15/09/2009

CIVISME, CIVILITE, CITOYENNETE: NE PAS CONFONDRE!

 

CIVISME, CITOYENNETE ET CIVILITE: NE PAS CONFONDRE!

On relève non seulement dans les conversations courantes mais aussi dans les interventions de penseurs ( ou qui se veulent tels) et dans les écrits des journalistes une utilisation indifférente de ces trois termes. Certes, ils « tournent » tous les trois autour du même sujet, la place et l'action de l'individu dans la société, mais ne recouvrent pas la même surface.

Utiliser l'un pour l'autre n'est pas seulement une faute de vocabulaire mais peut amener à réduire l'importance de certaines définitions, à banaliser des sujets qui méritent plus de gravité.

Le civisme désigne le respect du citoyen pour la collectivité publique dans laquelle il vit. Et donc notamment pour sa constitution, ses lois, son intégrité, son indépendance et ses engagements.

Ce terme s'applique dans le cadre d'un rapport aux institutions représentant la collectivité. Faire preuve de civisme, c'est respecter la « chose publique ». C'est également l'affirmer sa conscience politique. Par conscience politique, il ne faut bien sûr pas comprendre l'obligation ou la nécessité de s'engager dans une action politique.La conscience politique suppose la connaissance des règles fondamentales organisant la collectivité, la connaissance de sa place dans cette collectivité, de ses droits etde ses devoirs et d'en comprendre la portée. Attention, il peut parfois s'agir d'un respect purement formel: se présenter au bureau de vote et s'abstenir d'émettre un vote, par exemple. Quand on parle de civisme et que l'on se borne à la définition reprise plus haut, on a un citoyen qui peut être complètement inerte sur le plan social, ce qui, en fin de compte, n'est guère civique. On parlera, par exemple, d'actes de civisme: des actions accomplies sans aucune obligation mais qui expriment l'accomplissement d'un devoir moral: sauver quelqu'un de la noyade, aider les pompiers lors d'un incendie, venir au secours d'une personne sur le point de se suicider...

On le confond de plus en plus dans le langage courant avec la civilité. La civilité, c'est le savoir-vivre élevé au niveau de la société. Le savoir-vivre privé concerne l'ensemble des règles communément admises pour se comporter de façon courtoise en famille, en réunion, dans les réceptions...La civilité, c'est en quelque sorte la même chose mais porté au niveau des relations sociales. Le règles à respecter ne seront plus celles des rapports que l'on a en privé mais est ce seront des principes collectifs non codifiés mais, maintenant, souvent codifiés: ne pas faire de feu dans les jardins, ne pas incommoder les voisins le dimanche avec les tondeuses, ne pas déposer ses détritus dans les poubelles publiques...

La citoyenneté est un statut juridique. C'est, par une sorte de lapalissade, la reconnaissanvce de l'état ou de la qualité de citoyen à quelqu'un. C'est la reconnaissance par l'Etat d'un individu comme membre d'une société civile, d'un Etat et, surtout, de participer à la vie politique de cet Etat. La citoyenneté donne donc accès à l'ensemble des droits politiques reconnus à tous les autres citoyens touit en créant des devoirs. On peut dire que à chaque devoir correspond un droit. La citoyenneté permet de participerde façon active à la vie civique de l'Etat: participer aux élections, être candidat aux élections, se faire élire. En général, on peut dire que c'est ce droit électoral qui parmet de distinguer clairement les citoyens des simples résidents. De même, l'accès à certaines fonctions publiques sont naturellement réservées aux citoyens: police, armée, être juré d'assises...

Ce qui compliquent sérieusement les choses, c'est la proportion élevée des résidents dans nos pays. Comment comprendre que, étant majoritaires à certains endroits, les résidents, souvent installés à vie, n'aient pas le droit de participer à certains actes de la vie publique ?

Un autre problème, est aussi celui des doubles nationalités, donc des doubles allégeances. Ce sont des problèmes, parfois épineux, à résoudre sans aucune frilosité.

Nous avons aussi, maintenant, à prendre en compte une citoyenneté européenne qui vient se superposer à chacune des citoyennetés nationales.

Ce doit de toute façon en être fini d'utiliser un terme pour l'autre: la citoyenneté est un statut, la civilité est un mode de comportement, de savoir-vivre dans la collectivité et le civisme, un comportement actif entraîné par la citoyenneté.

15:38 Écrit par P.B. dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

14/09/2009

AUBEL: IN MEMORIAM ( Docteur Léon GERARDY )

Nous apprenons avec tristesse le deces du  docteur Leon Gerardy
 
volontaire de la guerre 1940-1945,
ancien Président de la Société Royale Belge de Stomatologie,
Officier de l'Ordre de la Couronne,
 
né à Vaux-sous-Chèvremont le 18 décembre 1920
et décédé à Aubel le 11 septembre 2009.
 
Il repose au funérarium Radermecker-Spronck, rue de Battice 21 à 4880 Aubel, où la famille recevra les visites de 17 à 19 heures.
Les obsèques seront célébrées en l'église Saint-Hubert à Aubel le mardi 15 septembre 2009 à 10 heures 30.

15:40 Écrit par P.B. dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

12/09/2009

FORT DE LONCIN: MEMORIAL A L'INTERIEUR DU FORT.

FORT DE LONCIN:

MEMORIAL A L'INTERIEUR DU FORT.

Voici le mémorial après le dépôt des fleurs le 15 août 2009

SDC10094 [Desktop Resolution]

AU pied de ce mémorial, nous pouvons découvrir les plaques commémoratives déposées par diverses associations , dans l'entre - deux -  guerres.

SDC10088 [Desktop Resolution]

SDC10089 [Desktop Resolution]

SDC10090 [Desktop Resolution]

SDC10095 [Desktop Resolution]

SDC10096 [Desktop Resolution]

SDC10097 [Desktop Resolution]

SDC10098 [Desktop Resolution]

SDC10099 [Desktop Resolution]

SDC10100 [Desktop Resolution]

SDC10101 [Desktop Resolution]

15:40 Écrit par P.B. dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

11/09/2009

HALEN: MONUMENTS AUX MORTS.

MONUMENTS AUX MORTS

( VILLE DE HALEN )

DSC05129 [Desktop Resolution]

Colonne très curieuse ( style " Chevalier du Moyen-Âge" ) situé sur la place , devant l'église.

DSC05127 [Desktop Resolution]

 Monument, en forme de chapelle, sur la route qui mène au Cimetière militaire.

DSC05128 [Desktop Resolution]

 

L'intérieur de cette chapelle.

17:36 Écrit par P.B. dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

09/09/2009

AWANS : IN MEMORIAM ( RAYMOND KLINKERS )

 

Vendredi 11 septembre à 10H30 en l'église d'AWANS:

Funérailles de notre membre Raymond KLINKERS ( Ancien de la Brigade PIRON )

Selon les désirs de la famille, il sera inhumé à la Pelouse d'Honneur.

Il repose au funérarium FORET à ALLEUR

Drapeau belge

 

11:30 Écrit par P.B. dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

08/09/2009

FORT DE FLEMALLE: RENDEZ-VOUS LES 4 ET 5 OCTOBRE 2009.

flemalle

 

10:49 Écrit par P.B. dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

05/09/2009

" REFUGE SAUMON" et "ARMEE SECRETE": QUELQUES MOTS.

QUELQUES MOTS SUR

 L'ARMEE SECRETE

 ET LE "REFUGE SAUMON".

L' Armée Secrète avait la confiance absolue du gouvernement belge de Londres. Cette organisation opéra toujours sur ordre de celui-ci.

En vertu de l'instruction intitulée "Cheval de Troie" le gouvernement de Londres lui avait conféré un statut militaire officiel qui différenciait ainsi l'AS des autres mouvements de Résistance. C'est la raison pour laquelle, l'Armée Secrète s'est toujours tenue à l'écart des questions politiques.

Les hommes de l'Armée Secrète étaient sur le qui-vive depuis le débarquement des Alliés en Normandie en juin 1944. Dans le but de préparer dans nos régions l'arrivée des Alliés, ils se sont regroupés dans des « refuges ».

L'AS fut très active sur le terrain et mena de nombreuses actions stratégiques et tactiques telles que des sabotages dès la fin de 1943 déjà en prévision d'un débarquement. Ces sabotages se sont intensifiés après le 6 juin 1944. A ces actions de sabotage se sont ajoutées des opérations de harcèlement dès septembre 1944. L' action du « Refuge SAUMON » à BIERSET s'inscrit dans cette ligne.

En Hesbaye liégeoise, l'un de ces « refuges » était établi aux Cahottes (anciennement Commune de Horion-Hozémont). C'était le « Refuge Saumon ».


Le peloton MONET de la première compagnie du « Refuge SAUMON » s'empara d'abord d' armes allemandes à la suite d'une embuscade habilement orchestrée. Ensuite, il attaqua, le 5 septembre 1944, la Base de BIERSET où les Allemands étaient établis. Ils firent prisonniers les soldats allemands.

Malheureusement ceux-ci reçurent des renforts inespérés. Dès lors, la bataille devint déséquilibrée. La compagnie dut se replier sur le Fort de HOLLOGNE. Il était prévu que, de là, chacun devait rejoindre individuellement le village de LONCIN.


Trois hommes, Maurice DIRICK, Frédéric ORY et VAN AKELEYN Hubert tentèrent de reprendre leur bicyclette. Ils furent interceptés par l'ennemi et atrocement suppliciés. Leurs corps ne furent découverts qu'une dizaine de jours plus tard.

Cet acte d'héroïsme était, comme beaucoup d'autres, tombé dans l'oubli et il ne fut redécouvert que 45 ans plus tard. Un monument a été érigé à la Caserne DECUBBER ( Base de BIERSET ).

Ci-dessous, la photo prise lors de l'inauguration:

Refuge%20Saumon7-28%20aou%2090 [Desktop Resolution]

refuge SAUMON

 

 

18:51 Écrit par P.B. dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |