02/02/2016

20° siècle: siècle des génocides et des massacres de masse.

Les meurtres de masse: un fléau moderne.

7711979-11933295.jpg

La notion de "génocide" a été défini après la Seconde Guerre mondiale, concernant les Juifs d'Europe (1940-1945). Les génocides sont la forme extrême du "crime contre l'humanité", un concept également issu de la Seconde Guerre mondiale. 

 

On peut retenir comme définition du "génocide", celle donnée par les historiens Frank Chalk et Kurt Jonasshon: « Le génocide est une forme de massacre de masse unilatéral par lequel un État ou une autre autorité a l'intention de détruire un groupe, ce groupe et ses membres étant définis par le perpétrateur ».

 

 

On estime que les génocides ont entraîné plus de 100 millions de victimes depuis la fin du 19e siècle, représentant la première cause de décès au 20e siècle.

 

Rétrospectivement, on a réétudié l'histoire et on a appliqué cette notion à des massacres antérieurs. On a ainsi pu parler du génocide des Arméniens (1915).

 

Il s'est appliqué, plus récemment au massacre des Cambodgiens (1975) et , plus récemment encore, au massacre des et des Tutsis (1994).

 

Qu'est-ce qui distinguent les génocidaires des autres fauteurs de guerre: ils se considèrent investis d'une mission de purification de la société au nom de leurs principes: la religion, l'origine ethnique, l'éradication de populations inassimilables politiquement...Il y a donc des génocidaires racistes et des génocidaires politiques ou religieux ou économiques. Ce sont, pour résumer, des génocidaires "idéologiques".

 

Les génocidaires racistes justifient l'extermination par la prétention qu'il existe une différence entre leur propre population considérée comme supérieure ou pure ou élue par

opposition aux autres considérées comme « inférieures » et/ou « indésirables » et/ou "susceptibles de rendre impure leur population par métissage". Bien entendu, on appartient « par naissance » soit à la population "supérieure" soit à l'autre, aucune passerelle n'est possible.

 

Les génocidaires "idéologiques" ne s'en prennent pas à leurs victimes comme membres d'un groupe ethnique, mais en raison de leurs positions sociales antérieures ou parce qu'ils sont considérés comme des adversaires inaptes à toute adaptation: le massacre des Cambodgiens en est l'exemple typique.

 

D'autres attaques sont parfois rangées dans cette catégorie: la famine de masse des Ukrainiens (1932), les guerres intestines de l'ex-Yougoslavie parfois aussi.

 

Curieusement, il a fallu longtemps pour considérer que le massacre des Tziganes au cous de la seconde guerre mondiale relevait aussi du génocide.

 

Il faut prendre garde aux mots utilisés. Le mot "génocide", comme le mot "fasciste" ou comme le mot " criminel de guerre" ne doivent pas être galvaudés. On doit éviter de les utiliser à la légère. Au risque d'aboutir à une dérive: une définition extensive, élargie de la notion. On arriverait à qualifier de génocide ou de crime contre l'humanité tous les méfaits, toutes les opérations guerrières d'une certaine ampleur. On assisterait alors à une banalisation de ces concepts. Cela leur enlèverait tout sens avec comme conséquence que les négationnistes auraient beau jeu de prétendre que les véritables génocides n'en étaient pas ( pour rappel, les propos maintes fois répétés de Jean-Marie LEPEN ).

 

La dérive inverse serait une interprétation ultra-restrictive de la notion de "génocide": l'extermination des Juifs ( la Shoah ) serait le seul véritable génocide. En ont pâti les Tziganes qui ont eu du mal à ce que leur traitement soit reconnu comme "génocidaire".

 

C'est en s'appuyant sur cette dérive que certains, même non Turcs, refusent

de ranger le massacre des Arméniens parmi les génocides.

 

C'est aussi en partant de cette dérive que les crimes staliniens contre certaines populations ( les Ukrainiens, les Tatars...) ont du mal à être versés dans le nombre des "génocides".

 

L'article 2 de la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide adoptée par l'assemblée générale de l'ONU en décembre 1948, stipule:

« Dans la présente Convention, le génocide s'entend de l'un quelconque des actes ci-après commis dans l'intention de détruire, en tout ou en partie, un groupe national, ethnique, racial ou religieux, comme tel :

a) Meurtre de membres du groupe ;

b) Atteinte grave à l'intégrité physique ou mentale de membres du groupe ;

c) Soumission intentionnelle du groupe à des conditions d'existence devant entraîner sa destruction physique totale ou partielle ;

d) Mesures visant à entraver les naissances au sein du groupe ;

e) Transfert forcé d'enfants du groupe à un autre groupe.  »

 

Le Grand Atlas de l'Histoire du Monde, ( édition 1999) parlant des grands massacres pas tous reconnus comme génocides, nous rapporte que:

1915-1917: Massacre systématique de la population arménienne par les Turcs, 1 500 000 victimes

1941-1945: Mise en oeuvre de la "solution finale" processus d'élimination des juifs d'europe par les nazis (Holocauste ou shoah) 5000000 à 6000000 de victimes

1941-1945: Extermination des populations tsiganes d'Europe dans les camps nazis, 800000 victimes

1967-1970 Hécatombe au sein de la minorité Ibo du Biafra, en guerre contre L'armée fédérale du Nigéria, 1000000 de victimes

1975-1979: Elimination massive de civils cambodgiens sous le régime des Khmers rouges 2000000 de victimes

1985-1999: Destruction de villages kurdes par les forces irakiennes 400000 1992-1999: En ex-Yougoslavie, persécution des Bosniaques puis des Kosovars par les Serbes, dans le cadre de la "purification ethnique" 200000 à 250000 victimes 1994: Massacres des représentants du groupe ethnique tutsi par les Hutu au Rwanda 500000 à 800000 victimes. 

 

Un autre génocide méconnu, celui des Hereros par les Allemands. Il est pourtant le premier génocide du 20ème siècle. En outre, par ses méthodes (camps de concentration) et par ses motivations (racistes), il préfigurait le génocide des Juifs lors de la Seconde guerre mondiale.

 

 

31/01/2016

Monuments commémoratifs de type "Rocher "

Monuments commémoratifs de type "Rocher"

dyn004_original_800_600_jpeg_2599245_96d29247781104f3b2c932bfdec5babc.jpg

En 1975, la FNC et la FNAPG d'AWANS-BIERSET ont fait installer deux Monuments de "Type Rocher" à l'occasion du 30° anniversaire de la Libération des camps:

* le premier ( photo ci-dessus ) à l'entrée de la partie nouvelle du cimetière d'AWANS,

* le second au cimetière de FOOZ, près du columbarium.

S'agissait-il d'une "mode" à l'époque ?

D'autres monuments du souvenir de ce type ont-ils été élevés à cette occasion ou est-ce une initiative locale ?

Nos archives étant incomplètes, il ne nous est pas possible de connaître les motifs de ce choix ?

D'autres mémoriaux de ce type existent-ils, érigés pour commémorer d'autres événements ou comme Monuments aux Morts ?

Nous serions désireux d'en savoir plus et d'obtenir des photos.

A adresser à l'adresse e-mail suivante: pierrebeaujean@hotmail.com.

 

29/01/2016

Décès de Jean LEKEU d'OUPEYE

Lekeu.jpg

14:01 Écrit par P.B. dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

28/01/2016

LIEGE, CITE MIROIR: Les migrants, Conférence-Débat le 02 février 2016.

Rencontre-débat:

"Migrants d'hier, migrants d'aujourd'hui, quel avenir en Belgique?"

Un échange autour de la question de l'immigration avec des représentants des principaux partis politiques

 Mardi 02 Février 2016 - 19:30

Lieu: Cité MIROIR à LIEGE

Espace Francisco Ferrer

Place Xavier Neujean, 22 - 4000 Liège 

Entrée libre sans réservation !

Une organisation du Comité de soutien aux sans papiers de Liège, de la Voix des Sans Papiers de Liège et du Centre d’Action Laïque de la Province de Liège asbl.

Le débat sera introduit par Marco Martiniello, directeur du CEDEM - Université de Liège.

Ensuite deux questions seront adressées aux représentants des partis politiques ( PS, CDH, MR, ECOLO, PTB, VEGA ):

 

- Quels sont vos positionnements en matière de politique d’asile ? 
- Que répondez-vous à la revendication de la régularisation des sans-papiers ?

 

Participants:

 

Pour le PS, Julie Fernandez, députée fédérale et échevine à Liège
Pour le CDH, Vanessa Matz, députée fédérale et conseillère communale à Aywaille
Pour le MR, Maxime Bourlet, Président du CPAS d'Awans
Pour ECOLO, Muriel Gerkens, députée fédérale, et Guy Krettels, conseiller communal à Liège
Pour le PTB, Damien Robert, conseiller communal à Seraing
Pour VEGA, François Schreuer, conseiller communal à Liège

espa.jpg

Réfugiés espagnols avant-guerre.

Hong 1956.jpg

Réfugiés hongrois en 1956.

La-majorite-des-Francais-contre-l-accueil-des-migrants.jpg

Afflux de migrants en 2016.

 

 

19:27 Écrit par P.B. dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

27/01/2016

UCIMONT: plaque commémorative.

UCIMONT

( Commune de BOUILLON )

La plaque commémorative.

UCIMONT, ou plus exactement UCIMONT-BOTASSART était une commune autonome jusqu'à la fusion de 1976. 

ucimont1.jpg

C'est actuellement une section de la commune de BOUILLON.

Au mur de façade de l'église, à gauche de la porte d'entrée, a été apposée une plaque commémorative dédiée aux victimes de 14-18 et de 40-45. 

église UCIMONT.jpg

Il s'agit donc, manifestement, d'une plaque relativement récente. En tout cas postérieure à la seconde guerre.

Existait-il auparavant un autre mémorial ?

Aucune indication de noms ne figure sur cette plaque.

UCIMONT.JPG

17:31 Écrit par P.B. dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

26/01/2016

Monuments aux Morts pacifistes. Un Monument longtemps contesté, celui de GENTIOUX.

Un Monument pacifiste longtemps contesté:

celui de GENTIOUX.

Monument_aux_morts_Gentioux.JPG

 

GENTIOUX-PIGEROLLES est situé dans le département de la CREUSE. GENTIOUIX compte 407 habitants. En 1911, à la veille de la guerre, ils étaient 1109.

 

Les communes de GENTIOUX et de PIGEROLLES ont fusionné en 1972, mais il existe toujours deux mairies et deux monuments aux morts. Celui de PIGEROLLES est traditionnel, tandis que celui de GENTIOUX mérite plus d'attention. Ce Monument aux Morts est un monument pacifiste.

 

On peut le comparer avec deux Monuments aux Morts de chez nous: AWANS où l'on voit, en statue, deux enfants abordant avec respect le Monument et BEAUFAYS où l'on voit, aussi en statue devant le Monument, un vieux paysan tenant, d'une main, une faux meurtrière représentant "la guerre tueuse d'hommes" et expliquant à un jeune garçon la signification du Monument.

awans_mom_01.jpg

 

Donc, dans ces deux cas, il n'y a aucune signification triomphaliste ou revancharde. A noter quand même que, pour BEAUFAYS, la commune fit planter, en 1930, un hêtre, baptisé "Arbre de la Liberté" à l'occasion du centenaire de l'Indépendance. Ensuite on ajouta la sculpture représentant un paysan tenant, d'une main, une faulx meurtrière représentant "la guerre tueuse d'hommes". On a donc voulu, longtemps après l'érection du Monument ( en 1919 ), lui donner une signification, la dénonciation de la guerre.

beaufays_mom_2.JPG

 

Cependant, plusieurs éléments distinguent le Monument aux Morts de GENTIOUX par rapport aux deux exemples pacifistes belges que l'on vient de citer:

* l'inscription « Maudite soit la guerre » sous la liste des victimes. Cette phrase montre la dénonciation de la guerre qui a coûté à la france 1,3 millions morts.

* un orphelin statufié, représenté le poing levé au pied du Monument. Plutôt qu'un appel au pacifisme et qu'un honneur rendu aux victimes de la guerre, c'est un signe de révolte. Nous sommes en tout cas loin de l'attitude respectueuse des Monuments d'AWANS et de BEAUFAYS.

* et aussi le nombre de victimes: 58 en 14-18 ! A comparer avec le nombre plus réduit chez nous alors qu'il s'agissait de villages pas tellement différents, de gros bourgs ruraux. Pour AWANS, il y a huit victimes dont une civile et un mort en 1921. Pour BEAUFAYS, il y a quatre noms dont un mort en captivité.

 

Le Monument aux Morts de GENTIOUIX fut érigé en 1922. Mais il suscita tant de polémiques qu'il ne fut inauguré qu'en 1985. Il paraît, mais c'est vraisemblable, que les soldats du camp militaire voisin avaient ordre de détourner la tête lorsqu'ils passaient devant ce Monument.

 

Et encore, l'inauguration de 1985 n'est pas vraiment une inauguration officielle. Elle se déroula presque "par surprise". Quelques jours après l'inauguration d'une gendarmerie des officiers furent amenés à assister au dépôt d'une gerbe devant ce monument.

 

En 1989, le Préfet de la CREUSE proposa de l'inaugurer vraiment officiellement à condition que la phrase contestée soit recouverte d'une plaque portant "Gloire aux enfants de GENTIOUX morts pour la France". Ce que le conseil municipal refusa tout net.

 

Il est malgré tout classé Monument historique et la plaque Maudite soit la guerre est déclarée inamovible depuis le 9 février 1990.

 

Ce que l'on comprend difficilement c'est le fait que la mention litigieuse " Maudite soit la guerre " figure aussi sur un autre Monument, celui d'EQUEURDREVILLE dans le département de La Manche sans que là-bas cela ait suscité autant de polémiques. Il fut inauguré officiellement en 1932. 

Comprenne qui pourra ! 

Ce qui heurta peut-être, c'est probablement davantage l'attitude de révolte du jeune garçon statufié que le phrase elle-même. Et l'attitude bureaucratique de la Préfecture qui n'a jamais voulu remettre en cause le refus de l'inauguration officielle.

Monument_aux_morts_Equeurdreville_-_Que_Maudite_soit_la_Guerre.JPG

 

 

24/01/2016

Dernière lettre d'un " poilu " à son épouse.

Verdun,
Le 18 mars 1916,


Ma chérie,

 
Je t'écris pour te dire que je ne reviendrai pas de la guerre. S'il te plaît, ne pleure pas, sois forte. Le dernier assaut m'a coûté mon pied gauche et ma blessure s'est infectée. Les médecins disent qu'il ne me reste que quelques jours à vivre. Quand cette lettre te parviendra, je serai peut-être déjà mort. Je vais te raconter comment j'ai été blessé.


Il y a trois jours, nos généraux nous ont ordonné d'attaquer. Ce fut une boucherie absolument inutile. Au début, nous étions vingt mille. Après avoir passé les barbelés, nous n'étions plus que quinze mille environ. C'est à ce moment-là que je fus touché. Un obus tomba pas très loin de moi et un morceau m'arracha le pied gauche. Je perdis connaissance et je ne me réveillai qu'un jour plus tard, dans une tente d'infirmerie. Plus tard, j'appris que parmi les vingt mille soldats qui étaient partis à l'assaut, seuls cinq mille avaient pu survivre grâce à un repli demandé par le Général Pétain.
Dans ta dernière lettre, tu m'as dit que tu étais enceinte depuis ma permission d'il y a deux mois. Quand notre enfant naîtra, tu lui diras que son père est mort en héros pour la France. Et surtout, fais en sorte à ce qu'il n'aille jamais dans l'armée pour qu'il ne meure pas bêtement comme moi.


Je t'aime, j'espère qu'on se reverra dans un autre monde, je te remercie pour tous les merveilleux moments que tu m'as fait passer, je t'aimerai toujours.
Adieu
Soldat Charles Guinant

Funerailles-de-Guerre-by-Pierre-Paulus-De-Chatelet.jpg