05/02/2009

LIEGE, le 18.02.2009: double anniversaire pour le Roi ALBERT I°

LIEGE FÊTRA,

LE 18 FEVRIER 2009,

LE 100°ANNIVERSAIRE DE LA PRESTATION DE SERMENT ET

LE 75°ANNIVERSAIRE DE LA MORT

DU ROI

ALBERT I°.

Les cérémonies débuteront à 09H00. Elles seront annoncées, mercredi prochain, lors dx'un conférence de presse.

On nous promet des cérémonies grandioses avec participation des écoles et un défilé militaire.

Albert I° en uniforme

 

Remise de  décorations aux Généraux en 1919

16:37 Écrit par P.B. dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |

04/02/2009

" Quand ils sont venus..."

 
 « Quand ils sont venus chercher les communistes, je n'ai pas
 protesté parce que je ne suis pas communiste.
 
 Quand ils sont venus chercher les Juifs, je n'ai pas protesté parce
 que je ne suis pas Juif.
 
 Quand ils sont venus chercher les syndicalistes, je n'ai pas
 protesté parce que je ne suis pas syndicaliste.
 
 Quand ils sont venus chercher les catholiques, je n'ai pas protesté
 parce que je ne suis pas catholique.
 
 Et lorsqu'ils sont venus me chercher, il n'y avait plus personne
 pour protester. »
 
 
 MARTIN NIEMÖLLER, DACHAU

 

***********************************************

18:44 Écrit par P.B. dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |

03/02/2009

FORT DE LONCIN, LE 15 AOÛT 2008.

NOUS ETIONS PRESENTS

AU FORT DE LONCIN,

LE 15 AOÛT 2008

DSC00652 [Desktop Resolution]

DSC00653 [Desktop Resolution]

DSC00656 [Desktop Resolution]

DSC00657 [Desktop Resolution]
DSC00659 [Desktop Resolution]

DSC00665 [Desktop Resolution]

DSC00665 [Desktop Resolution]

DSC00668 [Desktop Resolution]

DSC00677 [Desktop Resolution]

DSC00680 [Desktop Resolution]

20:04 Écrit par P.B. dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |

31/01/2009

MONUMENTS AUX MORTS ET EGLISES ( LIEGE OUEST )

LIEGE

( SAINTE MARGUERITE )

(QUARTIER OUEST)

Nous trouvons ici le monument érigé, dans le quartier "OUEST", appelé plus couramment " Sainte MARGUERITE".

SDC10219 [Desktop Resolution]

Nous nous trouvons devant un monument dont, au contraire de ceux de l'église Sainte FOY et de l'église Saint REMACLE-AU-PONT, le caractère civil apparaît de suite.

Il ne porte aucune trace de référence religieuse: ni Christ, ni citation, ni aucune autre image religieuse. La figure en relief sur le monument n'est pas une représentation de la Vierge, mais une allégorie, sans doute l'allégorie de la paix.

Si on regarde davantage, on verra ce qui suit:


SDC10222 [Desktop Resolution]

Ilapparaît bien qu'il s'agit d'un hommage, non pas de la Paroisse  "Sainte MARGUERITE"mais du Quartier "OUEST".

En poussant encore les recherches,on découvre une autre mention au pied d'une colonne du monument:

SDC10224 [Desktop Resolution]

18:51 Écrit par P.B. dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |

28/01/2009

ANS: " UBU ROI " AU CENTRE CULTUREL.

150px-Ubu-Jarry

 

 

CENTRE CULTUREL D'ANS

Mardi 3 février à 13h30:

"Ubu Roi"

par la bande du Zut Théâtre (Arcinolether)
dans le cadre de "Cultur'Ecole"

 Planqué derrière son mur de sacs de sable, le Père Ubu se fait canonner par les armées du tsar. Bientôt, il sera vaincu, viré, lâché par ses derniers soutiens. Fin d’une dictature. Et début d’une nouvelle carrière pour ce despote à la petite semaine qu’on retrouve sur grand écran, serrant la main à tous les grands de ce monde dans un exil doré et déambulatoire.

Toute ressemblance avec des personnages ou des situations existantes est totalement volontaire et l’Ubu roi de la compagnie Arcinolether en est truffé. « Ce n’est pas la pièce qui nous intéressait en tant que telle, explique le metteur en scène Christophe Cotteret. Ce que nous voulions, à travers celle-ci, c’est parler de ces tyrans qui surgissent ça et là et qui s’en sortent toujours d’une manière ou d’une autre. »

Véritable décalque de Pinochet, Olivier Rosman est formidable dans le rôle de Père Ubu. Sanglé dans son uniforme d’opérette, il se croit maître du monde alors que la mère Ubu (excellente Léa Rogliano) le mène par le bout du nez. A leurs côtés, François Kah est un Bordure tortueux à souhait, endossant également divers seconds rôles avec Maria Harfouche, pleine d’énergie du début à la fin.

Dès l’entame, Ubu et les siens sont réfugiés dans une sorte de bunker, petite bande de malfrats se serrant les coudes par opportunisme pour prendre le pouvoir. Certains personnages n’apparaissent que par le biais de projections sur grand écran. Le Roi de Pologne a le visage du général Jaruzelski, le tsar de Russie n’est autre que Staline et bien d’autres grands de ce monde, de Chirac à Poutine en passant par Bush et Berlusconi, font involontairement partie du casting.

Car au-delà des tyrans purs et durs, cet Ubu roi établit aussi des parallèles criants de vérité avec certains populistes actuels, habiles manipulateurs du grand cirque médiatique.

A cet égard, la deuxième partie, durant laquelle Ubu va à la rencontre du peuple, lançant de grandes réformes, avant de faire tomber les têtes des magistrats et des grands de la finance est un régal, rappelant les six premiers mois de règne d’un certain président hyperactif. Le public est convié à participer à cette seconde partie et, pour une fois, c’est pleinement justifié. Car cet Ubu-là nous rappelle plus que jamais que c’est de nous et de notre existence qu’il est question ici.

L'AUTEUR: ALFRED JARRY

 

Le créateur du père Ubu traverse la Belle Epoque en tenue de cycliste, lançant force pieds de nez à un monde ennuyé qu'il ne tarde guère à quitter. La précocité, commune en son siècle, a ceci de particulier chez lui qu'elle s'alimente des farces absurdes de l'adolescence : c'est de l'imagination de potaches que naît Ubu, dont le personnage principal vit tout d'abord de l'imitation d'un professeur breton. S'organisant bientôt en cycle, la geste du père Ubu tend à cacher une œuvre importante, édifiée en quelques années et culminant dans la figure du Docteur Faustroll, initiateur de la science des solutions imaginaires dite aussi 'Pataphysique. Dès Les Minutes de sable immémorial (1894), Jarry affirme une esthétique du déploiement de formes imaginaires, dans une écriture qui peut sembler procéder du symbolisme en ce qu'elle joue de la polyvalence du mot — et de tout signe. De même que la 'Pataphysique multipliera les lois, confondra les contraires, jouera le jeu de l'exception, l'écriture de Jarry fait fond d'un monde non advenu, où l'imagination se débride en excès, où l'outrance se dit dans le désordre et le mélange. Les romans explorent la folie (Les Jours et les nuits, 1897), l'érotisme (Messaline, 1901 ; Le Surmâle, 1902), confrontant l'esprit aux logiques étranges et déchaînées du fantasme. Avec les Gestes et opinions du docteur Faustroll, pataphysicien (posthume), Jarry poussera au paroxysme cette mise en forme de l'absurde, en énonçant ses lois complexes dans l'humour d'une prose contournée, où la langue poétiquement se délite. L'attention des surréalistes, puis la fondation du Collège de 'Pataphysique assureront la pérénité d'une œuvre dont s'inspirent au vingtième siècle Artaud, Pérec, Queneau.


 

20:12 Écrit par P.B. dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |

27/01/2009

MONUMENTS AUX MORTS ET EGLISES ( 3° article LIEGE )

LIEGE

( QUARTIER D'AMERCOEUR )

EGLISE SAINT REMACLE-AU-PONT

SDC10208 [Desktop Resolution]
Nous avons, encore une fois, la présence d'un monument aux morts adossé à une église paroissiale d'un quartier. Le caractère religieux est bien présent ( croix ).

LSDC10213 [Desktop Resolution]

L'édicule a été remanié afin d'inclure les victimes de la guerre 40/45.

Les tableaux relatifs aux victimes de 40/45 encadrent les tableaux relatifs à 14/18.

 

20:09 Écrit par P.B. dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |

26/01/2009

MONUMENTS AUX MORTS ET EGLISES ( SUITE )

MONUMENT

DE

L'EGLISE SAINTE FOY

(Quartier St LEONARD à LIEGE )

SDC10201 [Desktop Resolution]

Ici aussi, nous avons un momument commémoratif pour les victimes deguerre d'un quartier bien déterminé, correspondant au territoire d'une paroisse.

Ici, contrairement à ce que nous avons vu pour celui de l'église Sainte MARIE à ANS, le momument a été modifié pour y inclure les victimes de 40/45.

La présence de tels momuments, d'essence religieuse, nous fait penser au poème de Victor HUGO:

"Ceux qui pieusement sont morts pour la patrie
Ont droit qu'à leur cercueil la foule vienne et prie.
Entre les plus beaux noms leur nom est le plus beau.
Toute gloire près d'eux passe et tombe éphémère ;
Et, comme ferait une mère,
La voix d'un peuple entier les berce en leur tombeau !"




18:39 Écrit par P.B. dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |