07/08/2017

MOISSAC: histoire d'une ville française en 40-45.

MOISSAC: La Seconde Guerre mondiale et le refuge des enfants juifs.

 

MOISSAC: VILLE HEROÏNE OUBLIEE.

contreloubli98-0.jpg Moissac.jpg

Pendant la Seconde Guerre mondiale, MOISSAC, une petite ville à 30 km de Montauban, dans le Tarn-et-Garonne, fut un refuge pour l'importante communauté des Eclaireurs Israélites de France (EIF).

 

Ceux-ci furent hébergés au Moulin de MOISSAC. Quant aux plus jeunes, ce fut à la Maison des Enfants de MOISSAC, sise 18, Quai du Port. Les uns comme les autres y restèrent durant tout le conflit grâce à la bienveillance des autorités municipales et de la population. En tout cas sans problème jusqu'en 1942.

 

En novembre 1942, l'occupation de la zone Sud aggrava la situation qui devint beaucoup plus périlleuse. Le préfet, François MARTIN, s'est montré peu obéissant aux ordres de VICHY. Il  a répugné à appliquer rigoureusement la répression antisémite. Le 3 octobre 1940, le Conseil des ministres de Vichy avait arrêté le "Statut des juifs". Les préfets de zone sud avaient la possibilité d'assigner à résidence ou d'interner les "ressortissants étrangers de race juive".

Moissac.png

En 1943, cependant, les rafles se multiplièrent. Les jeunes réfugiés, grâce à des fuites administratives bienveillantes, ont déjà échappé à plusieurs d'entre elles Il serait désormais suicidaire de ne pas disperser les enfants. Fin novembre, la maison est « dissoute ». Il fallut donc prendre d'autres initiatives: les enfants juifs furent dispersés dans des familles d'accueil jusqu'à la Libération le 19 août 1944 . Une des responsables de ces refuges porte un nom aujourd'hui célèbre, Herta Cohn-Bendit, la mère de Daniel, né en 1945 à MONTAUBAN.

 

Ainsi, entre 1939 et 1943, environ 500 jeunes juifs sont passés par MOISSAC. Ils y trouvèrent refuge, nourriture, instruction et bienveillance. Mais ils purent aussi vivre leur religion au grand jour, sous la protection de la population. A MOISSAC, ils n'eurent même pas à taire leur identité. Dans la ville, ils n'avaient pas à cacher leur judaïsme. Shabbat, bar-mitsva, fêtes juives..., tout y était célébré au grand jour.En pleine journée, en pleine rue, ils  chantaient:

« Lève la tête, peuple d'Israël /

Et que ton chant de fête /

Monte jusqu'au ciel... »

capture_decran_2016-07-01_a_12.57.43_0.png

Cette grandeur d'âme collective fut pourtant peu reconnue. En effet, contrairement à CHAMBON-SUR-LIGNON, en Haute-Loire, de DIEULEFIT, dans la Drôme, où des enfants juifs furent aussi sauvés par centaines, MOISSAC n'a pas été honorée de la médaille des " Justes parmi les nations" par le mémorial Yad Vashem. Une aberration et une injustice. On semble avoir oublié le cas de MOISSAC.

 

Cependant dix habitants de la ville furent honorés comme "Justes parmi les Nations"Sur les 500 jeunes qui y trouvèrent refuge, aucun ne fut dénoncé, ni déporté. ni non plus ceux qui les ont aidés. Parmi ces enfants, environ un tiers de Français, et deux tiers d'étrangers, dont beaucoup de réfugiés allemands.

 

Mais on ne sauva pas que des enfants: 7 familles trouvèrent asile à MOISSAC. Les familles Braunstein, Dembak, Glazman, Mangel, Rajchman, Ribowski et Schmauss, certains de nationalité allemande. La dernière famille citée se maria à MOISSAC.

 

MOISSAC DANS SON ENVIRONNEMENT EN 40-45

 

Le département de Tarn-et- Garonne se distingua aussi dans le sauvetage des juifs. Voici la liste des lieux de sauvetage du département:

 

 82140 Saint-Antonin-Noble-Val 
Auberge de jeunesse 82000 Montauban 
Couvent d'Auvillar 82340 Auvillar 
Couvent de Grisolles 82170 Grisolles 
Domaine de Charry 82200 Boudou 
La Bastiolle 82000 Montauban 
Maison de Moissac 82200 Moissac 
Moulin de Moissac 82200 Moissac 
Soeurs bénédictines de Mas-Grenier 82600 Mas-Grenier

 

Malgré cela, le 26 août 1942, lors de la rafle des Juifs étrangers en zone non occupée par les forces de police et de gendarmerie française, 173 personnes furent arrêtées en Tarn-et-Garonne. Mgr Pierre-Marie Théas, évêque de Montauban, rédigea une lettre de protestation sur le respect de la personne humaine. Il en demanda la lecture lors des messes du 30 août. En voici un extrait:

"... Dans nos régions, on assiste à un spectacle navrant : des familles sont disloquées ; des hommes et des femmes sont traités comme un vil troupeau, et envoyés vers une destination inconnue, avec la perspective des plus graves dangers". Il critiqua les mesures antisémites qui "sont un mépris de la dignité humaine, une violation des droits les plus sacrés de la personne et de la famille".


D'après les Archives départementales, près de 453 hommes, femmes et enfants ont été arrêtés durant la guerre dans le département dont 172 déportés pour motif racial.


MOISSAC SERAIT-ELLE UNE VILLE OUBLIEUSE ?

En septembre 2015,le maire a été interrogé quant à l'accueil dans la ville de réfugiés syriens.

Voici sa déclaration: "il faut sortir de l'émotion, nous ne sommes pas en mesure d'accueillir des familles dans des conditions décentes avec tout le suivi que cela impose".

Cette décision a choqué un certains nombre d'habitants. Une décision qui se heurte à l'histoire de la commune pourtant si généreuse et accueillante lors de la Seconde Guerre mondiale.

Les commentaires sont fermés.