07/03/2008

LES FASCISTES DU VLAAMS BELANG HORS LA LOI!

 

 

 

QUAND LES FASCISTES VEULENT FAIRE LA LOI,

ILS SE METTENT HORS LA LOI !

Le Vlaams Belang "hors-la-loi"

Le site web sur la criminalité lancé le 21 févrierpar le Vlaams Belang est loin d’être irréprochable d’un point de vue strictement juridique et surtout pas d’un point de vue moral.

Une enquête va être ouverte par la Commission de protection de la vie privée de la Chambre.

Le Vlaams Belang a lancé lun site internet  ( www.criminaliteit.org )il y a deux semaines. Ce site contient surtout des avis de recherche. Le parti d'extrême droite flamand assure que la vie privée des suspects n'est pas violée et que le site est irréprochable du point de vue juridique. Les photos des suspects sont barrées au minimum d'un bandeau noir sur les yeux et leur identité entière n'est pas dévoilée, se justifie-t-il.

Cela ne semble cependant pas être le cas, selon une enquête du journal De Morgen. L'identité de certains suspects est relativement facile à découvrir sur le site du Vlaams Belang. Avec un programme qu'il est possible de télécharger gratuitement sur internet, il suffit de quelques clics de souris pour obtenir le nom de famille des personnes recherchées.

"Cela rend le site illégal", réagit Willem Debeuckelaere, le président de la Commission de protection de la vie privée. "Le Vlaams Belang enfreint clairement la loi avec ce site." La Commission va ouvrir une enquête. Le parquet d'Anvers a également ouvert une enquête pour découvrir qui à la police d'Anvers transmet des informations au Vlaams Belang.

Avec Belga

  

10:05 Écrit par P.B. dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

05/03/2008

JOURNEE DE LA FEMME, LE 8 MARS ( SERAING )

   A l'occasion de la journée de la femme le 08 mars, le Centre Culturel Arabe en Pays de Liège, en collaboration avec Amnesty  international, les FPS, et le  Centre Culturel de Seraing, a décidé de sensibiliser l'Opinion Publique à la situation de la femme irakienne après l'occupation.

    L'actualité n'est pas avare de la souffrance de ces femmes violées, kidnappées et torturées par les radicaux islamistes et les soldats américains et irakiens. Elles sont privées de travail et agressées si elles ne sont pas voilées, ne portent pas de foulard ou sont maquillées.

    Plus de 40 Irakiennes ont été tuées pour " Violation des règles islamiques" en 2007.

        L'intégrisme apporté par l'occupant instaure les lois et les règles les plus primitives.

   

Pour la solidarité avec ces femmes, nous organisons un débat témoignage  avec la projection d'un film documentaire des témoignages des femmes Irakiennes à Bagdad et en présence de:

            Inaâm KACHACHI, journaliste, historienne et écrivaine Irakienne,

            Zaineb MSAFER, journaliste  Irakienne et traductrice pour la Presse,

            Fanny LAFOURCADE, diplômée en sciences Politiques et chercheuse  au   

            CERI/Sciences  Politiques, auteur du livre "Le chaos irakien",

            en présence du cinéaste et réalisateur irakien Tahir ALWAN. 

        Débat animé par Dominique DAUBY, Secrétaire  Générale des FPS

  Le débat aura lieu le samedi 8 mars à 20 heures au Centre Culturel de Seraing, rue Renaud Strivay ,44 à Seraing.

L'entrée est gratuite.

      Votre solidarité est nécessaire  pour dénoncer ces crimes barbares.

 Ce débat fait partie d'une grande campagne du monde associatif et d'Amnesty  international:

" Les Femmes en état de guerre"

Renseignements au CCAPL:

Tel/Fax : 04/342 78 84  ou GSM : 0497/16 79 09

Mail : info@ccapl

17:41 Écrit par P.B. dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

03/03/2008

" SURVIVRE AVEC LES LOUPS": NOUVELLES REVELATIONS!

 

« SURVIVRE AVEC LES LOUPS » :

NOUVELLES REVELATIONS !

 

     On croyait avoir tout dit et tout compris dans cette malheureuse affaire.

    Pour tous, il y avait un petit fond de vérité : Monique DE WAEL ( alias Misha DEFONSECA ) avait quand même vécu une partie du drame raconté. Elle était la fille d’un résistant arrêté par le SS et emmené dans les camps

     .Le pire restait à découvrir. C’est le Journal LE SOIR qui nous l’apprend. Voici :

     Robert DE WAEL a bien fait partie d’un réseau de résistance, le groupe « GRENADIERS ». Arrêté le 23 septembre 1941, il se vit offrir un marché par les nazis : le droit de pouvoir recevoir des visites de sa fille Monique DE WAEL en échange des noms des membres de son groupe. Il participa, aux côtés des allemands, aux interrogatoires de ses compagnons d’armes qu’il avait trahis. Plusieurs d’entre eux furent déportés et moururent.

     A la Libération, la Sûreté de l’Etat et l’Auditorat Militaire ouvrirent un dossier à sa charge. Son nom fut rayé des listes des prisonniers politiques. Le Service des Victimes de Guerre lui refusa le titre de résistant.

     Interrogée à ce propos, Monique DE WAEL a simplement – et c’est sans doute vrai – déclaré tout ignorer de ce lourd passé familial. Cela fait partie des fameux « secrets de famille ».

      La supercherie de Monique DE WAEL paraît, malheureusement, maintenant, plutôt relever de la psychiatrie.

17:01 Écrit par P.B. dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

01/03/2008

" SURVIVRE AVEC LES LOUPS ": UNE GRANDE SUPERCHERIE...ET DU PAIN BENIT POUR LES NEGATIONNISTES!

 

« SURVIVRE AVEC LES LOUPS » :

UNE SUPERCHERIE !

DU PAIN BENIT POUR LES NEGATIONNISTES !

  
79208

 

Voici, avant que la supercherie soit découverte la fiche technique de présentation de l’œuvre, présentation plus que louangeuse :

 

FICHE DE PRÉSENTATION

Misha est née de père juif allemand et de mère juive russe en Belgique, à Bruxelles. Pendant la guerre 1940-45, ses parents se cachent des nazis qui tuent tous les juifs qu'ils dénichent. Les parents de Misha ne parlent pas bien le français mais chuchotent parfaitement l'allemand, le russe et le yiddish pour que Misha ne les entendent pas. Un matin, la mère de Misha lui dit qu'une femme viendra la rechercher à l'école à la place de son père. Et sa maman ajoute qu'il faudra lui obéir et elle lui demande de lui jurer. Misha le jure... L'école, Misha y allait très rarement car elle avait peu d'amies. Cette dame en noir l'emmène chez une femme assez noble (Marguerite Valle). Marguerite est très sévère et lui dit que dorénavant, elle s'appellera Monique Valle, Misha est furieuse. Marguerite a un fils, Léopold qui va aller lui montrer la ferme de son grand-père pour faire le ravitaillement (oeufs, légumes...). Misha est vraiment attachée au grand-père et à son épouse (Marthe). Grand-père lui enseigne l'histoire et surtout la géographie. Misha avoue à grand-père qu'elle déteste Marguerite. Désormais, elle la nommera "Elle ou "l'autre" et elle en a marre de vivre dans cette maison. Et, un matin, à l'aube, elle prend la boussole que lui avait confiée grand-père, sa musette remplie de provisions et part à la recherche de ses parents. Avec une seule idée en tête : "Tes parents sont à l'Est". Misha a huit ans quand elle va traverser l'Europe de l'Est à pied, avec pour seuls compagnons "les loups". Misha va-t-elle survivre avec les loups et retrouver ses parents emmenés par les "boches" ?
 

     Tout le monde fut pris au piège. Cela paraissait bien sûr extraordinaire, incroyable. Le plus incroyable était de pouvoir faire, à cet âge, des milliers de kilomètres à pied en se nourrissant de chapardages et de cueillette.. Rien n’y fit. Il n’était pas permis d’émettre le moindre doute ! A titre d’exemple, voici, pris au hasard sur internet, un extrait d’un forum. Un extrait d’un texte pris parmi des centaines d’autres lui ressemblant :

« Les images sont splendides... Quelques longueurs, c'est vrai, mais l'on ne s'y ennuie jamais ! Et en plus, c'est un récit véridique. Misha a tenté

 

de rejoindre ses parents déportés en Pologne à pied, toute seule: de la Belgique à l'Ukraine, de fin 1941 au début 1944 dans une Europe nazie. Elle a échappé à tous les loups bottés, mais sa rencontre avec les vrais loups qui l'a sauveront, la nourriront, sont d'une rare beauté, d'une rare bonté ! Une odyssée de plus de deux ans ! Quelle leçon d'amour ... pour ne pas accepter l'inéluctable horreur donnée par cet immense petit bout à croquer !

Son témoignage: " Mon périple représente en droite ligne (...) environ 3.335 kilomètres. Au début, je devais marcher entre 15 et 20 kilomètres par jour. Par la suite, avec l'endurance, en marchant six heures je pouvais certainement parcourir 30 kilomètres quotidiennement."

Après une longue polémique voici, bêtement un message publié par l’Agence BELGA :

"Survivre avec les loups", une supercherie

 

Misha Defonseca, l'auteur contesté du livre "Survivre avec les loups", a avoué ce jeudi que l'histoire de son épopée à travers les forêts d'Europe qu'elle aurait parcourues en 1941 avec une meute de loups n'est qu'une œuvre de fiction.

Source:Belga - 28 fév 2008 18:17

Misha Defonseca a mis fin à une vive polémique. "Je me suis raconté une vie, une autre vie. Je demande pardon", a-t-elle déclaré. Face à des preuves irréfutables, rassemblant notamment la biographie de résistant de son père et le témoignage confondant d'une de ses cousines retrouvées à Bruxelles, Misha Defonseca a avoué.

     Il revient à des membres éminents de la Communauté juive de s’être livrés également à une étude minutieuse de l’ouvrage et d’avoir traqué toutes les inexactitudes et invraisemblances. La plupart sautent aux yeux. C’est tellement énorme qu’on est presque honteux :

 

« La liste des « aberrations » dressée par Serge Aroles est encore longue, telle cette boussole qui indique inexorablement le ghetto de Varsovie à l’aller, et Anderlecht au retour. La facilité avec laquelle Misha aurait encore traversé le Danube, serait entrée et ressortie du ghetto, et aurait parcouru quelque 6.000 kms !
Alors que nous écrivons ces lignes, son éditrice américaine, suite à une longue querelle judiciaire et financière finalement perdue, diffuse sur internet l’extrait d’un registre de l’année scolaire 1943-1944, attestant qu’à l’époque où l’héroïne (de son vrai nom Monique Dewael !) se disait dans les forêts de Pologne, adoptée par une meute de dix loups, elle était en réalité scolarisée à Schaerbeek ! Un document accablant, accompagné de l’extrait d’acte de baptême catholique de « Misha », née en 1937 à Etterbeek, et aucunement juive, ni de père, ni de mère… Reste à espérer que son récit ne rentre définitivement dans la mémoire collective. Et que la réflexion sur l’enseignement de la Shoah se poursuive car ce genre d’affabulation ne sert qu’une seule cause : celle des négationnistes »

 

 

19:51 Écrit par P.B. dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

29/02/2008

SARKOZY, GUY MOQUET, LA SHOAH: LIBRES PROPOS. ( Pierre BEAUJEAN )

 

SARKOZY, GUY MOQUET, LA SHOAH …ET LE RESTE :

LIBRES PROPOS

( PIERRE BEAUJEAN )

      Il ne m’appartient sans doute pas de transformer ce blog en forum de discussion à propos de SARKOZY. Loin de moi une telle idée. D’ailleurs, à ce sujet, on est déjà plus que bien servi. Inutile d’en rajouter !

     Cependant, si j’ai décidé finalement d’y consacrer un article c’est parce que certains comportements, certaines prises de position conduisent, inéluctablement, à se poser des questions plus fondamentales, plus générales, qui dépassent de loin le cadre strictement français.

     C’est d’autant plus vrai que la France n’est pas le Honduras ni le Canada mais quand même un voisin proche. Et même le plus proche si on tient compte des liens culturels et historiques que nous avons tissés ensemble !

     Cela nous interpelle aussi et doit nous faire réfléchir. Diverses attitudes existent dans le monde politique faisant référence,  traditionnellement et davantage encore maintenant, à la France, prise en modèle.

     Nous avons ainsi le courant rattachiste, avec son 1% aux dernières élections. On doit pourtant bien se rendre compte que le rattachement pur et simple à la France entraînerait, de facto, l’adoption pure et simple du système électoral, administratif, judiciaire français ainsi que l’unification du Code civil, fiscal et de la législation sociale. Si on n’y consacre pas l’espace d’une génération, cela se fera dans la douleur. Le rattachement nous amènerait aussi à accepter le régime présidentiel…

     Nous avons aussi nos suivistes. Ceux qui s’identifiaient durant la campagne présidentielle à Ségolène ROYAL, à François BAYROU, à Nicolas SARKOZY, voire à Olivier BESANCENOT. La campagne présidentielle française a correspondu avec la dernière campagne électorale belge…et on peut affirmer qu’elle l’a polluée.

     Nous avons aussi nos républicains. Ici, sur une génération, le cliché s’est inversé : si la consultation populaire concernant LEOPOLD III s’est soldée par la victoire du « OUI » à 57%, ce fut grâce aux Flamands ; aujourd’hui, l’inverse  se passerait vraisemblablement si une consultation du même genre devait avoir lieu. Qui dit « République », dit « Président » et établissement de tout un nouveau mode d’équilibre des pouvoirs. A bien considérer, il vaut mieux une « monarchie républicaine » comme nous la connaissons qu’une « République monarchique ».

     Ces remarques étant faites, je vais ici aborder quelques sujets qui alimentent les discussions, de comptoir ou plus sérieuses, jusque chez nous.

     Prenons d’abord le premier sujet : inévitablement  Carla BRUNI ! Carla BRUNI, première dame de France ! Sujet qui a dopé les ventes des magasines « people ». Quelle est mon opinion ? aucune ! Pourquoi aucune ? Certes, comme tout le monde, je ne puis m’empêcher de comparer avec la distinction et la classe de Mmes de GAULLE, POMPIDOU, GISCARD d’ESTAING, MITTERRAND et CHIRAC. Mais là n’est pas la question.

     La vraie question, c’est Danièle MITTERRAND qui l’a posée lors d’un débat télévisé auquel elle était conviée. Elle a mis les choses au point : « Première dame de France » est une notion inexistante, une fonction inexistante, une aberration de la presse populaire ! En brillante intellectuelle, sa démonstration fut limpide : les Français élisent un Président ( ou une Présidente ), point barre. Que celui-ci ( ou celle-ci ) soit ou non marié(e) est secondaire et relève du privé. Cela implique, simplement, un devoir de discrétion, de réserve, d’élégance de comportement dont toutes, depuis Yvonne de GAULLE, avaient su faire preuve.

     Dans cette notion, fausse, de « Première dame de France » transparaît, en fait, un critère machiste dont le ridicule saute aux yeux si l’on pose les questions suivantes : comment appellerait-on le mari d’une Présidente ? comment appellerait-on la compagne, non mariée, d’un Président ? comment appellerait-on le compagnon d’un Président homosexuel ? Ou alors la Présidence serait réservée à un homme marié !

     Voyons maintenant la fameuse lettre de GUY MOQUET. Première remarque : ce n’est pas une nouveauté. J’en ai pris connaissance, la première fois, dans les années 50 ( 1957 ?) par de lointains parents qui m’avaient prêté un livre scolaire français. Ladite lettre a donc fait partie de la littérature scolaire française au moins jusqu’à la fin des années 50 ! A l’époque, elle était déjà instrumentalisée. Instrumentalisation venant de deux bords différents : il s’agissait, pour certains, de tirer le rideau sur la période pétainiste ( « Maréchal, nous voilà... ! », les Camps de la Jeunesse… ) et, du côté communiste, de cultiver la mythologie « Parti Communiste = Parti des Fusillés » et  de faire oublier l'attitude ambigüe de Maurice THOREZ en 1940.

      D’ailleurs les valeurs dont Guy MOQUET rappelle à ses parents qu’il a bien défendues sont plutôt celles de la résistance communiste que les valeurs gaullistes ou simplement patriotiques. Mais enfin, sauf le détournement de signification, on ne peut trouver grand chose à redire.                Ce ne doit pas être, dans les écoles, un sujet de polémiques, le climat d’après-guerre étant oublié, les derniers pétainistes morts, le gaullisme historique mal en point et le Parti Communiste devenu à peine plus important que sa dissidence trotskyste ! Le contexte de la lettre devenu vague, celle-ci peut émouvoir positivement quasi tout le monde, de l’extrême gauche à l’extrême droite ( hormis les néonazis  déclarés ), les français de souche gauloise et les autres et même les allochtones car elle peut souvent leur rappeler  la situation de leur pays d’origine. Bref, au delà de l’effet d’annonce, c’est un non problème.

     On ne peut en dire de même de l’annonce, impromptue, faite lors d’un déjeuner organisé par le CRIF : la décision de faire de chaque enfant de CM2 ( équivalent de la 5° primaire chez nous ) le dépositaire de la mémoire d’un enfant juif victime de la SHOAH en France. Le mot dépositaire, selon ses explications, apparaît bien faible. Il s’agit d’une attitude bien différente du simple patronage mais d’une réelle identification.

      La riposte la plus acerbe et la plus catégorique vint d’une de ses fidèles, elle-même victime de la SHOAH, seule rescapée de sa famille, Simone VEIL. Pour gouverne, Simone VEIL est Présidente d’Honneur de la Fondation pour la Mémoire de la SHOAH. Voici comment elle exécute le projet, sans appel : 

« Mon sang s’est glacé. C’est inimaginable, insoutenable, dramatique et surtout injuste. On ne peut pas infliger ça à des petits de 10 ans, on ne peut pas demander à un enfant de s’identifier à un enfant mort. Cette mémoire est beaucoup trop lourde à porter. »

     C’est la réflexion de Simone VEIL, peu suspecte d’antisarkozysme.

      Si la fameuse lettre de Guy MOQUET est peu susceptible d’entraîner des réactions et est, somme toute, relativement consensuelle puisque, avec le temps, ont été gommées les circonstances particulières qui l’ont entourée, il n’en est pas de même de cette idée de cultiver la mémoire de la SHOAH de cette façon.

     Cette dernière idée, en plus des problèmes psychologiques posés, s’avère assez hasardeuse, sinon dangereuse, et susceptible, finalement, de ranimer les sentiments et manifestations antisémites et donc d’avoir l’effet inverse que celui escompté. Pourquoi se limiter aux enfants juifs, la SHOAH ayant aussi concerné les Tziganes ? Et pourquoi oublier les enfants d’ORADOUR –SUR – GLANE par exemple ? Comment expliquer aux enfants de la diaspora palestinienne qu’ils doivent s’identifier à la mémoire d’un enfant juif ?

     Finalement, on vient d’apprendre que la Commission mise sur pied a décidé d’abandonner cette idée. On doit sans doute cette volte face à la présence et à l’autorité morale de Simone VEIL.

     Le grand travail de cette Commission sera, maintenant, de dire comment la SHOAH sera exposée dans les écoles ! Il s’agira, en fin de compte, de s’inspirer de ce qui se passe déjà sur le terrain !

      Finalement, nous laisserons le mot de la fin à Edouard BALLADUR, peu suspect non plus d'antisarkozysme:

" La sincérité n'est pas exclusive d'une certaine sobriété. La prise de décision n'interdit pas la concertation préalable. Il n'est pas indispensable de créer tous les jours l'évènement."

 

18:24 Écrit par P.B. dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

28/02/2008

SAUVEZ INGRID BETANCOURT!

INGRID BETANCOURT DOIT ÊTRE POUR LES GOUVERNEMENTS DES PAYS DEMOCRATIQUES PLUS QU'UN SUJET DE MANIFESTATIONS ET DE DECLARATIONS VERBALES.Ingrid

14:55 Écrit par P.B. dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

27/02/2008

OUPEYE. EXPOSITION A LA> MAISON DU SOUVENIR ( 1° GUERRE MONDIALE )

 

« LA PREMIERE GUERRE MONDIALE CHEZ NOUS » :

UNE ORGANISATION DE LA MAISON DU SOUVENIR D’OUPEYE.

 

     La Maison du Souvenir d’OUPEYE se situe à l’ancienne Maison Communale de HERMALLE – SOUS – ARGENTEAU.

     Le mercredi 19 mars, débutera une exposition intitulée « La première guerre mondiale chez nous…et ailleurs. » Comme d’habitude, elle sera agrémentée de mannequins en costume d’époque ( dont certains appartiennent à la Maison du Souvenir ), de dioramas en grandeur nature ou en réduction, de documents photographiques et autres.

     On pourra notamment voir, en diorama, la reproduction en grandeur nature d’une tranchée.

     Cette exposition durera jusqu’au 31 mai.

     On pourra visiter le mercredi de 13H30 à 16H30 et le vendredi de 19H00 à 21H00.

     Cette exposition sera précédée d’une conférence donnée au Château d’OUPEYE le vendredi 14 mars à 20H00 par le Docteur LOODTS.

18:58 Écrit par P.B. dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |