01/09/2017

NE JOUEZ PAS AUX SOLDATS !

Ne jouez pas aux soldats (vers 1925)

Paroles et musique de Léo Lelièvre - Paul Dalbret

Auguste Paul Van Trappe, dit Paul DALBRET, né à Paris (11ème) le 2 avril 1876 et mort à Chateau Gombert  le 3 mars 1927, est un auteur-compositeur-interprète français. D'abord interprète, il devient auteur-compositeur à partir de 1907.

En 1904 qu'il est engagé au théâtre de l'Alcazar à Marseille. Séduit par la ville et l'accueil de ses habitants, il décide de s'installer dans le quartier de Château Gombert  au chemin des Paroyes dans une propriété mitoyenne de celle construite par  «Dérouvile » un auteur -compositeur des ses amis . Dès lors, il mène une carrière bien remplie, tant sur les scènes parisiennes que Marseillaises, jusqu'à la déclaration de guerre.



Bien qu'âgé de 38 ans et marié, il est envoyé directement sur le front. En 1915, il est victime d'une attaque massive au gaz moutarde qui le contraint à passer de longues mois en convalescence dans un sanatorium. Il est alors réformé définitivement. Jusqu'à la fin de la guerre, il compose et enregistrera de nombreuses chansons à caractère patriotique.

À la fin de sa carrière, il abandonne la chanson réaliste pour se tourner vers la chanson coquine.

Malgré les difficultés respiratoires consécutives à son gazage, il reprends dès 1919 le chemin des scènes de spectacles et des tournées, tant en province qu'à l'étranger. Mais à partir de 1924, son état pulmonaire s'aggrave et il doit progressivement ralentir ses activités. Il arrête définitivement les séances d'enregistrements qui l'épuise. Alité depuis plusieurs mois à la suite d'un malaise sur scène, il s'éteint à Marseille le 3 mars 1927. Il allait avoir 51 ans.

C'est donc une victime, tardive, de la première guerre mondiale.

 

sum28_enfants_01f.jpg

Ne jouez pas aux soldats

1er couplet

A mon petit garçon pour le jour de sa fête

J’ai dit : Viens avec moi acheter un joujou

Au bazar tu verras pantins et marionnettes

Un beau chemin de fer, mais l’enfant tout à coup

Répondit : Je voudrais un fusil, un beau casque

Un sabre avec un sac comme en ont les soldats

Alors tout ahuri, par ce désir fantasque

J’ai dit : Non mon petit, non tu n’auras pas ça.

Refrain :

Ne joues pas au soldat mon cher petit bonhomme

Les sabres et les fusils ne sont pas des jouets

Plus tard tu en auras quand tu seras un homme

Je n’veux pas voir ces choses entre tes doigts fluets

Ces joujoux là vois tu, rappellent trop la guerre

Les chagrins et les deuils que l’on voit ici bas

Ils ont trop fait pleurer les cœurs des pauvres mères

Dont les enfants sont morts en jouant aux soldats

2ème couplet

N’as tu pas remarqué lorsque tes camarades

Font la petit guerre, comme ils deviennent méchants

Ne pensant qu’à frapper, ils rêvent d’embuscades

Leur grand sabre de bois les rend presque arrogants

Pour ceux là rien n’existe, ils en font à leur guise

Les grammaires, les calculs ne les intéressent pas

Quand vient le mardi gras, les parents les déguisent

En zouave, en cuirassiers, des galons pleins les bras

Refrain

3ème couplet

Faut il que les parents n’aient rien dans les méninges

Les soirs de carnaval pour déguiser encor

Leurs enfants en poilus comme des petits singes

Qui seraient habillés dans la veste d’un mort

La capote horizon est le dernier emblème

Le linceul dans lequel nos fils dorment là-bas

Au moins respectez les, les soirs de mi-carême

En ne déguisez pas vos enfants en soldats

4ème couplet

Pense à nos grands savants, ces héros anonymes

Passant leur existence à sauver des humains

Ceux qui se sacrifient dans un rêve sublime

Pour adoucir la vie de leurs contemporains

Curie, Péan, Pasteur tous ces rois de la science

Ont autant de mérite que nos plus grands guerriers

Ils ont chassé la mort qui rôdait sur l’enfance

Ils ne pensent qu’à guérir et non pas à tuer

Refrain

Il faut que les enfants dans leur jeunesse apprenne

A chérir leur pays, à défendr’ leur honneur

Mais n’leur inculquez pas des sentiments de haine

La guerre et les combats devraient leur faire horreur

Au nom de nos héros, morts en pleine jeunesse

Pour que ce drame affreux ne recommence pas

Et pour que la bonté sur ce monde renaisse

Il ne faut plus jamais s’amuser aux soldats

images.jpg

Ce sera un des thèmes que nous afficherons lors de notre participation à l'opération

WEEK-END WALLONIE BIENVENUE

à AWANS, les 21 et 22 octobre prochains !

La FNC AWANS-BIERSET vous accueillera à l'église d'AWANS ( dans la petite salle située à droite dès l'entrée ). 

Les commentaires sont fermés.