22/01/2012

CHINE: la vérité sur la pyramide des âges et le traitement des enfants.

La CHINE et la pyramide des âges.

Le vieillissement est plus accentué qu'en Inde, où les plus de 60 ans représentent 5,9 % de la population mais il reste, pour l'instant, plus ou moins comparable à celui de l'Europe.

 

chine.1.gif

 

 

Les enfants chinois de moins de 14 ans représentent une masse tournant autour des 400 millions mais ce nombre cache d'autres réalités.

 

La CHINE est au contraire confrontée au vieillissement accéléré de sa population. Elle doit faire face à un déficit démographique affolant: les moins de 14 ans ne représentent que 8,4% de la population; les plus de 60 ans sont déjà 22,5% et ils dépasseront 28% en 2015.

 

Dès lors, la CHINE envisage de relâcher un peu sa politique de contrôle des naissances. En tout cas dans les cinq provinces où la natalité est particulièrement basse. Ainsi, là-bas, les couples dont un membre au moins est un enfant unique sont autorisés à avoir un second enfant. C'est considéré comme une mesure expérimentale qui pourrait être étendue après une période test de cinq ans.

 

La pyramide des âges pose d'autres problèmes. Le taux de suicide chez les citadins âgés est en nette augmentation. Les causes en sont: la faiblesse des retraites, l'absence de couverture maladie et la rénovation urbaine. La rénovation urbaine est synonyme de démolitions d'immeubles qui chassent les personnes âgées hors de leur milieu et les exilent dans la grande banlieue.

 

Pyramide des âges en 1950

 

1950.jpg

 

Pyramide des âges en 2005.

 

2005.png

Contrairement à une idée répandue, les petits enfants chinois sont loin d'être tous, comme on le représente souvent,des « empereurs ».

De 120 à 200 millions de travailleurs migrants pauvres, pour la plupart des paysans du sud, se sont installés dans les villes à l'est du pays pour travailler dans les usines, la construction ou dans les mines. En grande précarité, ils travaillent au moins 10 h par jour dans des conditions épouvantables, pour un salaire de misère, sans aucune protection sociale ni assistance médicale. Privés de crèches et n'ayant pas les moyens de faire garder leurs enfants, les parents en détresse n'ont pas d'autre choix que de les amener sur leur lieu de travail et de les y enchaîner "pour leur bien". Ces enfants attachés peuvent seulement faire quelques pas dans le périmètre autorisé par leur laisse. Ou observer les parents se tuer à la tâche.

 

La belle image officielle.

 

enfants chinois.jpg

 

Une image plus réelle. Guère présente.

 

travail des enfants.jpg

Les autorités nient l'existence du travail des enfants. Tout porte à penser qu'il y est répandu: les journaux locaux chinois présentent fréquemment des événements montrant une véritable exploitation d'enfants par le travail. La politique de reconnaissance d'une propriété privée en milieu rural pousse à la participation des enfants aux travaux agricoles. Le développement économique dans certaines grandes zones urbaines s'accompagne d'un pourcentage important d'enfants de moins de 15 ans parmi les travailleurs venant des campagnes.

En CHINE, La population s'élevait en 2009 à 1 338 613 000 habitants sans HONG KONG, ni MACAO. Si l'on y ajoute aussi la population de TAÏWAN, il y avait 1 370 000 000 d'habitants en CHINE. Plus du cinquième de la population de la Terre est donc chinois.

On estime que chaque année près de 18 millions de Chinois migrent des campagnes vers les villes.

 

15:56 Écrit par P.B. dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

10/01/2012

CIMETIERE DE HUY ( LA BUISSIERE ): Monuments privés.

Les soldats furent , relativement du moins, tous égaux dans les forts, sur les routes, dans les champs de bataille, dans les boues de l'Yser ( pour 14/18), dans les camps de prisonniers ( pour 40/45 ).

Ils furent égaux devant le danger, égaux dans la souffrance des blessures, égaux devant la mort, égaux dans les souffrances morales du découragement...

Hélas, après la mort, dans la statuaire funéraire, les différences de classe sont réapparues. Le laboureur, le mineur, l'artisan ou le petit employé eurent droit à une simple stèle ou un monument familial ordinaire...

On ne peut s'empêcher d'être frappé par la somptuosité de certins monuments. Ainsi, celui-ci, sur l'allée  qui mène à la Pelouse d'Honneur du Cimetière de La Buissière

 

Socle Ch. PREUDHOMME.JPG

 

 

 

Monument PREUDHOMME.JPG

Il en est qui surent rester modestes toute leur vie durant. Il en va ainsi de l'homme qui repose sous cette pierre.

 

SDC11420.JPG

J'ai eu le plaisir de fréquenter André MANNE. Il exerça son métier d'imprimeur non loin de l'ancienne gare de HUY-SUD.

André MANNE fut un grand résistant. Il participa à des opérations très risquées. Jamais, après la guerre, il n'en fit étalage. Il resta toujours modeste à ce propos...mais quand on citait les "actes de bravoure" de certains, il ne pouvait s'empêcher d'esquisser un petit sourire...


19:17 Écrit par P.B. dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

08/01/2012

HUY: PELOUSE D'HONNEUR DU CIMETIERE DE LA BUISSIERE.

Plan La BUISSIERE.gif

Créé en 1834 et principal cimetière de la ville de Huy, 

Je conserve le souvenir de mes années d'études à l'Athénée Royal de HUY. Et plus précisément des cérémonies qui se déroulaient la veille du 11 novembre, chaque année ( c'était fin des années 50, début des années 60 ).

Toutes les écoles de la ville se rassemblaient Promenade de l'Ile, autour du monument. On y entendait les discours...puis, toutes les écoles traversaient la ville et remontaient vers le Ciemtière de La Buissière pour défiler devant la Pelouse d'Honneur.

Voici une vue d'ensemble de cette Pelouse ( qui devarit plutôt être appelée "Carré d'Honneur" )

 

Vue Pelouse d'Honneur.JPG


Ainsi qu'une vue générale prise sous un autre angle.

 

Autre vue pelouse d'honneur.JPG

Vue de la partie "gauche".

 

Pelouse d'honneur, gauche.JPG

Et de la partie "droite".

Pelouse d'Honneur, droite.JPG

Jusqu'à un passé relativement récent, d'anciens combattants ont toujours été inhumés ici.

 

Stèles plus récentes..JPG

A l'avant-plan, la stèle commémorative dédiée à l'initiateur de cet emplacement d'Honneur

( DABOMPRE )

 

Monument DABOMPRE.JPG

Le Monument aux Morts.

 

Monument aux Morts.JPG

Il porte la même inscription que le Monument de la Promenade de l'Ile ( "Plutôt mourir de franche volonté que du pays perdre la liberté" )

Il est, hélas, en moins bon état.

 

Monument aux Morts de près..JPG

Vue du gisant.

 

Gisant.JPG

Le verso du Monument aux Morts laisse apparaître les blessures du temps ...

 

Verso endommag.JPG

La stèle de la FNC-FNAPG de BEN-AHIN, dans un triste état.

 

Stèle FNC BEN-AHIN.JPG

Elle se troue sur la droite, Sur la gauche, une stèle dédiée aux hutois "qui ne sont pas revenus".

Elle mériterait aussi un rafraîchissement.

 

Stèle aux disparus..JPG

Plaque commémorative déposée par la FNAPG à l'occasion du 40° anniversaire de la Libération des Camps.

 

FNAPG, 40° anniversaire.JPG


19:07 Écrit par P.B. dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

27/12/2011

ATHENEE ROYAL DE WAREMME: DISCOURS DU 11 NOVEMBRE 2011

Voici, reçu par le bulletin trimestriel de l'Association "SOUVENIR et CIVISME" de WAREMME, le discours préparé par un élève de l'Athénée de Waremme à l'occasion de la cérémonie du souvenir.

 

Façade cour intérieure déformée.jpg


Il s'agit de Mehdi DOLORIS, élève de Rhéto de l'A.R.W.

" Messieurs les anciens combattants, Madame la Préfète, mesdames et messieurs les professeurs, chers amis.

   Si nous sommes ici en ce jour de novembre, c'est afin de perpétuer le souvenir de cette lutte qui fut menée contre les envahisseurs. En effet, au cours du siècle dernier, par deux fois, la Belgique fut mêlée, bien malgré elle, à une terrible tragédie: la Guerre. Deux conflits meurtriers que nous n'avons pas voulus, mais face auxquels il a fallu se montrer courageux et déterminé; contre lesquels, la jeunesse de notre pays n'a pas hésité à se dresser. Pourtant devant elle se trouvait un ennemi redoutable, puissan,t contre lequel résister semblait peine perdue.

   Pourquoi risquer sa vie dans une cause peut-être perdue d'avance ? C'est simple, ces jeunes étaient avides de libertés, prêts à tout pour défendre leurs amis, leur famille, leurs valeurs...en un mot leur patrie.

   Cette attitude doit-elle nous surprendre ? NON, bien évidemment !!! En effet, près d'un siècle après la Première Guerre Mondiale, nous constatons que lutter pour de tels idéaux peut encore être d'actualité. Les récentes révolutions du "Printemps arabe" nous l'ont bien prouvé. Combattre la dictature pour la liberté est primordial, même encore aujourd'hui où, pour nous, vivre en démocratie semble être une évidence. Pourtant, nous devons rester vigilants car de telles tragédies peuvent toujours se reproduire. Ne dit-on pas que " Celui qui oublie son passé est condamné à le revivre." ?

   Aujourd'hui, le 15 novembre, c'est la fête du Roi, alors comment ne pourrais-je pas parler du courage de notre armée sans également mentionner le "Roi Chevalier". En effet, Albert I° s'est battu vaillament pour que notre pays continue d'exister. Pourtant depuis un an et demi il doit, probablement, se retourner dans sa tombe en voyant ces politiciens tergiverser quant à notre avenir et quasi détruire ce pourquoi lui et tant d'autres se battus: la Belgique. Mais finalement, il semblerait qu'il puisse continuer de reposer en paix puisque la raison va peut-être l'emporter. Nous ne pouvons que nous en réjouir.

    Cependant, les soucis continuent malgré tout de se succéder puisque maintenant nous sommes en train de connaître la , déjà fameuse, "Crise de la dette". Soyons vigilants, car elle pourrait conduire à un repli sur soi-même et faire encore le jeu des nationalistes. Ils sont malheureusement déjà si présents parmi nous au travers de partis soi-disant démocratiques, mais en réalité liberticides.

   Alors profitons de cette journée pour d'une part, continuer notre devoir de mémoire pour tous ces hommes et femmes qui sont morts pour nous; et d'autre part faire la promesse que nous continuerons d'être vigilants, comme vous l'avez été, face au danger que continue de représenter le nationalisme. "

18:03 Écrit par P.B. dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

22/12/2011

STEFAN ZWEIG: TEMOIN ATTENTIF, CLAIRVOYANT MAIS DESABUSE DE SON TEMPS.

stefan-zweig-et-son-chien.JPG

Essayer de comprendre Zweig, c’est se plonger dans les tréfonds de l’âme humaine et revenir sur la page la plus noire du XXème siècle et de l’histoire, celle de la montée et des triomphes du totalitarisme hitlérien.

---------------------------------------------------------------------------------------------

STEFAN ZWEIG

 

 

 

né le 28 novembre 1881 à Vienne ( Autriche )

 

décédé le 22 février 1942 à Pétropolis ( Brésil )

 

Grand représentant de la littérature autrichienne, ilincarne le bouillonnement de la vie culturelle viennoise de l'entre-deux-guerres.

 

 

 

Près de septante ans après sa mort, Stefan ZWEIG reste l’un des écrivains les plus lus de par le monde. 

 

---------------------------------------------------------------------------------------------

 

«C’est en Stefan Zweig que s’est incarnée, aux jours les plus sombres de la tourmente européenne, quand tout semblait détruit, la foi inaltérable en la communauté intellectuelle de l’Europe, la grande Amitié de l’Esprit, qui ne connaît pas de frontières.»

 

( Romain Rolland )

---------------------------------------------------------------------------------------------

 

«Zweig avait une recette que l'on pourrait nommer “l'art du renoncement”. Il a expliqué à plusieurs reprises: d'un premier jet d'élaboration,il en vient ensuite à condenser, élaguer et éliminer toutes les longueurs»

 

( Catherine SAUVAT, biographe )

 

------------------------------------------------------------------------

 

 

Stefan ZWEIG, fils d'un riche tisserand israélite, est né le 28 novembre 1881 à VIENNE.

 

En 1891, il entre au Maximilian Gymnasium, établissement parmi les meilleurs de VIENNE. Il y suit des études en toute liberté, guidé uniquement par son goût, passionné de littérature, de philosophie, d'histoire et d'art. Ce lycée, qu'il décrit comme un bagne, lui apporte une solide culture classique. Il n'y sera cependant qu'un élève moyen et morose.

 

Avec ses condisciples, il découvre, dès ses 14 ans, la vie de café: des établissements célèbres tels le "Beethoven", le "Rathaus", ou le "Reyl". Ils y discutent des heures, y jouent aux échecs, y lisent les journaux et revues culturelles mis à la diposition de la clientèle.

 

ZWEIG a une jeunesse, mélancolique, de dilettante et d'esthète. Sa fortune familiale lui permet de consacrer son temps aux nourritures spirituelles: les mélodies de Johan Strauss et d’Arnold Schönberg, la lecture de Goethe, Schiller, Rainer, Maria Rilke et des romantiques allemands.

 

 

 

Il suit les cours de philosophie à l’Université de VIENNE. Juif n'ayant pas reçu d’éducation religieuse, la question de l'identité ne le tourmente pas, pas plus que le problème d'intégration. Il se considère comme citoyen du monde, homme libre et ouvert. C'est un pur produit du monde intellectuel viennois de son temps, pluriculturel et tolérant.

 

A 23 ans, il fut reçu docteur en philosophie.

 

 

 

Il écrit, très jeune, de courtes nouvelles. Les premières ne trouveront pas d’éditeur. A 19 ans il publie "Dans la neige", texte cité comme remarquable dans un journal dirigé par Theodore HERZL. C'est l’histoire d’une petite communauté juive du Moyen-Âge en butte au fanatisme et à l’intolérance, victime d'une secte, les « flagellants ». Cinquante ans plus tard, cette oeuvre sera vue comme une préfiguration du nazisme. Un petit recueil au titre évocateur "Les Cordes d’argent" le rendra célèbre.

 

HERZL lui ouvre les colonnes d'un journal prestigieux,  le "Neue Freie Press". Il y publie un feuilleton qui le consacre, à 20 ans, dans les milieux intellectuels de l’Empire. Il obtint le prix de poésie Bauernfeld, une des plus hautes distinctions littéraires autrichiennes

 

Jusqu'en 1914, il consacre la plus grande partie de son temps aux voyages. Il séjourne à PARIS, à BRUXELLES, à ROME, à FLORENCE, en PROVENCE. Il va parcourir le monde entier: l'Amérique, les Indes, l'Espagne, l'Afrique, le Canada, Cuba, le Mexique...Ces voyages développeront en lui l'amour pour les lettres étrangères, et surtout pour les lettres françaises.

 

Il noue des relations avec les grands écrivains de son temps: les français Jules ROMAINS et Romain ROLLAND, le belge VERHAEREN, la suédoise Ellen KEY. Influencé par FREUD, il insiste toujours sur le côté psychologique de ses personnages. Il dira d'ailleurs "J'ai personnellement plus de plaisir à comprendre les hommes qu'à les juger".

 

Il produit une oeuvre littéraire abondante, tour à tour poète, romancier, essayiste, biographe, traducteur, homme de théâtre...Rien de ce qui est humain ne lui est étranger. Il conserve cependant un certain recul pris parfois pour du cynisme. Il considère chaque être humain comme une fin en soi, le juge sur ses qualités profondes et non sur sa condition sociale.

 

 

 

En août 1914, il s'engage dans l'armée autrichienne mais reste un pacifiste convaincu. Comme son ami Romain ROLLAND, il ne peut se résigner à sacrifier aux nationalismes déchaînés la réalité supérieure et supranationale de la culture. Il est profondément ulcéré par cette guerre. Elle lui inspire diverses oeuvres, autant de violentes protestations: en 1916, "Jérémie". Plus tard, vers 1930, "Ivresse dela Métamorphose" ( première partie );en 1938, la seconde partie, où il incrimine la guerre. Il refuse d'être dupe des valeurs morales factices d'une société en décadence, cette idée marquera désormais toutes ses nouvelles.

 

 

 

Mais Hitler s'empare du pouvoir en Allemagne. Les violences contre les réfractaires et les juifs s'y multiplient.Dès 1933, à Munich et dans d'autres villes, des étudiants nazis livrent aux flammes les ouvrages considérés comme "déviants". Les oeuvres du "juif" ZWEIG n'y échapperont pas! Son opposition à ce régime se manifeste en 1934 dans "Érasme : grandeur et décadence d'une idée".

 

Bientôt l'Autriche sera annexée. ZWEIG voit avec désespoir le retour des mêmes forces brutales et destructrices qu'en 1914, mais, sous la forme, pire encore, du nazisme. En 1934, il part en Angleterre. En Autriche, les nazis tourmentent sa mère en fin de vie. Il n'y fera qu'une courte réapparition.

 

 

 

L'arrivée inévitable de la guerre le désepère.Il quitte l'Europe pour les Etats-Unis, où il compte s'établir. Il a perdu toute illusion, même sur une victoire contre l'hitlérisme. Cela le bouleverse: il ne supporte pas de voir sa langue, l'allemand, devenir le langage des bourreaux. Rongé par l'inquiétude morale, il perd toute stabilité. Le 15 août 1941, il s'embarque pour le Brésil et s'établit à Pétropolis. Il espère encore y trouver la paix de l'esprit.

 

Là, il rencontre Georges BERNANOS, rugissant contre les traîtres de VICHY. Il semble avoir retrouvé un peu d'espérance. Il rédige en peu de temps "Brésil terre d'avenir", "Le Monde d'hier", "Le Joueur d'échecs" et les biographies de Balzac et Montaigne.

 

Le 22 février 1942, il rédige un message d'adieu qu'il termine comme suit: "Je salue tous mes amis. Puissent-ils voir encore l'aurore après la longue nuit ! Moi je suis trop impatient, je pars avant eux." Il se suicide par surdose de médicaments, suivi de son épouse.

------------------------------------------------------------------------------------------------------------


BIBLIOGRAPHIE:

 

- Les Cordes d'argent , 1901
- L'Amour d'Erika Ewald, 1904
- Guirlandes précoces, 1906
- Thersite, 1907
- Emile Verhaeren, essai biographique, 1910
- Première Expérience, (dont Brûlant Secret),1911
- La Maison au bord de la mer, 1912
- Jérémie, 1917
- Trois Maîtres ( essai sur Balzac, Dickens et Dostoïevski), 1920
- La Peur, 1920
- Amok ( dont Lettre d'une inconnue), 1922
- Le Combat avec le Démon ( essai sur Kleist, Hölderin, et Nietzsche), 125
- Volpone, 1927
- Les heures Etoilées de l'Humanité, 1927

 

- Trois Poètes de leur vie ( essai sur Stendhal, Casanova et Tolstoï), 1928

- Joseph Fouché, essai biographique, 1928
- La Guérison par l'Esprit ( essai sur Freud, Mesmer et Mary Bake-Eddy), 1931
- Légendes , 1931
- Marie-Antoinette, biographie, 1932
- Vingt-quatre heures de la vie d'une femme
- Erasme, biographie, 1934
- Marie Stuart, biographie, 1935
- Castellion contre Calvin, biographie, 1936
- Le Chandelier enterré, 1937
- Impatience du cœur, 1938
- La Pitié dangereuse, 1938
- Magellan, biographie, 1938
- Amerigo, biographie, 1940

 

- Brésil, terre d'avenir, 1941

 

1

 

 

19:08 Écrit par P.B. dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

16/12/2011

UNE MARCHE BLANCHE: AUTANT SAVOIR !

VOICI L'ARTICLE PARU :

C'est un communiqué de l'Agence BELGA.

" L'organisateur de la marche blanche "apolitique, digne et calme" organisée samedi à Liège en hommage aux victimes de la tuerie est un membre du FN.

Cédric Houbrix, 29 ans, qui est à l'initiative de la marche, était 3e candidat de la liste Front National déposée dans l'arrondissement du Luxembourg pour l'élection fédérale du 13 juin 2010, selon Le Soir, qui précise que la liste n'avait finalement pas participé aux élections.
 

L'homme se présenterait également comme "Secrétaire FN pour la province du Luxembourg". La demande d'autorisation pour cette manifestation est actuellement étudiée par les services de police liégeois qui doivent ensuite remettre un rapport au bourgmestreL'organisateur de la marche blanche "apolitique, digne et calme" organisée samedi à Liège en hommage aux victimes de la tuerie est un membre du FN.

Cédric Houbrix, 29 ans, qui est à l'initiative de la marche, était 3e candidat de la liste Front National déposée dans l'arrondissement du Luxembourg pour l'élection fédérale du 13 juin 2010, selon Le Soir, qui précise que la liste n'avait finalement pas participé aux élections.
 

L'homme se présenterait également comme "Secrétaire FN pour la province du Luxembourg". La demande d'autorisation pour cette manifestation est actuellement étudiée par les services de police liégeois qui doivent ensuite remettre un rapport au bourgmestre."

Autant savoir !!!

Il y a tant de moyens de rendre hommage aux victimes de la tuerie !!!

Se rendre à l'un ou l'autre funérarium, assister à l'une ou l'autre funéraille, déposer une fleur Place Saint LAMBERT, assister à la cérémonie multicultuelle et multiculturelle qui sera organisée, placer un message sur face-book!!!!

Mais cette "Marche blanche" organisée par un fasciste ?

Ce serait donner une légitimité à quelqu'un qui en cherche depuis longtemps et qui n'en trouve pas...et qui n'en m"rite d'ailleurs pas !!!

Chacun pense ce qu'il veut...et fait ce qu'il veut...

mais

"AUTANT SAVOIR"


17:01 Écrit par P.B. dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

20/11/2011

FNC "AWANS-BIERSET": Journée du 10 novembre 2011. COMMEMORATION DE L'ARMISTICE.

Voici quelques photos prises le 10 novembre 2011:

SDC11331.JPG

 

SDC11338.JPG

 

SDC11340.JPG


 

SDC11343.JPG

 

SDC11344.JPG


17:20 Écrit par P.B. dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |