17/07/2016

Le martyr des juifs luxembourgeois en 40-45.

CINQFONTAINES et le martyr des Juifs luxembourgeois.

On ne connaît pas exactement le nombre des Juifs vivant au Grand-Duché de Luxembourg en 1940.

Le recensement général de la population du 31 décembre 1935,déclarait 3.144 personnes de confession israélite: 870 citoyens luxembourgeois et 2.274 Juifs de nationalité étrangère ou apatrides. Selon d'autre calculs, le nombre de juifs en mai 1940 peut être estimé le nombre à 3.907.  

 

Quelques mois après l’occupation allemande, en septembre 1940, les Juifs habitant du Grand-Duché furent privés systématiquement de leurs droits, mis à l'écart de la population non-juive et pillés par l’administration civile nazie.

 

Le nombre total des déportés du Luxembourg s’élève à 677. 664 personnes firent partie de l’un des 7 convois qui quittèrent le Luxembourg entre le 16 octobre 1941 et le 17 juin 1943. 13 autres personnes furent déportées hors convois dans des camps et prisons.

 

Très peu ont survécu à la déportation: 624 sont morts au cours de la guerre et seulement 53 sont sortis vivants des différents camps et prisons. Ceci équivaut à un taux de 92,2% de morts.

 

Ainsi, au moins 1.384 personnes juives sont mortes entre 1940 et 1945. Ceci correspond à 35,4% de la population juive du Grand‐Duché en 1940. Lors de la libération, la communauté juive du Grand Duché avait pratiquement cessé d’exister: en septembre 1944, de 3.907 la population juive était tombée à 70.

 

Au 10 mai 1940, la communauté juive luxembourgeoise disposait d’une nombre vingtaine d’associations qui se répartissaient sur un éventail allant des associations caritatives en passant par les consistoires locaux, les organisations de jeunesse, etc. Elles furent dissoutes et leurs avoirs et biens confisqués.

 

Comment cela a-t-il été possible ?

 

L’occupation allemande au 10 mai 1940 signifia la fin de l’état de droit luxembourgeois. La direction du pays fut confiée à un Gauleiter, Gustav SIMON et considéré comme une partie de l'Allemagne. Gustav SIMON dirigeait d'ailleurs la région de Coblence.

 

La Grande Duchesse, la famille Grand Ducale et le Gouvernement avaient quitté le pays au matin de l’invasion pour se soustraire à l’emprise allemande, pour éviter de devoir se soumettre et afin de maintenir, virtuellement, l'existence officielle de l'Etat.

 

Ce départ fut en réalité vécu comme une trahison par un grand nombre de Luxembourgeois. Des responsables politiques luxembourgeois restés sur place, misant sur la victoire allemande en 1940 et sur la domination nazie en Europe, cherchèrent à s’intégrer dans l’Europe nouvelle, et proposèrent aux Allemands leur collaboration. Les Allemands la refusèrent car ils désiraient annexer purement et simplement le Luxembourg.

 

Ce Gouvernement en exil permit l'apparition d'un mythe. Celui fondateur d'un petit pays uni dans sa lutte contre l’Allemagne nazie. Ce mythe s’imposa rapidement après la Libération, renvoyant à la société luxembourgeoise une image valorisante. Soumis à une politique de germanisation brutale, le peuple se serait dressé unanimement contre l’occupant -à l’exception d’une poignée de criminels, d’opportunistes ou d’individus d’ascendance allemande.

 

Certains chercheurs dépeignent une situation moins valorisante. C'est à la fois inexact et injuste, il y eut une véritable résistance luxembourgeoise,soldée par de nombreuses exécutions. 

 

Ceci pour esquisser le cadre général de la vie luxembourgeoise durant la guerre. De plus, il y avait, comme partout ailleurs en Europe, un antisémitisme latent, antisémitisme qui n'allait pas jusqu'à souhaiter leur extermination.

 

A partir d'octobre 1941 tous les Juifs sont obligés de porter l’étoile jaune.

 

Comment la déportation fut-elle organisée, pratiquement ?

 

En mars 1941, le couvent de Cinqfontaines fut fermé par l’administration allemande. Il abrita de 1941 à 1943 un camp d’internement contrôlé par la Gestapo sous la dénomination officielle « Maison de Retraite juive ». Il devait s’agir surtout de personnes âgées et malades. En réalité, elles étaient amenées dans ce couvent désaffecté avant d’être déportées vers les ghettos et les camps d’extermination.

 

Les conditions de vie y étaient précaires. Le manque de vivres et de médicaments, la promiscuité, l’isolement, les tracasseries administratives, ainsi que les maladies et l’insuffisance des soins médicaux rendaient la vie très difficile aux habitants qui vivaient dans une incertitude permanente et dans l’attente des déportations.

 

En août 1941, les premiers Juifs y arrivèrent pour préparer l’arrivée des suivants. A la fin de l’été, le nombre des internés atteignit la centaine, originaires de toute l’Europe. A côté de Juifs luxembourgeois, on trouvait de nombreux Juifs réfugiés venus au Luxembourg au cours des années trente.

 

En octobre 1941, débutèrent les déportations vers l’Europe de l’Est. Le premier transport emmena 334 personnes vers le Ghetto de Lodz.

 

En octobre/novembre 1941, des Juifs astreints aux travaux forcés commencèrent la construction des fondations pour 9 baraques afin de créer des logements supplémentaires, le bâtiment principal du couvent étant surpeuplé.

 

Le 7 janvier 1942, en plein hiver, les internés sont forcés de remettre pratiquement tous leurs vêtements à l’administration civile.

 

En 1942, 21 Juifs meurent de maladies ou de privations. La plupart ont été enterrés à Cinqfontaines.

 

Le 23 avril 1942, 2e déportation: 27 (28) Juifs, dont 14 (18)de Cinqfontaines, sont déportés à Izbica (Pologne).

 

Le 12 juillet 1942, 3e déportation. 24 (23) Juifs (6 (19) venant de Cinqfontaines) sont déportés vers Auschwitz. D’après une statistique officielle, 145 Juifs sont alors internés dans la „Maison de Retraite juive“.

 

La 4e déportation a lieu le 26 juillet. 16 (24) Juifs de Cinqfontaines accompagnés de 11 (1) autres sont transportés dans le Ghetto de Theresienstadt (Térézin en Tchécoslovaquie).

 

Deux jours après, un 5e transport amène 159 (158) Juifs (73 (101) également à Theresienstadt.

 

En avril 1943, quelque 90 personnes sont encore internées au couvent de Cinqfontaines, dont 87 sont déportées le 6 avril vers Theresienstadt (6e transport). La « Maison de retraite juive » sera fermée quelques jours après que les derniers Juifs eurent été déportés le 17 juin vers Theresienstadt et Auschwitz (7e et dernier transport).

 

La plupart des Juifs de Cinqfontaines ne survivent pas à leur déportation. On estime que 24 personnes rentrèrent des camps.

 

DSCI4952.JPGEn 1969, on inaugura un monument près du Couvent à la mémoire de tous les Juifs déportés du Luxembourg. L’artiste sculpteur Lucien Wercollier, déporté politique, est l’auteur du projet.

 

Il existe un projet de "musée". Des photos, virtuelles, existent sur internet mais tout semble encore très lointain !

 

 

Les commentaires sont fermés.