à peu érodée ou enfouie, mais reste accessible ou biodisponible des décennies voire des siècles ou des millénaires plus tard.

Un milliard d'obus ont été tirés en 14-18. 25% de ces obus ( donc 250 millions ) n'ont pas explosé pendant ce conflit. Certains toxiques ne seront libérés dans l'environnement, à partir d'un obus, qu'après plusieurs décennies de corrosion de l'enveloppe de cet obus.

La toxicité sur l'homme est parfois indirecte. Ainsi, le cuivre, très utilisé dans les munitions n'est toxique pour l'homme qu'à forte dose. Mais il est déjà toxique à des doses moindres pour d'autres mammifères ( mouton par exemple ) et à très faibles doses pour certains organismes aquatiques ( algues, planctons, invertébrés marins...), qui sont ingérés par des animaux mangés par l'homme: poissons, grenouilles,oiseaux aquatiques. La viande, le lait, le fromage de mouton sont aussi des aliments prisés par l'homme. Le cuivre a été un métal fortement utilisé dans les munitions. Il suffit de voir le nombre d'objets provenant de l'artisanat des tranchées.

 

Il y a aussi des risques inconnus, heureusement uniquement potentiels, mais qui pourraient déclencher de petites catastrophes. Le dérèglement climatique attendu pourrait aggraver les risques d'inondations de certaines zones de dépôts de munitions enterrées ou abandonnées. Il pourrait aussi rendre plus graves les incendies de forêt ( dont « forêts de guerre » où de nombreux obus sont encore présent dans les couches superficielles du sol ). Ainsi des munitions actuellement « simplement » en voie de corrosion pourraient, brusquement, redevenir actifs et provoquer des réactions en chaîne. On est absolument incapable de prévoir un scénario de ces catastrophes, donc de les prévenir !

 

Comme les parties métalliques des munitions mettent des décennies, voire des siècles, pour rouiller. On semble avoir pensé que leur contenu ne se disperse dans la terre ou l'eau qu'en très faibles quantités. On a donc vraisemblablement cru que ces dépôts de munitions, ou restes de munitions, ne représentaient un danger sanitaire sérieux. 

19/09/2014

Le shrapnel ou obus à balles.

Le SHRAPNELL

 

centenaire 14-18,tranchées,combattants

Le « Shrapnel », doit son nom à son inventeur, le lieutenant Henry SHRAPNEL ( 1761- 1842 ).

Ce n'est pas une invention récente: elle date de 1784. Henry SHRAPNEL du Corps royal d'artillerie britannique entreprit la mise au point de cette arme anti-personnel, vraisemblablement la première. À cette époque, l'artillerie employait des  « boîtes à mitraille » pour se défendre contre les attaques de l'infanterie ou de la cavalerie.

 

A l'origine, ce type de projectile, contenait de petites balles sphériques et une charge explosive pour disperser le coup de feu et des fragments de la douille. WELLINGTON employa le « shrapnel » dans les guerres contre NAPOLEON de 1808 à WATERLOO. Il laissa des écrits admiratifs sur son efficacité.

 

On rencontre parfois l'orthographe « schrapnell » qui est l'adaptation à la prononciation allemande. En français, ce projectile fut d'abord connu sous le nom d'« obus à la Shrapnel » abrégé plus tard dans la langue courante en « shrapnel ». dans l'armée française, il reçut l'appellation réglementaire d'« obus à balles ».

 

centenaire 14-18,tranchées,combattants

Au début de la guerre, l'obus à balle fut employé à grande échelle par tous les belligérants pour frapper les troupes avançant en masse et à découvert. Les batteries de 75 mm en 1914 emportaient environ la moitié de leurs munitions sous forme d'obus à balles à charge arrière. Leurs fusées réglables permettaient de régler l'éclatement à la distance et à la hauteur voulue. Le « shrapnel » est, par excellence, le projectile inventé dans le but d'avoir des effets meurtriers sur des troupes à découvert. La fusée est réglée de façon à exploser précisément au-dessus de l'objectif. Lors de l'explosion, les billes de plomb et d'acier ( de 200 à 300 ) sont projetées vers le sol avec une grande violence, tuant ou blessant les combattants qui n'avaient pas eu le temps de se mettre à couvert ;

 

La transformation de la guerre en guerre des tranchées rendit moins efficace l'utilisation des « shrapnels ». Le « shrapnel » était incapable de détruire les réseaux de fil de fer barbelé en avant des lignes, de défoncer le sol ou de venir à bout des troupes enterrées, toutes choses nécessaires avant de lancer une attaque.Il fut délaissé au profit de l'obus à haut pouvoir explosif.

 

Outre les dégâts humains et matériels qu'il produisit, le « shrapnel » a été une source importante et durable de pollution des sols.

 

Chaque assemblage douille + obus contenait environ 2 grammes de mercure. Ce mercure était vaporisé dans l'air lors du tir et aussi lors de l'explosion de l'obus, parce qu'il y en avait dans la douille et dans l'obus sous forme de fulminate de mercure. Les artilleurs eux-mêmes respirait ce poison de même que tous ceux qui étaient situés sur le champ de bataille ou sous le vent dominant. Le fait que les artilleurs eux-mêmes étaient les premiers exposés témoigne du manque de respect ou de l'inconscience des dirigeants !

 

Du plomb était volatilisé à l'impact à partir des billes de plomb qui entraient en collision avec un matériau dur. Un peu de plomb pouvait aussi être arraché par frottement lorsque la balle traversait un matériau ou le sol. Le plomb pouvait aussi être vaporisé dans l'air si les billes étaient exposées à de hautes températures. Ce qui était inévitable à cause des incendies fréquents provoqués.

 

 

Les balles de plomb sont encore présentes par millions dans les sols. Il y en avait environ 300 par obus qui entraînaient une pollution durable des sols par le plomb. Le mercure et le plomb deux produits sont neurotoxiques et non biodégradables ni dégradables à l'échelle de plusieurs génération humaines. Il est quasiment impossible de nettoyer sérieusement les sols touchés.

 

 

 

18/09/2014

Soldats formant la Statue de la Liberté

1E45381F9214433D81D01F2138C22DE11.jpg

 

Soldats américains rassemblés, en 1918, pour représenter la Statue de la Liberté.