01/01/2017

AWANS-BIERSET: Pourquoi maintenir la FNC en vie ?

 

Pourquoi faut-il maintenir la FNC en vie ?

NSB-FNC60.png

Les associations patriotiques sont, pour la majorité du public, considérées comme dépassées, comme entretenant machinalement, un simple rituel. les manifestations patriotiques ne seraient que routine !

 

La FNC ( Fédération Nationale des Combattants ) n'échappe évidemment pas à ces considérations. Mais, aussi curieux que cela puisse paraître, ces remarques n'émanent pas de la jeunesse mais des personnes dites "mûres".

 

Nous avons déjà eu l'occasion de l'exprimer à l'une ou l'autre reprise, la démarche de la FNC ne vise certainement pas à promouvoir un nationalisme dépassé, ringard, chauvin ou cocardier ou, même, malsain.

 

Nous avons déjà souligné, à plusieurs reprises, la distinction qu'il convenait de faire entre " patriotisme " et " nationalisme ".

 

Il suffit de rappeler la citation de Charles de GAULLE: Le patriotisme, c'est aimer son pays. Le nationalisme, c'est détester celui des autres."

 

Le nationalisme, contrairement au patriotisme, et contrairement à ce que les nationalistes prétendent, ne défend pas les intérêts du pays. Le nationalisme utilise le fait national, détourne l'idée nationale, au profit de sa propre idéologie ou ambition politique.

 

Il suffit aussi de rappeler certains faits du passé, de rappeler l'attitude de ceux qui s'affirmaient nationalistes dans les années 30 comme les rexistes en Belgique. En 1940, la plupart des nationalistes d'avant-guerre ont rejoint la collaboration sans état d'âme. En France, c'est Pétain ( qui était nationaliste) qui a créé la Milice Française de sinistre mémoire sans même l'obligation des allemands ! 

 

Le patriotisme s’attache plutôt à défendre l’intégrité d’un sol national en cas d’invasion, de guerre, de menace directe ou indirecte à son encontre.

 

La volonté de la FNC est de promouvoir un attachement très fort à des valeurs considérées comme universelles: la liberté, l'égalité, le pluralisme idéologique, le respect des règles démocratiques, la séparation des pouvoirs, la séparation de l'Etat et des Eglises, la hiérarchie des normes... Valeurs qui ne sont pas tombées du ciel mais qui ont été nous forgées au cours des siècles. Rappelons la paix de Fexhe, signée le 18 juin 1316 à Fexhe-le-Haut-Clocher. Elle est la reconnaissance formelle et légale du partage du gouvernement entre le Prince-Evêque et le pays.

 

Cet attachement s'est manifesté de manière particulièrement forte et dramatique lors des deux guerres ( 14-18 et 40-45 ). Lors de ces deux conflits, nos prédécesseurs ont mené une lutte vitale et sans merci contre l'occupant allemand et contre la collaboration, sauvant la Belgique.

 

Mais, et surtout en 40-45, il ne s'agissait pas uniquement d'une simple lutte nationale ou territoriale mais d'un combat pour la défense de nos valeurs fondamentales et une certaine conception de la civilisation.

 

Mais, encore une question souvent posée " Pourquoi encore une " Fédération des Combattants ", alors qu'il n'y a quasiment plus d'anciens combattants ? Des associations d'anciens combattants existent dans tous les pays.

 

Nous voulons honorer ceux qui ont combattu des idéologies intolérantes comme le nazisme, par les armes, par l'esprit, l'écriture, le renseignement ou le sabotage.

Nous voulons aussi célébrer ces valeurs universelles que sont la liberté et la démocratie: sans le sacrifice de ces aînés, nous ne serions pas là pour en parler et surtout pour en jouir.

 

Victimes certaines d'un manque de motivation, les associations patriotiques belges d'anciens combattants et de prisonniers de guerre cherchent à attirer des porte-drapeaux et des joueurs de clairon.

 

Dans notre section ( la FNC "AWANS-BIERSET" ), après une période très critique où nous n'avions plus qu'un seul porte-drapeau, nous pouvons enfin sortir avec plusieurs drapeaux. A titre d'exemple, le 11 novembre dernier, notre section alignait six porte-drapeaux.

 

Nous vous attendons nombreux pour les cérémonies patriotiques qui ne concernent pas seulement les Anciens Combattants effectifs. Qui n'a pas eu dans sa famille un grand-père, un frère, un oncle, un père ayant participé à ces opérations. Rejoignez-nous aux Monuments aux Morts. Nous nous y rendons à deux reprises chaque année: VELROUX, BIERSET, GRÂCE-HOLLOGNE, FOOZ, HOGNOUL et AWANS.


S
oyons les relais d'une mémoire qui contribuera à écrire l'histoire. Notre but est de perpétuer le souvenir des combattants " Morts pour la Patrie", de servir leur mémoire.

 

Une autre interpellation souvent entendue:  " Pourquoi ressasser des événements aussi lointains. ? Pour la première guerre, cela remonte à plus de cent ans et pour la seconde, cela fait quand même plus de septante ans.

 

Aujourd'hui quelques exemples d'actualité doivent nous interpeller et nous rappeler le cri de ceux qui se sont battus pour notre liberté: " Plus jamais ça ! "

440_001.jpg

 

Les commentaires sont fermés.