10/06/2016

La FNC AWANS-BIERSET en deuil

Décès de Mr Léon LEDOUBLE.

Nous avons le regret de vous informer du décès de M. Léon LEDOUBLE, fils de l'ancien Bourgmestre de la commune de BIERSET.

Les informations déjà transmises sont les suivantes :

Funérarium Lambert Mestré chaussée de Liège 341 - 4460 Grace-Hollogne. 

Visites samedi 11/06 et dimanche 12/06 de 16h à 19h. 

Lundi 13/06 Levée du corps à 9h30. 

Crématorium Robermont 10h35 -réception urne 12h50-

Dispersion cendres cimetière Bierset rue de Velroux 13h30.

Léon LEDOUBLE était un membre fidèle de la FNC AWANS-BIERSET

combattants,FNC, AWANS,BIERSET

 

 

 

 

 

19:23 Écrit par P.B. dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : combattants, fnc, awans, bierset |  Facebook |

09/06/2016

AWANS en 1955: une trouvaille dans les archives de la FNC AWANS-BIERSET

AWANS en 1955:

Extrait du PV de l'assemblée générale de la

FNC AWANS-BIERSET.

Ce document nous apprend certaines choses maintenant bien oubliées sur la vie locale à AWANS et à BIERSET en 1954 et 1955.

Ce document nous montre aussi à quel point la FNC était bien impliquée dans la vie locale d'AWANS et de BIERSET.

Notamment:

* La date d'érection du Monument aux Morts de BIERSET;

* la date d'acquisition du drapeau de la FNAPG locale;

* les activités diverses de la section;

* la façon dont les membres de la FNC s'interpellaient '"camarades").

Je vous livre le texte:

" Chers camarades,

Depuis notre dernière assemblée générale statutaire du 25 octobre, votre comité a accompli régulièrement toutes les tâches et traditions qui lui sont confiées.

Nous avons eu à déplorer le décès de plusieurs membres et d'une non-membre aux funérailles desquels notre drapeau et une nombreuse délégation de la section ont participé;

Je vous demanderais une minute de silence ç leur mémoire.

                 *******************************************

Signalons aussi particulièrement cette année l'inauguration du monument de BIERSET dû

à l'initiative, au courage et à la persévérance de plusieurs membres de votre comité - ceux de BIERSET - qui ont été la cheville ouvrière du Comité du Monument de BIERSET.

Nous avons aussi participé cette année à l'inauguration du drapeau de la section FNAPG, drapeau qui depuis lors accompagne souvent le nôtre. Naturellement, il s'agit ici d'un groupement d'Anciens combattants fonctionnant dans la même commune, ami du nôtre, mais tout-à-fait indépendant de nous en tant que section FNC.

Toutes les autres missions traditionnelles ont été remplies avec succès: relais sacré, commémoration de l'Armistice, commémoration du jour V, participation aux réunions du groupement régional, aux enterrements d'anciens combattants des sections voisines, fête foraine et bal de septembre, séances de cinéma chez MAGON et au Cercle pour la FNC.

Signalons que votre comité, cette année, pour l'organisation des festivités fut aidé par un Comité des fêtes composé de membres dévoués. nous avons cessé toutefois de participer aux courses de la Gare organisées les autres années au profit de la section.

Comme initiative supplémentaire, nous avons eu le 28 octobre 1953 une Assemblée générale extraordinaire pour nos membre de BIERSET afin de ranimer un peu l'activité de la FNC à BIERSET et y coordonner les cérémonies du Relais sacré et de l'Armistice.

Notre comité a tenu depuis la dernière assemblée générale 15 séances avec un total de 166 présences, soit une moyenne de 11 présents par séance."

Il ajoute, en post-scriptum:

" Mr le Bourgmestre, Président d'Honneur, a assisté à notre séance du 5 mai 1954."

Remarques:

1. En 14-18, il n'y avait eu qu'un mort à BIERSET, Fernand GIROUL. Son monument était considéré comme le Monument aux Morts du village. Manifestement, on quand même tardé à édifié un monument après 1945.

2. On rappelle ici l'existence de deux fêtes locales disparues: celle de la gare ( alors, BIERSET ) et celle de septembre, Place communale à AWANS.

3. On rappelle l'existence de deux cinémas à AWANS.

4. Le bourgmestre dont il est question au post-scriptum, était Noël HEINE.

5. On apprécie toutes les précautions oratoires prises par le secrétaire pour exposer le problème de la FNAPG, de son drapeau, de son indépendance mais aussi des bons rapports avec la FNC ! Actuellement, la section FNAPG a été absorbée par celle d'ANS-ALLEUR, mais nous sommes dépositaires de son drapeau qui est sorti à chaque occasion.

6. Localisation de ce monument de BIERSET: À l'angle de la rue de la Gare et de la rue Joseph-Jean MERLOT.
Inscription figurant sur le monument
Panneau central
"[Croix et figure héraldique du lion belge]
BIERSET
À SES VICTIMES DE GUERRE"

Panneau gauche
"COMBATTANTS 40-45
[Cinq noms, non classés par ordre alphabétique]"
Panneau droit
"40 CIVILS 45
[Cinq noms, non classés par ordre alphabétique]"

bierset_mom_40-45_2.jpg

 

bierset_mom_40-45_3.jpg

bierset_mom_40-45_3.jpg

Les anciens de 1955 peuvent être satisfaits: soixante ans plus tard, la FNC est toujours là avec ses drapeaux: ceux de la fNC, de la FNAPG, de la CNPPA...

En témoigne cette photo de la Place Communale d'AWANS lors d'un célébration de l'ARMISTICE.

Awans-Place-Communale.jpg

08/06/2016

Eglise Notre dame de la Chapelle, Bruxelles: paque commémorative.

BRUXELLES:

Eglise Notre Dame de la CHAPELLE:

Plaque commémorative et

réflexions diverses.

Les plaques commémoratives représentent à peu près 40% des mémoriaux élevés après la guerre de 14-18.

En principe, les plaques commémoratives et les Monuments aux Morts relevaient de l'autorité civile. 

Mais on constate un double phénomène: dans certaines régions, souvent rurales, mêmes les monuments civils portent parfois un symbole religieux; d'autre part, on remarque que dans nombre de paroisses une plaque commémorative existe à l'église, soit à l'intérieur, soit sur une muraille extérieure.

La présence de la croix dans les régions rurales constitue une particularité belge par rapport à la situation française. L’importance de la religion dans les commémorations de la Guerre de 14-18 est très grande.

Mais pourquoi l'interaction des paroisses dans le domaine mémoriel en BELGIQUE ?

Il y a quatre raisons:

1. A l'époque, moins de cent ans après la révolution belge, beaucoup de citoyens ne font pas encore la distinction entre le civil et le religieux. D'autant plus que le clergé est chargé d'actes qui peuvent être qualifiés de "civils": les TE DEUM par exemple...

2. Les localités sont divisées en paroisses ( une paroisse par quartier ). Les églises sont donc un symbole du quartier: il ne paraît donc pas anormal qu'un souvenir des victimes du quartier y soient honorés.

3. Dans d'autres endroits, il y a depuis la fin du 19° siècle conflit entre les autorités civiles et le clergé local: le fait d'apposer une plaque commémorative à l'église est peut-être une occasion de se manifester par opposition.

4. Enfin, il ne faut pas non plus oublier l'action du Cardinal MERCIER durant la guerre. Beaucoup d'anciens combattants, même sans esprit religieux, vouaient une grande admiration au Cardinal MERCIER. Personne ne songeait dès lors à s'insurger contre l'attitude de l'église quand elle se préoccupait du devoir de mémoire ( même si, à l'époque, on ne parlait pas encore ainsi: on se contentait de parler de "souvenir".

Ce long préambule avant d'en arriver à l'objet de l'article: la plaque commémorative de l'Eglise Notre dame de la CHAPELLE à BRUXELLES.

Voici la vue générale de cette église; On distingue la plaque à gauche de la porte d'entrée.

4840166649_044a0188ec_b.jpg

Et voici cette plaque en gros plan.

 

SP_A0072.jpg

07/06/2016

VAUX-BORSET: Monuments aux Morts.

VAUX-BORSET

( Commune de VILLERS-LE-BOUILLET )

Les Monuments aux Morts.

