14/11/2014

FNC "AWANS-BIERSET": Célébration du 11 novembre.

11 NOVEMBRE 2014:

Commémoration du centenaire de la Première Guerre Mondiale

et

Célébration de l'Anniversaire de l'Armistice.

BIERSET.

 

DSCI3657.JPG

 

La FNC "AWANS-BIERSET " a commémoré ces deux évènements.

 

D'abord, après l'office religieux, dépôt de fleurs et recueillement au Carré d'honneur du cimetière d'AWANS

 

_DSC5709a.jpeg

 

 

_DSC5663.jpeg

 

Antoine BOVY salue après le dépôt des fleurs.

 

_DSC5704.jpeg

Les porte-drapeaux, le Bourgmestre, et les représentants de la FNC se recueillent devant le Monument aux Morts d'AWANS.

 

_DSC5727.jpeg

 

 

Le dépôt des fleurs.

 

_DSC5720.jpeg

_DSC5760a.jpeg

 

La FNC en a profité pour rendre un hommage particulier au dernier Ancien Combattant encore en vie originaire de la commune.

Nous remercions les deux Administrations Communales avec qui nous avons collaboré

l'Administration Communale d'AWANS et celle de GRÂCE-HOLLOGNE.

Un grand merci aussi la la section FNC d'OTHEE qui était présente et nous avait garanti l'intervention d'un sonneur d'un cornettiste, aussi bien à BIERSET qu'à AWANS.

 

A la salle des Loisirs, la table d'honneur à laquelle avait pris place notre jubilaire, Antoine BOVY.

Ici, Antoine BOVY, après avoir été félicité par le Bourgmestre, relate son expérience de la guerre.

 Antoine BOVY s'est engagé comme volontaire de guerre en 1944 alors qu'il n'avait pas encore vingt ans.

 

_DSC5766.jpeg

 

 

DSC00515.JPG

 

FNC "AWANS-BIERSET " le 7 Novembre 2014: Jour consacré aux écoles

BIERSET:

Deux élèves de l'école communale de BIERSET déposent les fleurs.

 

DSCI3638.JPG

 

Les enfants de l'école communale de BIERSET.

Pour manifester leur solidarité avec l'école, plusieurs personnes du village s'étaient déplacés.

 

DSCI3639.JPG

 

Madame QUARANTA, au nom de l'Administration Communale, prononce une allocution;

 

DSCI3642.JPG

 

Pour clôturer la cérémonie, le Directeur de l'école communale, Monsieur KRISTOF, explique aux enfants la signification de cette journée.

 

a cérémonieDSCI3644.JPG

 

 

FOOZ:

Les enfants de l'école communale de FOOZ, rassemblés au cimetière, face au Monument aux Morts.

Ils lisent un texte spécialement rédigé à cette intention.

 

DSCI3647.JPG

 

HOGNOUL:

 

DSCI3649.JPG

 

AWANS:

Comme c'est maintenant la tradition, les écoles du village d'AWANS

( Ecole Communale d'AWANS et Ecole Saint-Joseph d'AWANS )

se sont retrouvées au Carré d'Honneur du cimetière d'AWANS.

Les drapeaux placés derrière la stèle du Carré d'Honneur.

En plus du drapeau de leur école, deux drapeaux ont été confiés aux élèves.

 

DSCI3654.JPG

 

Ci-dessous, les enfants rassemblés se recueillent.

 

 

DSCI3652.JPG

 

En compagnie du Bourgmestre, Pierre-Henri LUCAS, un représentant de chaque école participe au dépôt des fleurs.

ll

DSCI3651.JPG

 

13/11/2014

VILLERS l'EVÊQUE ( AWANS ) : commémoration le 16 novembre 2014

 

 

Villers-l’Evêque

( Commune de AWANS )

Cérémonie d’hommage au monument des Anciens Combattants

à Villers-l’Evêque

le dimanche 16 Novembre 2014 

 

Villers.jpg

 

09.45 hrs Messe en l'église de Villers-l'Evêque

10.45 hrs Cérémonie

Allocution du Président FNC de Villers-l’Evêque

Dépôt de fleurs

Last Post

verre de l'amitié en la salle Henry Dumont

12/11/2014

Cartes postales triomphalistes allemandes.

Les Allemands se targuaient de leurs succès auprès de leurs compatriotes.

Sans aucune vergogne, sans aucune retenue, les allemands utilisèrent leurs premiers "succès" comme motifs de carets postales destinées à servir de correspondances entre les soldats et leurs familles.

On aurait pu s'attendre à davantage de retenue. Par exemple, ils auraient pu se contenter de se montrer en train de défiler dans une ville connue chez eux ou de l'occuper, de montrer qu'ils y étaient comme chez eux.

Ce qui est choquant et difficilement compréhensible, c'est qu'ils n'hésitaient pas à faire état des dégâts causés comme l'explosion du Fort de LONCIN.

 

Loncin 2.jpg

 

 

 

Loncin par les Allemands.jpg

06/11/2014

WELLIN commémore dignement 14-18.

 

WELLIN commémore aussi 14-18

 

cabaret/concert: 

 

"Chansons de guerre, chansons de paix"

 

À la salle de Lomprez, le samedi 15 Novembre à 20h00.


Par Les Territoires de la Mémoire de Dinant avec
Edith Bertrand, Richard Bourdeaux, Pierre Gillet, Christian Limbrée,
Jean Loubry, Antoine Patigny, Chantal Zuinen et Patricia Zuinen
La chanson de Craonne, Le Cri du Poilu, Bella Cio, Lili Marlène, …

Avec en première partie :


les élèves de l’école communale
de Porcheresse et le chanteur compositeur
Raphy Raphaël qui interprèteront 2 chansons
composées pour les commémorations 14-18 à Porcheresse.

Info & réservation:
Office du Tourisme :
tourisme@wellin.be
084/43.00.45
Entrée : 10€, prévente : 8€

 

Wellin.jpg

 

 

 

05/11/2014

Cimetière militaire de Bellevue: mixte allemand-français.

 

Cimetière militaire mixte de Bellevue

( Virton )

 

DSCI3630.JPG

 

Cette nécropole compte encore 300 tombes françaises individuelles et 330 tombes allemandes (chaque tombe allemande contient 4 corps) L'ossuaire français garde 2139 soldats français inconnus. L'ossuaire allemand en renferme 306.

D'après les photos ci-dessous, on peut voir une nette différence de conception entre la partie française et la partie allemande.

DSCI3635.JPG

Dans la partie française, à chaque victime est attribuée une croix individuelle.

DSCI3632.JPG

DSCI3631.JPG

Dans la partie allemande, une croix correspond à quatre victimes: deux sont mentionnées au recto et deux autres au verso. Il se dit, mais ce n'est pas vérifié, que cela avait un but bien précis. De cette façon, le nombre de croix allemandes était quatre fois moindre. Si on s'abstenait d'examiner de plus près et de faire des décomptes selon les noms mentionnés et non selon les croix, le nombre de victimes allemandes paraissait nettement moins important. Il y aurait donc eu un but de propagande.

En ce qui concerne les " soldats inconnus ", on peut aussi voir une différence: les allemands ont construit un énorme ossuaire tandis que les français ont érigé une stèle derrière laquelle s'étend un parc.

DSCI3636.JPG

DSCI3634.JPG

04/11/2014

Un habitant d'AWANS décédé à AUVOURS, en 1918

CHAMPAGNÉ.

 

Que dire sur CHAMPAGNÉ ?

Que faisaient des soldats belges à AUVOURS ?

 

La simple lecture des victimes d'AWANS lors de la Première guerre nous apprend beaucoup. Ainsi nous apprenons que LEJEUNE Renier de HOGNOUL, soldat du 14° Régiment de Ligne, est décédé à CHAMPAGNÉ le 26 octobre 1918. Il est mort de la grippe espagnole.

 

Ce village est situé au coeur de la vallée de l'HUISNE, dans le département de la SARTHE, à 15 kilomètres du Mans. Cette commune est devenue membre de la Communauté Urbaine de LE MANS Métropole depuis le 1er janvier 2014.

 

Le camp d'AUVOURS situé sur la commune de CHAMPAGNÉ a hébergé des soldats belges pendant la Première Guerre Mondiale. Malheureusement, soixante d'entre eux sont morts de la grippe espagnole. Renier LEJEUNE est donc un de ces soixante malheureux.

 

Ce camp fut créé après la défaite de la France en 1871. Il devint, en 14-18, une base arrière des armées alliées: les soldats belges et britanniques s'y reposaient et s'y entraînaient.

On peut s'étonner que des soldats belges s'y soient retrouvés car ce camp est situé à environ 500 kilomètres du front de l'Yser. Il semble qu'on les y envoyait « pour se refaire une santé ». En fait les conditions étaient telles qu'on les y a rendus malades.

 

Pour se faire une idée des conditions de vie à AUVOURS, il suffit de regarder ces deux cartes postales. On était loin d'un camp de vacances !

Auvours.jpg

 

Auvours 2.jpg

 
 
Les hôpitaux militaires furent nombreux dans la SARTHE : Aubigné, Auvours Beaumont-sur-Sarthe, Besse-sur-Braye, Bonnetable, Bouloire, Brulon, Chantenay, La Chartre-sur-Le-Loir, Château-du-Loir, Conlie, Connerré, Ecommoy, La Ferté-Bernard, La Flèche, Fresnay-sur-Sarthe, Ivre-l’Evêque, Le Luart, Le Lude, La Luze-sur-Sarthe, Mamers, Le Mans, Marolles-les-Braults, Montabon, Montfort-le-Rotrou, Montmirail, Noyen-sur-Sarthe, Parigné-le-Polin, Pontvallain, Ruillé-sur-Loir, Sablé-sur-Sarthe, Saint-Calais, Saint-Cosme-de-Vair, Saint-Rémy-des-Monts, Saint-Symphorien, Sargé-Lès-le Mans, Sillé-le-Guillaume, Solesmes, Souligné-sous-Ballon, La Suze, Teloché-le-Rancher, Tuffé, Vaas, Vallon-sur-Gée, Verneuil-le-Chétif.

 

En fait, il s'agissait plutôt d'ambulances. Lors de la Première guerre, « ambulance » était le nom donné aux hôpitaux de campagne, qui était en fait des hôpitaux de fortune. Le mot  « ambulance » en 1914 ne signifiait donc pas le véhicule permettant de transporter des blessés mais bien  une petite formation hospitalière ambulante  comprenant  matériel, personnel et véhicules. 

 

Les Allemands utilisaient le mot « Lazaret ».