04/01/2016

L'Empire Allemand: de la grandeur avant 1914 à la décadence en 1919.

 

 

Grandeur et décadence de l'Empire Allemand.

 

Les Allemands étaient unifiés dans l'Empire Allemand seulement depuis 1871. cet empire succédait à la Confédération Germanique qui avait existé entre 1815 et 1866, d'abord. Ensuite à la Confédération de l'Allemagne du Nord de 1867 à 1871.

 

Ce nouvel état réalisait la formation d'un régime impérial dominé par la Prusse. Il semblerait que de nombreux allemands considéraient plutôt cette fusion comme une annexion cachée par la Prusse.

 

"Deutsches Reich", " Empire allemand "ou " Empire germanique " faisait implicitement référence au " Saint Empire Romain germanique ", en allemand "Heiliges römisches Reich deutscher Nation": de 962 à 1806.,

 

Curieusement, ce n'est pas à Berlin que l'Empire fut proclamé mais à Versailles, le 18 janvier 1871. Pour la petite histoire, dans la Galerie des Glaces. Le roi de Prusse GUILLAUME I° fut proclamé Kaizer. Un Symbole, c'était après la victoire de l'Allemagne contre la France à l'issue de la Guerre franco-prussienne de 1870. La date choisie est tout aussi symbolique: elle correspond au 170e anniversaire du couronnement de FREDERIC I° comme comme roi de Prusse.

 

L'Empire était un État fédéral constitué d'États, des monarchies à l'exception des trois villes hanséatiques de BrêmeHambourg et Lübeck. Ces États formaient la Confédération allemande, présidée par un « empereur allemand », en fait le Roi de Prusse. Les divers monarques exerçaient sur leur territoire la souveraineté. Ils étaient aussi les détenteurs de la puissance publique, reconnue par la constitution impériale. Dans le cas des villes libres, chaque Sénat l'exerçait sur son territoire. Mais l'influence de la Prusse était tellement puissante...

 

En 1900, le Reich couvrait 540 667 km². Il occupait le Nord et l’Ouest de l’Europe centrale, de la mer du Nord et la mer Baltique jusqu'aux Alpes. Des Vosges au Niémen à l’Est. Il était entouré au Nord par le Danemark,à l’Est par la Russie, à l’Ouest par les Pays-bas, la Belgique, le Luxembourg et la France, au Sud par la Suisse et l'Autriche-Hongrie.

 

Carte-Deutsches_Reich_1871-1918--.gif

 La Prusse dans l'Empire.

Prusse dans l'empire.gif

État fédéré

Régime

Capitale

Superficie en km² (1910)

Population (1910)

Royaume de Prusse

Monarchie

Berlin

348 780

40 165 219

Royaume de Bavière

Monarchie

Munich

75 870

6 887 291

Royaume de Wurtemberg

Monarchie

Stuttgart

19 507

2 437 574

Royaume de Saxe

Monarchie

Dresde

14 993

4 806 661

Grand-duché de Bade

Monarchie

Karlsruhe

15 070

2 142 833

Grand-duché de Mecklenburg-Schwerin

Monarchie

Schwerin

13 127

639 958

Grand-duché de Hesse

Monarchie

Darmstadt

7 688

1 282 051

Grand-duché d'Oldenbourg

Monarchie

Oldenbourg

6 429

483 042

Grand-duché de Saxe-Weimar-Eisenach

Monarchie

Weimar

3 610

417 149

Grand-duché de Mecklembourg-Strelitz

Monarchie

Neustrelitz

2 929

106 442

Duché de Brunswick

Monarchie

Brunswick

3 672

494 339

Duché de Saxe-Meiningen

Monarchie

Meiningen

2 468

278 762

Duché d'Anhalt

Monarchie

Dessau

2 299

331 128

Duché de Saxe-Cobourg et Gotha

Monarchie

Coburg/Gotha

1 977

257 177

Duché de Saxe-Altenbourg

Monarchie

Altenbourg

1 324

216 128

Principauté de Lippe

Monarchie

Detmold

1 215

150 937

Principauté de Waldeck

Monarchie

Arolsen

1 121

61 707

Principauté de Schwarzbourg-Rudolstadt

Monarchie

Rudolstadt

941

100 702

Principauté de Schwarzbourg-Sondershausen

Monarchie

Sondershausen

862

89 917

Principauté Reuss branche cadette

Monarchie

Gera

827

152 752

Principauté de Schaumbourg-Lippe

Monarchie

Bückeburg

340

46 652

Principauté Reuss branche aînée

Monarchie

Greiz

316

72 769

Ville libre et hanséantique de Hambourg

Republique

Hambourg

414

1 014 664

Ville libre et hanséatique de Lübeck

Republique

Lübeck

298

116 599

Ville libre et hanséatique de Brême

Republique

Brême

256

299 526

Reichsland Elsaß-Lothringen

Monarchie

Strasbourg

14 522

1 874 014

Empire allemand

Monarchie

Berlin

540 858

64 925 993

 

Alliances-en-1914.jpg


Pendant la guerre, Guillaume II était commandant en chef des armées, mais il perdit bientôt l'autorité réelle et sa popularité en fut diminuée. Il passa la guerre réfugié à SPA où la population finit par l'appeler le "vieux cantonnier".

 

Vers la fin de la guerre, l’Allemagne connaît une période de troubles. Depuis 1917, les manifestations réclamant plus de libertés politiques étaient en augmentation constante bien que réprimées très durement.

 

La marine allemande en mutinerie à l'automne 1918 précipita la fin de la monarchie allemande. cette époque vit l’instauration de "Conseils ouvriers" (Arbeiter- und Soldatenräte) dans toutes les grandes villes de l'empire, même à BERLIN. Ces événements forcèrent le Kaiser à renoncer non seulement au trône allemand, mais aussi au trône de Prusse.

 

Deux jours avant la fin des hostilités en 1918, éclate une révolution qui provoque la chute du régime impérial. Le 9 novembre 1918, le chancelier Maximilian Von Baden, après avoir décrété l’abdication de l’empereur Guillaume II et la renonciation au trône du prince héritier, démissionne et transmet ses pouvoirs à Friedrich Ebert, chef des sociaux-démocrates majoritaires. Le même jour, la république est proclamé

 

Les autres souverains allemands, qui avaient suivi le Kaizer ne purent pas non plus sauver leurs dynasties séculaires.

 

Deux jours avant la fin des hostilités en 1918, éclate une révolution qui provoque la chute du régime impérial. Le 9 novembre 1918, le chancelier Maximilian Von Baden, après avoir décrété l’abdication de l’empereur Guillaume II et la renonciation au trône du prince héritier, démissionne et transmet ses pouvoirs à Friedrich EBERT, chef des sociaux-démocrates majoritaires. Le même jour, la république est proclamée.

 

Le traité d'abdication ne fut signé cependant que le 28 novembre alorsqu'il résidait au à SPA. Il se réfugia aux Pays-bas, à DOORN, protégé par la reine. Il ne sera pas livré aux vainqueurs pour être jugé comme responsable de la guerre comme l'auraient souhaité les alliés.

 

Le 28 juin 1919, après quatre années d’une guerre terrible, la première guerre mondiale prit officiellement fin à Versailles. « Paix » pour les uns, « Diktat » pour les autres, ce traité contenait en germe les causes d’un second conflit, vingt ans plus tard.

 

traité de versailles..jpg

VERSAILLES est aussi tout un symbole: l’Allemagne vaincue signe le Traité de paix dans la galerie des Glaces, à l'endroit même où son empire avait été proclamé. Une table a été dressée sous la figure de Louis XIV franchissant le Rhin. 27 délégations représentant 32 puissances sont présentes. Sont assis à la table, les quatre représentants des nations alliées : Clémenceau pour la France ; Wilson pour les Etats-Unis, Lloyd George pour la Grande-Bretagne ; Orlando pour l’Italie. Müller, ministre des Affaires étrangères et le docteur Bell composent la délégation allemande.

 

Cette conférence siégeait depuis le 18 janvier. L’Allemagne a été tenue à l’écart. Les Alliés mènent seuls les débats mais ils ne sont pas d’accord entre eux. La France veut écarter définitivement le danger allemand contrairement à la Grande-Bretagne qui veut lui conserver son rang. Les Etats-Unis rêvent d’un monde pacifié avec la Société Des Nations. L’Italie veut les territoires promis en 1915. Le texte est soumis à l’Allemagne, le 7 mai qui fait des contre-propositions, le 29, toutes été rejetées. Le 17 juin, les Alliés lui donnent cinq jours pour se décider. L’Allemagne s’incline finalement.

 

1000px-German_losses_after_WWI.svg.png

Mais surtout, il comprend le démembrement de l’Empire Allemand. L’Alsace et la Lorraine reviennent à la France. Mais d'autres régions sont aussi distraites de l'Allemagne, vers la Belgique, la Pologne, la Tchécoslovaquie...

 

Les clauses du traité imposaient à l'Allemagne des concessions territoriales: les frontières nationales allemandes étaient réduites; elle devait rétrocéder l'Alsace-Lorraine à la France; la Belgique reçut Eupen et Malmédy; la Sarre fut placée sous administration internationale; après plébiscite, le Schleswig du Nord fut rendu au Danemark.

 

A l'est, les partitions de la Pologne furent annulées. Un nouvel Etat polonais fut créé, qui reçut plus de la moitié des anciennes provinces allemandes de Posnanie (Poznan) et la Prusse occidentale, un "corridor" vers la Mer Baltique (qui séparait la Prusse orientale du reste de l'Allemagne) et, après un référendum, des portions de la Haute-Silésie. L'Allemagne dut céder au nouvel Etat tchécoslovaque le district de Hultschin.

 

En fin de compte, l'Allemagne se voyait amputée de 13% de son territoire (plus de 43 000 km² de son territoire européen) et de plus d'un neuvième de sa population (entre 6,5 et 7,3 millions de personnes).

 

Le texte fondateur de la Sociétés des Nations n'a pas été fait séparément. Ce texte n'était pas bien séparé du Traité de paix.

 

Le texte fondateur de la SDN et le Traité de Paix sont inclus l’un dans l’autre. Les représentants de l’Empire allemand furent confrontés à un sérieux dilemme: s’ils signent pour être membre de la Société des Nations, ils acceptent, au nom de l’Allemagne et de ses alliés, toutes les clauses du Traité de Paix, s’ils ne signent pas le Traité de Paix, l’Allemagne est exclue de la Société des Nations.

 

Les commentaires sont fermés.