VAUX-BORSET était une commune autonome jusqu'à la fusion des communes, le 01 janvier 1977.

En fait, la dénomination officielle était: VAUX et BORSET.

Depuis, c'est une section de la commune de VILLERS-LE-BOUILLET.

On ne peut qu'apprécier la façon dont les petites communes ont tenu à effectuer leur devoir de mémoire après la guerre de 14-18.

Le Monument aux Morts de VAUX-BORSET se situe à l'entrée du village, pratiquement en face de l'école communale. à l'embranchement de la Rue du Monument et de la Rue Joseph DURBUY.

Vaux carte.jpg

Il s'agit d'une stèle d'une hauteur respectable. Pour la guerre de 14-18, on ne s'est pas borné à ce que ce Monument soit un Monument aux Morts. Il a été dédié à la mémoire de tous les combattants.

 

DSCI4915.JPG

Ce Monument est bien mis en valeur et bien entretenu.

 

DSCI4918.JPG

 

DSCI4916.JPG

Il s'agit d'un Monument purement civil, ce qui est assez rare dans les petites communes rurales. Il n'y a pas non plus aucune trace d'une manifestation ,guerrière quelconque: aucun soldat ni référence militaire, seulement une palme ou un rameau d'olivier. 

Le rameau d’olivier représente la paix. La palme rappelle aussi la mort: on plaçait des palmes sur les cercueils

On peut aussi découvrir que ce Monument a été l'objet d'un ajout suite à la guerre de 40-45. On a à nouveau utilisé le symbole de la palme.

On peut donc classer ce Monument aux Morts dans la catégorie des monuments pacifistes. Nous avons déjà cité dans cette catégorie les Monuments d'AWANS et de BEAUFAYS.

vaux-et-borset_mom_14-18-40-45_6.jpg

Si l'on suit la Rue du Monument, on découvre, à son extrémité, dressé sur un petit terre-plain, une stèle dédiée aux morts de l'Armée secrète.

 

DSCI4921.JPG

DSCI4923.JPG

 

03/06/2016

Robert d'HARCOURT, aristocrate français, prisonnier évadé de 14-18, militant antifasciste, et résistant.

Sur ce site " AWANS: Mémoire et Vigilance ", nous avons eu l'occasion d'étudier le parcours d'écrivains combattants ou d'écrivains ayant été fortement influencés par la guerre de 14-18.

Nous avons vu que si leur expérience de la guerre était quasiment semblable, leur évolution après l'armistice a souvent été différente: certains ont milité dans les associations d'anciens combattants parfois concurrentes, d'autres non; la plupart ont mené une action politique, mais parfois en sens opposé: certains devinrent antimilitaristes, militants de gauche ( parfois extrême ) alors que d'autres ont pris un chemin inverse ( BERNANOS jusqu'à la guerre d'ESPAGNE ); leur attitude en 40-45 fut aussi diverse, si la plupart ont participé à la résistance, d'autres ont eu une attitude moins engagée et parfois moins digne; leur engagement après 40-45 fut aussi diverse. Le cas extrême que nous hésitons beaucoup à publier est Louis Ferdinand CELINE qui alla jusqu'à l'ignomignie.

En résumé, on peut affirmer que la guerre de 14-18 les a tous profondément marqués mais sans les impliquer dans une ligne de conduite uniforme.

 

 

Robert d'HARCOURT.

 

Né à LUMIGNY ( SEINE ET MARNE ), le 23/11/1881.

Décédé à PARGNY-lez-REIMS ( MARNE ), le 18/06/1965

Intellectuel catholique français, germaniste, essayiste et résistant.

Membre de l'Académie française.

combarrants, prisonniers, 14-18, résistance, antifascisme, nazisme.

 

Robert d'HARCOURT est issu d'une vieille famille de la noblesse française. Il est le deuxième fils et le quatrième enfant du comte Pierre d'HARCOURT et d'Adélaïde-Alix de MUN.

Très jeune, il éprouve de la passion pour les lettres anciennes: il traduit deux traités de Cicéron, un livre des Géorgiques de Virgile, le Catilina de Salluste, le Phédon de Platon, l’Anabase et la Cyropédie de Xénophon. Outre cette passion, il fut un brillant germaniste.

Après une thèse de doctorat sur le poète et romancier suisse de langue allemand Conrad F. MEYER, il devint titulaire de la chaire de langue et littérature germaniques à l'Institut catholique de Paris. Il publia en 1914 un ouvrage consacré à Conrad MEYER.

 

Versé dans l’artillerie comme sergent pendant la Première Guerre mondiale, il fut grièvement blessé à deux reprises et fait prisonnier.

 

D'HARCOURT tentera de s'évader une première fois, ce fut un échec. Lors de sa deuxième tentative, il se cacha dans un entrepôt où il fut découvert par un Allemand. Ce dernier ne le dénonça pas et l'aida, la nuit venue, à sortir de la ville: 

« [...] puis me guida à travers un dédale de ruelles et de cours, dans lequel je ne me serais jamais reconnu seul, jusqu'à l'entrée d'une rue où il m'abandonna, non sans m'avoir vigoureusement serré la main en me souhaitant bonne chance. » Il narre son expérience dans " Souvenirs de captivité et d’évasion d’un camp de Bavière ".

combarrants, prisonniers, 14-18, résistance, antifascisme, nazisme.

 

Contrairement à des livres comme Le Feu d’Henri BARBUSSE, les écrits des prisonniers de guerre sont peu connus, leur mémoire s’est peu à peu perdue. Les prisonniers ne furent que des soldats oubliés à qui l’on n’a pas donné le nom de "Poilus". Le retour d'Allemagne de la plupart d'entre eux fut tardif (en 1919 essentiellement). Beaucoup ont du rentrer par leurs propres moyens. La société s'est peu préoccupée d'eux. Ils sont peu à peu tombés dans l'oubli. Leurs récits eurent moins de succès que celle des écrivains-combattants. Le statut de prisonnier n’est pas un statut que l’on exprime.

Dans l'entre-deux guerres, sa connaissance de l'Allemagne l'amène à dénoncer dès 1933 le régime nazi. Ainsi, en 1936, il publie l'Évangile de la force, dans lequel il dénonce l'embrigadement des jeunes allemands au sein des mouvements nazis et il souligne l'incompatibilité radicale entre l'idéologie raciste nazie et le christianisme. Ce qui était une contribution importante à la lutte antifasciste car l'extrême-droite tentait fortement une certaine frange des catholiques. En 1938, ce fut Catholiques d'Allemagne. Cependant, il combat les préjugés afin de donner de l’Allemagne l'image la plus objective possible.

combarrants, prisonniers, 14-18, résistance, antifascisme, nazisme.

 

Quand vint l'Occupation, Robert d'HARCOURT devint une des figures de la résistance intellectuelle en s'engageant dans la presse clandestine. Passé en zone dite libre pour échapper aux poursuites, on le retrouve à l’Université catholique de LYON. Mais il préféra regagner Paris afin de s’engager aux côtés de la résistance intellectuelle.

 

Le 14 février 1946, il fut élu  à l'Académie française avec quatre autres candidats. Cette élection groupée visait à combler les places vacantes laissées par la période de l'Occupation. Ses deux fils ayant été déportés en Allemagne, il avait attendu qu’ils fussent libérés pour poser sa candidature.

 

La même année, il écrit Le nazisme peint par lui-même, dernière contribution à son combat antifasciste.

 

Il consacre ensuite la plus grande partie de son œuvre à la littérature, à la pensée et à l'évolution politique de l'Allemagne.

 

Ensuite, en spécialiste de l’Allemagne, il s’est attaché à une sorte d’examen clinique de ce pays. Les trois années ( de 1961 à 1963 ) sur lesquelles porte cette étude sont des années de mutation et de crise, marquées par la disparition de la rassurante administration Eisenhower, le procès Eichman, le mur de Berlin, le déclin du chancelier Adenauer. A l’écoute de l’opinion allemande, il perçoit clairement que celle-ci pèse pour une politique étrangère qui consisterait en une fidélité inconditionnelle à l’Amérique et dans la recherche du dialogue avec l’Est. Cela pose problème car de GAULLE n'est pas partisan de la première option et ADENAUER plus que frileux envers la seconde.

 

Décédé le 18 juin 1965, peu de temps après son épouse, il repose au cimetière de PARGNY-LEZ-REIMS.

 

C. F. Meyer, sa vie, son œuvre (1825-1898), 1913

  • Souvenirs de captivité et d'évasions 1915-1918, 1922

  • La Jeunesse de Schiller, 1928

  • L'Éducation sentimentale de Goethe, 1931

  • Goethe et l'Art de vivre, 1935

  • L'Évangile de la force, le visage de la jeunesse du IIIe Reich, 1936

  • Catholiques d'Allemagne, 1938

  • Le Nazisme peint par lui-même, 1946

  • Les Allemands d'aujourd'hui, 1948

  • La Religion de Goethe, 1949

  • Visage de l'Allemagne actuelle, 1950

  • L’Allemagne est-elle inquiétante ?, 1954

  • Konrad Adenauer, 1955

  • L'Allemagne d'Adenauer, 1958

  • L'Allemagne et l'Europe, Allemagne européenne, 1960

  • L'Allemagne, d'Adenauer à Erhard, 1964

 

 

 

01/06/2016

AWANS, les archives de la FNC: l'éternel problème de la cotisation.

L'éternel problème de la cotisation.

Actuellement, la part nationale est de 11 €. La part régionale est de 0,12 €. La part de la section locale est laissée à la libre décision des sections. A la section " AWANS-BIERSET", jusqu'à cette année, nous nous limitons à 0,88 €.

A chaque augmentation de cotisation, il y a les mêmes récriminations. Ce n'est pas propre à notre association. Ce n'est jamais agréable d'annoncer une augmentation. 

Ainsi, nous trouvons dans les archives de la section, un procès-verbal de l'Assemblée extraordinaire du 26/10/1957.

Lisons le passage relatif au problème des cotisations:

" On en vient ensuite à l'augmentation de la cotisation. Le Président fait un exposé quant au reliquat restant à la section après avoir effectué le payement au CA Régional et caisse de décès. 

  Il estime qu'il est impossible de laisser la cotisation à 50 frs. La commission des Finances de la section qui a traité de ce point a estimé que la somme de 60 frs était souhaitable. C'est cette somme de 60 frs qui est retenue par l'assemblée sauf une objection du camarade L...à laquelle le Président répond que 9 frs par membre ne permet pas de faire face aux dépenses."

A noter que 60 frs correspond  à 1,50 €. la cotisation a donc, depuis 1957, été multipliée par 8 depuis 1957. Quoiqu'on en pense, l'inflation a été bien maîtrisée. L'équivalent de 100 BEF au 31 Janvier 1957 est de 748.75 BEF au 01 Juin 2016. L'équivalent aujourd'hui en euros de 748.75 BEF est de 18.57 EUR. Nous sommes donc tout-à-fait dans la norme !

AWANS, FNC,

 

19:00 Écrit par P.B. dans Actualité, Général, HISTOIRE | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : awans, fnc |  Facebook |

CHAPON-SERAING: les Monument aux Morts.

patrieCHAPON-SERAING

( Commune de VERLAINE )

le Monument aux Morts.

Le Monument aux Morts de l'ancienne commune de CHAPON-SERAING est situé à proximité de l'église du village.

Ce monument est manifestement de facture relativement récente.

Voici tel qu'il apparaît, dans son entiéreté.

DSCI4908.JPG

Comme on peut l'apprécier, il est situé dans un environnement bien choisi et très bien entretenu.

Examinons la partie centrale.

DSCI4913.JPG

DSCI4912.JPG

Ce monument a été construit bien après 1945. Il ne s'agit donc pas, comme dans nombre d'autres communes ( par exemple chez nous à AWANS ) d'un monument dédié à la guerre de 14-18, modifié après 1945.

On peut aussi déduire qu'en 14-18, la commune de CHAPON-SERAING ne connut aucun combattant décédé au front.

Les deux seuls " Morts pour la Patrie " le furent durant la seconde guerre mondiale.

Le deux pans latéraux du monuments sont d'ailleurs dédiés " A nos défenseurs " de 40-45 à droite et de 14-18 à gauche.

DSCI4909.JPG

DSCI4910.JPG

18:07 Écrit par P.B. dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : monument, combattants, guerre, awans, patrie |  Facebook |