17/08/2013

CENTIEME ANNIVERSAIRE DE LA GUERRE 1914/1918: UN TEMOIN PRIVILEGIE, GEORGES LINZE.

L'écrivain liégeois Georges LINZE avait 14 ans lors de la déclaration de la Guerre en août 1914. En 1936, il écrivit un roman, maintenant injustement oublié, " LES ENFANTS BOMBARDES ".

Il est maintenant réédité par les Editions LABOR, par "Espace Nord". il est en vente au prix modique de 8,00 €.

J'ai acheté le mien, sur commande, à la Libraire PAX, Place Cockerill à LIEGE.

Ce roman, Georges LINZE dit qu'il n'est pas autobiographique car ces témoignages reflètent les expériences de tout le monde. Ce roman, dit-il est vrai ou en tout cas "vraisemblable".

Il s'agit de l'expérience de la guerre vécue par un enfant.

A certains détails on croit reconnaître LIEGE: il parle d'une cathédrale, d'un fleuve, de parcs, de quartiers sur les hauteurs, d'une ceinture de forts...mais en fait, ce qu'il décrit est universel et intemporel. Il décrit ce que vivent et souffrent les enfants dans des pays en guerre ou occupés, en tous temps et en tous lieux.

Voici un passage pathétique. C'est celui où Georges LINZE décrit la faim lancinante éprouvée par un enfant, par tous les enfants en fait.

Linze.jpg"Mon père maigrit, ma mère maigrit, je maigris. Mes côtes ne saillent pas encore. dans la glace, je me vois rosé et fin, je commencerai vite à devenir un homme.

...

J'ai faim. La lampe de la cuisine sent, elle éclaire mal. je pense au pain; je ne peux plus m'empêcher de penser au pain que l'on place au milieu de la nappe, au pain trop petit qui règne comme un talisman avant de disparaître en chacun de nous...Si je le dévorais, si je m'emplissais la bouche de sa mie et de sa croûte ! Fuir  dans les bois, manger à ma faim, m'emplir la bouche, avaler sans mâcher, manger, manger, manger, manger.

Je passe en revue ce qu'on pourrait faire pour un, deux ou trois pains, et je m'aperçois qu'en moi-même, j'accepte des choses de plus en plus absurdes. je crois que la faim me grise.

La figure de la ville grimace, incohérente. Pourquoi, face à notre misère, ces balcons forgés, luxe inutile, pourquoi ces meubles anciens qu'on soigne comme des génies muets, pourquoi ces richesses accumulées dans les temples et les musées, richesses qui lâcheraient des pains comme des bulles...

Je divague...Les vieillards meurent un après l'autre. Je les compte en commençant par les maisons du haut de la rue, pour ne pas en oublier, et j'ai du bonheur à éviter la mienne. La liste s'allonge et ces décès me laissent chaque fois un peu plus seul, un peu plus conscient.

Une tache d'encre tombe sur mon cahier. Mon pied droit me chatouille intolérablement.

J'écris en oblique: "21 février 1917...8 1/2 heures...J'ai faim" et sous la couverture de mon livre: "21 février 1917. 8H33...que j'ai faim !"

J'écris, car il est bien inutile de parler: il n'y a plus rien pour personne avant demain matin, les parts sont faites.

La faim ne me quitte jamais, même après les repas. Les arbres, les maisons, les gens s'animent comme dans une autre vie où les buts diffèrent, où la raison d'être est diffuse.

Je ne mourrai pas de la faim, dussé-je manger des feuilles, mais au moins j'aurai eu la révélation d'un des aspects de l'univers, grâce à elle."

17:26 Écrit par P.B. dans Actualité, Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : guerre, 1914, faim, enfants |  Facebook | | |

08/09/2010

SOCIETE DE CLASSES OU SOCIETE D'ORDRES.

Sur le plan civil notamment, la différence entre ce qu'il est convenu d'appeler « l'ancien régime » et la société moderne, démocratique n'est pas le choix entre régime républicain ou régime monarchique mais le passage d'une société d'ordres à une société de classes.

 

Les français ont fait la révolution de 1789 pour cette raison. Nos ancêtres liégeois ont d'ailleurs embrayé pour la même raison. Les anglais ont connu une autre évolution, non exempte de violences contrairement à ce que l'on pense souvent, mais ont poursuivi le même but. Les américains ont aussi connu leur révolution.

 

En gros, le modèle démocratique occidental a été, dans nos pays, calqué sur ces modèles.

 

Toutes ces révolutions ( violentes ou non ) ont été faites pour obtenir l'égalité devant la loi et, notamment, devant la fiscalité.

 

Autrement exprimé, nos ancêtres ont accepté, peut-être inconsciemment,d'entrer dans une société de classes. Ils acceptaient de rester inégaux devant la fortune mais revendiquaient d'être égaux devant la loi.

 

Dans une société d'ordres, comme celle de l'Ancien Régime, les hommes sont non seulement inégaux devant la fortune mais ils sont aussi inégaux devant la loi. Quand on parle des « ordres », il faut se rappeler de nos leçons d'histoire: « clergé, noblesse, tiers-état ».

 

Dans une société d'ordres, on ne peut pas accoler aux hommes le nom de « citoyen ». La notion de « citoyenneté » est impensable dans une société d'ordres. La notion de « citoyenneté » implique une égalité stricte devant la loi et des droits et devoirs identiques pour tous.

 

Cette distinction doit bien rester présente à notre esprit critique. Si l'inégalité dans la fortune, si l'inégalité dans la position sociale entraîne des inégalités devant la loi, c'est qu'on est revenu à une société d'ordres, c'est que l'on est remonté au 18°siècle ! C'est que l'Ancien Régime a ses nostalgiques et que ceux-ci redressent la tête.

 

 

18:19 Écrit par P.B. dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |

28/06/2010

JEMEPPE-SUR-MEUSE: SOUVENIRS PATRIOTIQUES AU CIMETIERE.

JEMEPPE-SUR-MEUSE

( COMMUNE DE SERAING ):

SOUVENIRS PATRIOTIQUES AU CIMETIERE.

Venant du haut du cimetière, on peut voir le majestueux monuments aux morts:

SDC10322

SDC10328

SDC10326

SDC10329

Comme on peut le lire, ce monument a été érigé en mémoire des victimes de la guerre de 14/18. assez curieusement ( mais c'est loin d'être un cas unique ), aucun ajout ni aucune modification n'a été faite pour 40/45.

Me promenant dans le cimetière, j'ai pu photographier, au hasard, quelques tombes individuelles:

SDC10318

SDC10320


SDC10333

 

SDC10336

17:08 Écrit par P.B. dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |

23/06/2010

FRATERNELLE ROYALE DE L'ARMEE SECRETE ( Refuge Sanglier )

AS

17:48 Écrit par P.B. dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |

19/06/2010

GRÂCE-HOLLOGNE: SOUVENIR DE SIMON PIRMOLIN.

GRÂCE-HOLLOGNE:

SOUVENIR DE SIMON PIRMOLIN.

C'est inouï le nombre de monuments commémoratifs qui ont été érigés après la seconde guerre mondiale pour honorer le souvenir de l'un ou l'autre.

Ils font tellement partie de l'environnement qu'on ne s'aperçoit souvent même plus de leur présence.

Il en va ainsi du monument érigé à GRÂCE-HOLLOGNE en mémoire de l'avocat Simon PIRMOLIN, fusillé en 1944 pour faits de résistance.

Ce monument se trouve sur une petite placette située au bas de la Rue de RUY.

SDC10315

SDC10314

Voici son monument funéraire au cimetière de HOLLOGNE-AUX-PIERRES ainsi que sa photo.

PIRMOLIN_Simon_19694

PIRMOLIN_Simon_11416_4

15:33 Écrit par P.B. dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |

17/06/2010

JUMELAGE DES FRATERNELLES DES CHASSEURS ALPINS ET DES CHASSEURS ARDENNAIS: QUELQUES PHOTOS.

 

 

DSC08173

 

DSC08179

 

DSC08181

 

DSC08184

19:17 Écrit par P.B. dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |

16/06/2010

AWANS: MOBILISONS-NOUS !

closson (1)

08:55 Écrit par P.B. dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |