22/11/2013

AWANS et BIERSET: TEXTE LU LE 11 NOVEMBRE 2013.

 

Voici, ci-après, le texte lu, le 11 novembre 2013, au Monument aux Morts de BIERSET ainsi qu'à l'église d'AWANS au nom de la FNC " A2WANS-BIERSET et ENVIRONS":

 

 

 

 

Texte lu à BIERSET

et à l'église à AWANS.



La commémoration de l'Armistice reste toujours aussi vivace à tel point qu'elle sublime, qu'elle englobe même, les autres commémorations.


Cela n'a rien d'étonnant: cette guerre a marqué fortement les esprits et l'histoire. La plupart des problèmes politiques qui, en Belgique et en Europe, se sont produits depuis 1918 trouvent souvent leur origine dans la façon dont la guerre a été vécue et dont on a réglé les problèmes à l'issue de celle-ci.


La manière dont on a interprété la guerre et dont on a célébré la victoire a amené des positions parfois contradictoires. Les mêmes interrogations sont toujours là et l'exercice toujours aussi délicat. Au risque parfois de blesser certains.


Comment mettre en valeur le patriotisme tout en résistant aux appels du nationalisme ? Comment rendre hommage aux actions héroïques tout en se gardant d'exalter le sentiment guerrier ? Comment souligner les souffrances des combattants et de la population sans cultiver l'esprit de revanche, de rancune ? Comment exhorter à ne pas oublier tout en demandant de ne pas haïr ? Comment professer, propager le pacifisme tout en mettant en valeur les actions accomplies durant la guerre ?


Adopter l'une ou l'autre attitude interpelle et fait courir le risque d'être mal interprété.


C'est ce risque qu'a pris un auteur belge, Constant BURNIAUX, engagé volontaire en 14, en écrivant ceci en préambule de son livre « Les désarmés »:


«  ...les pères ont le devoir d'empêcher leurs fils de s'entretuer. C'est devant les jeunes garçons surtout qu'il faut démasquer la guerre, parce que les plus belliqueux instincts sommeillent dans leur sang. La boue se cache au fond des eaux claires. Comme l'enfant, le ruisseau chante, mais il suffit parfois d'une forte pluie pour qu'il se trouble et sorte de son lit. Il faut prévoir la pluie. Et l'un des meilleurs moyens de montrer aux hommes à vivre en paix, n'est-il pas de ruiner la réputation de la guerre dans l'esprit des enfants ? »

 

1914,fnc,combattants,guerre

 

 

Pour la FNC,

Le secrétaire

Pierre BEAUJEAN



17:54 Écrit par P.B. dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : 1914, fnc, combattants, guerre |  Facebook | | | | Digg! Digg

16/11/2013

AWANS, le 08 novembre 2013: les écoles présentes au Carré d'Honneur du Cimetière.

 

 

 

 

AWANS

( Carré d'Honneur du Cimetière ):

DSCI2260.JPG

Tous les porte-drapeaux alignés derrière la stèle du Carré d'Honneur. On pouvait voir les drapeaux suivants:

* FNC "AWANS-BIERSET;

* FNAPG " AWANS-BIERSET";

* CNPPA ( Prisonniers politiques );

* les drapeaux des deux écoles.

_____________________________

Les deux écoles: école communale et école Saint-Joseph.

DSCI2261.JPG

 

DSCI2262.JPG

Après la prestation des deux écoles, l'échevine, Mme DEMET a adresser aux élèves un petit discours pour attirer leur attention sur l'importance d'une telle manifestation.

Cette petite manifestation a d'ailleurs duré plus que prévu. En effet, à l'issue de celle-ci, des doigts se sont levés pour demander des explications ou des e-éclaircissements. Toutes ces questions furent très pertinentes et nous nous sommes efforcés d'y répondre de façon satisfaisante.

Ceci est de bon augure pour ce qui atytend l'an prochain: la commémortaion de centième anniversaire de la déclaration de la guerre;

Manifestement, et contrairement à ce que l'on pourrait parfois penser, les enfants sont demandeurs de renseignements, explications, anecdotes , récits divers...

Du pain sur la planche pour l'an prochain.

 

19:09 Écrit par P.B. dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : fnc, 1914, comabttants, armistice |  Facebook | | | | Digg! Digg

HOGNOUL, le 08 novembre 2013: Hommage à la plaque commémorative.

HOGNOUL

( Commune de AWANS ):

 

DSCI2259.JPG

 

18:55 Écrit par P.B. dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : armistice, 1914, combattants |  Facebook | | | | Digg! Digg

FOOZ, le 08 novembre 2013: Commémoration de l'Armistice.

 

 

FOOZ:

Commune de AWANS:

Un hommage a d'abord été rendu à la stèle de Théophile LAMENS, soldat du Fort de LONCIN, fusillé par les allemands le 14 août 1914.

DSCI2251.JPG

Ensuite, nous nous sommes rendus au Cimetière pour fleurir le Monument aux Morts de l'ancienne commune de FOOZ.

DSCI2253.JPG

Le Monument est fleuri par l'échevine, Mme sabine DEMET au nom de l'Administration Communale.

Il est ensuit fleuri par la FNC "AWANS-BIERSET"

 

DSCI2254.JPG

Les enfants de l'école communale de FOOZ entonne la "Brabançonne", a capella.

 

DSCI2256.JPG

 

18:51 Écrit par P.B. dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | | Digg! Digg

BIERSET, le 08 novembre 2013: Hommage au Monument aux Morts

BIERSET

Le vendredi 8 novembre 2013, l'école communale de BIERSET a répondu présente à l'appel de la FNC "AWANS-BIERSET"

 

DSCI2246.JPG

DSCI2248.JPG

Le Monument entouré des porte-drapeaux et de l'échevine de GRÂCE-HOLLOGNE, Mme QUARANTA.

 

09/11/2013

QUE FEREZ-VOUS LUNDI 11 NOVEMBRE ?

 

blason.jpg

Que ferez-vous lundi 11 novembre ?

Cela a fait l'objet d'un sondage. L'anniversaire de l'Armistice "tombant" un lundi...cela fait, pour tous ceux qui ont congé le samedi, un long week-end !

On a proposé une série de possibilité d'occupations. L'institut de sondage n'a jamais envisagé la possibilité de participer à la commémoration de l'Armistice.

 

sondage.jpg

 

Il semblerait néanmoins que 67% des sondés envisagent de passer le 11 novembre en famille.

Pourquoi ne pas faire un saut jusqu'à la manifestation patriotique de votre localité ?

La FNC "AWANS-BIERSET" rappelle ces manifastations de lundi:

09H30 à BIERSET;

10H00 Messe à AWANS;

10H45 Hommage au Carré d'Honneur du Cimetière;

11H00 Hommage au Monument aux Morts de la Place Communale.

Pour clôturer le tout, réception conviviale à la Salle des Loisirs. Tout le monde est le bienvenu.

N'hésitez pas ! Venez encourager les efforts accomplis par la section... 

19:52 Écrit par P.B. dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : 1914, armistice, combattants, fnc |  Facebook | | | | Digg! Digg

COMMEMORATION DE L'ARMISTICE 2013: discours

 

Commémoration de l'Armistice :

Discours prononcé par Pierre BEAUJEAN, Président de l'Oeuvre des Postiers Liégeois.

Certaines dates ont une importance capitale et sont le ciment de la nation. Ainsi en est-il du 11 novembre 1918.

Tous les témoins directs étant disparus, le devoir de mémoire consiste à rappeler au plus grand nombre et surtout aux jeunes générations ce que furent ces quatre années de combats. On doit se souvenir et honorer la mémoire des anciens et aussi manifester une volonté de paix.

Lors du déclenchement de la guerre, dans chaque camp, tous étaient convaincus que l’écrasement de l’adversaire n’était qu’une question de semaines et que, bientôt, triompherait le bon droit que chacun voyait de son côté. C’est presque la fleur au fusil, qu’en cet été 1914, sous les vivats de la foule, les hommes partirent à la guerre. Mais le conflit devint mondial, la guerre s’enlisa 52 mois et mobilisa 66 millions de soldats issus de toutes les parties du monde. Pour la première fois de leur histoire, les Etats-Unis intervinrent en dehors de leur continent.

 

Chacun connaît la réalité. Ou croit la connaître. Seuls ceux qui l'ont vécue en ont vraiment connu l'atrocité. Aucun mot n'est assez fort pour décrire la monstruosité du champ de bataille, l’interminable attente dans les tranchées, avec la peur au ventre avant de se lancer à l’assaut des lignes ennemies. Laissons la parole au poète français Louis KREMER qui, à l'été 1915, trois ans avant d'être tué, décrivait, dans une lettre l’horreur qui l’entourait :

« Les cadavres raidis, les cadavres aux mains crispées, aux yeux vitreux, couverts de linges sanglants, d’insectes voraces, assiégés par un remous de vers et de mouches. L’épouvante des hommes frissonnants, sursautant aux vacarmes et aux chocs, terrés au plus profond de leurs abris ou s’efforçant au courage sous la grêle des obus ». Il rendait à cette guerre ce qu'elle fut : une plaie béante dans l'âme occidentale, aussi incompréhensible que le mal dans sa forme absolue.

 

Le 11 novembre 1918 à 11H00, les clairons sonnaient le « cessez le feu ». Mais les leçons de l’histoire ne sont jamais comprises. La mémoire reste fragile. Les promesses faites en fin de conflit sont rarement tenues. Le « plus jamais ça » des combattants de 14-18 n’aura pas duré longtemps. En 1933 s'amoncelaient les premiers nuages, l'espoir de paix s'effondrait avec l'arrivée d'Hitler au pouvoir. Et en 1940, tout recommençait.

 

Ayons bien à l’esprit, que les conflits, aujourd’hui, comme hier, ont toujours pour origine ou pour but la domination de l’autre pour s’accaparer ses richesses. La soif de pouvoir aveugle trop souvent les hommes au point de voir les mêmes erreurs se répéter. On oublie trop facilement le peuple qui subit et souffre et qui ne demande pourtant qu’à vivre en paix et en harmonie avec ses voisins.

 

Les combattants de 14/18, ceux de 40/45 n’ont pas laissé faire. C’est ce courage qu’il faut saluer et mettre en avant au moment ou notre société se délite, où le repli sur soi et le communautarisme semblent tout gangrener.La cohésion nationale est essentielle. Malgré les difficultés, le maintien de la solidarité nationale doit être prioritaire. Cela implique l’effort de chacun. Ennemies de la paix sont ces tensions que fait surgir la crise quand le lien fraternel se dissout sous le poids des difficultés économiques. Ennemis de la paix sont la méfiance et le ressentiment qui peuvent alors surgir entre les peuples.

 

La guerre de 14/18 nous a appris beaucoup de choses qui auraient dû rester gravées dans la mémoire collective. Les enjeux, aujourd’hui, sont énormes. Il est question de la survie de l’humanité, de la survie de nos enfants et de petits enfants. C’est à cette question qu'il faut répondre en prenant appui sur l’histoire. C’est le meilleur hommage que l'on pourrait rendre aux combattants de 14/18. Il ne faudrait pas que l’on oublie pas le milliard - dont 820 millions dans les pays en voie de développement - de personnes qui sont sous-alimentées et qui disposent de moins de 190 calories par jour. Les richesses énergétiques et alimentaires de notre planète sont limitées, tout le monde le sait. Là, aussi le partage ou le libre accès plutôt que la domination devrait être la voie de la sagesse.

 

 

 

armistice,1914,combattants,solidarité,guerre,nation