15/11/2015

Les attentats de Paris: quelques réflexions.

Les attentats de PARIS.

826459-carte-fusillade.png

Vendredi 13 Novembre 2015 est une date dont on parlera dans les manuels d’Histoire. L’effroi, la peur, la tristesse ont gagné le coeur des français. " PARIS, 13 novembre 2015 " est le pendant de " NEW YORK, 11 septembre 2001 " ou de " MADRID, 11 mars 2004 " ! 

Vendredi 13 ! Est-ce un hasard ou un choix délibéré ?

 

Dès le lendemain, à LONDRES, BERLIN, NEW YORK, MADRID ou SYDNEY et partout dans le monde des rassemblements ont eu lieu pour rendre hommage aux victimes des attentats. De nombreux monuments se sont parés des couleurs du drapeau français et la Marseillaise a été chantée lors de plusieurs rassemblements.

Photos-les-attentats-a-Paris-a-la-Une-de-la-presse-internationale_portrait_w674.png

Nous ne reviendrons pas sur le déroulement des événements, ni sur la suite des l'enquête. Il convient de s'interroger sur les suites ou les motivations de ces attaques. Le terrorisme international ne menace pas seulement la FRANCE, mais tout le monde, toute l’humanité. Des milliers de combattants provenant de trop de pays différents ont été entraînés par l’EI, ( « Daech » ).

 

Immédiatement, les réseaux sociaux ( blogs, facebook, twitter...) ont été mis à contribution de façon massive...avec le meilleur et le pire. Souvent le pire, hélas !

 

Pour le meilleur, de nombreuses personnes ont choisi les réseaux sociaux pour exprimer leur solidarité, prévenir leurs proches, chercher un abri et venir en aide. Le hashtag #PrayForParis (en français #PriezPourParis) dépassait déjà dans la nuit le million de mentions, d'après les estimations du site Topsy. Il est parfois accompagné de dessins: l'un d'entre eux représente la Tour Eiffel encerclée de noir, formant un signe de la paix.

 

Un mouvement de solidarité a mobilisé les internautes, sous le hashtag #PorteOuverte. Des milliers de Parisiens ont organisé vendredi soir sur Twitter un vaste mouvement proposant d'accueillir chez eux les personnes qui se trouvaient dans la rue, désemparées et à la recherche d'un lieu sûr.

 

Partout dans le monde occidental, la campagne #Pasenmonnom a mobilisé les musulmans contre l’État islamique. Celle-ci dénonce toutes actions haineuses et meurtrières commises au nom de l’Islam.

Mais, il fallait s'y attendre, on a vu aussi le pire. Il suffit de consulter la rubrique « Actualités » de skynetblogs, par exemple.

 

A la lecture des réactions et des communications sur les réseaux sociaux, il est clair, et cela fait peur, suite à Paris ensanglanté. J'ai peur que certains nous appellent carrément à répondre à la barbarie par une autre barbarie. On y trouve quasiment des appels aux meurtres de dirigeants politiques, ( pas ceux de gauche ni de la droite traditionnelle, bien sûr ). Jamais de Marine LE PEN ni des personnages insignifiants qui, en BELGIQUE, s'efforcent de profiter de son aura.

 

Il faut craindre la haine, la stigmatisation, la chasse à tout qui est différent, tout qui ne rentre pas dans le moule.

 

Les pires âneries sont présentées comme des vérités, telles que, par exemple, la conversion à l'islam de politiciens belges ! Déjà, la récupération politicienne pointe le bout du nez. Pas seulement en FRANCE mais aussi chez nous. Une société américaine spécialisée dans les recherches socio-politiques, STRATFORT, prévoit la hausse de la popularité de Marine LE PEN et de son Front national, dont la position est la réduction de l’immigration légale. Elle pourrait recevoir l'appui des électeurs après les attentats parisiens.

 

Les extrêmes s'attirent et parfois ont des intérêts convergents. Et si c'était là, sous-jacente, une des motivations , secrète, de ces actions ? Si Le FRONT NATIONAL venait au pouvoir et s'il appliquait toute sa doctrine relative aux migrants et à l'islam, les islamistes croient fermement que cela pousserait les musulmans de FRANCE à se radicaliser en masse... Résultat: une déstabilisation des pays où les islamistes radicaux n'auraient jamais pu s'organiser et prendre le pouvoir.

 

Une des conséquences est aussi la perte d'un peu de liberté individuelle. On y est prêts. Mais de là à vivre dans un système totalement sécuritaire, faisant taire la liberté collective.

 

Cette barbarie est inqualifiable et injustifiable. Ce sont des innocents qui ont été massacrés, qui souffrent. Il faut montrer notre solidarité. Notre révolte ne peut cependant pas nous faire perdre la raison: la montée du racisme, les amalgames, les apriori religieux ne feront que faciliter la barbarie que nous dénonçons. Il ne faut pas que ces barbares se sentent, chez nous,en FRANCE ou ailleurs en EUROPE, «  comme des poissons dans l'eau » !

 

Certains politiciens nous invitent quand même à garder la tête froide, ne voulant pas profiter en lançant des formules à la « Y a qu'à ». Ainsi les parole de Dominique de VILLEPIN:

"Ils veulent nous diviser et pousser notre pays à la guerre civile", a-t-il argumenté. Ce n'est pas "parce qu'une bande d'assassins fanatiques vous déclare la guerre que vous tombez dans le piège de la surenchère".

 

Nous ne pouvons nous empêcher de penser aux enfants. Surtout à ceux que nous avons rencontré, en début de semaine, lors des commémorations qui leur étaient spécialement réservées à l'occasion de l'Armistice. Nous leur avons parlé de guerre, de guerre mondiale, de guerre déclenchée au départ d'événements souvent moins tragiques que ceux-ci. Comment maintenant leur parler ? Comment à l'avenir leur parler lors de ces manifestations ?

 

Il est difficile de trouver les mots pour en parler aux plus jeunes. Doit-on minimiser pour rassurer ? Dire la vérité crue ? Un autre problème est qu'ils ont été submergés, comme nous, par la masse d'informations répétitives contenant une forte charge émotionnelle.

 

Il faudra sérieusement y penser pour la prochaine commémoration leur réservée en espérant que d'ici là rien de plus grave encore ne ce soit produit.

12241369_909384572472599_5729260028994360017_n.jpg

 

Les commentaires sont fermés.