04/06/2015

Un peintre de guerre: Félix VALLOTTON.

Quelques mots sur Félix VALLOTTON.

Il n'est pas question ici de faire oeuvre de critique de peinture. Mais simplement de montrer comment la guerre a pu être représentée par un peintre déjà connu à l'époque. Célébre avant guerre par des oeuvres complètement différentes et qui, durant le conflit, a modifié sa façon de peindre pour exprimer son sentiment.

VALLOTTON, d'origine suisse,a été naturalisé français en 1900. Il a 49 ans au moment de l’éclatement de la Première Guerre mondiale. Il souhaiterait pouvoir s’enrôler, mais il est trop vieux. «Il est pourtant tout à fait patriote. On le voit sur cette toile où les couleurs qui dépassent de sa palette sont les couleurs du drapeau français.» Il va représenter la guerre, qui va le bouleverser personnellement et dans sa démarche formelle de peintre.

 

Il a 49 ans lors du déclenchement de la Première Guerre mondiale. Il se trouve à HONFLEUR. Il cherche a s'engager volontaire. Il est refusé vu son âge.

 

La guerre lui inspire en 1915 différents tableaux dont " Le Crime Chatie", "1914", ou "C'est la guerre", et ne cache pas son opinion pour une victoire française.

felixv10.jpg

Il va participer à une mission de peintres aux armées et ainsi se rendre compte de la désolation. En 1917, il visite le front qui lui inspire des paysages de guerre.

 

landscape-off-ruins-and-fires-1914.jpg

 

 

En 1917, il réalise « VERDUN ». Une vision sublimée de la guerre. Ce tableau traduit ses réflexions personnelles sur l'art au front. Il se demande comment l’artiste peut représenter la guerre, les forces, le bruit, la violence, les nuées de gaz. Il modifie sa façon de peindre: il faut abandonner l’arabesque et la courbe pour utiliser la droite. La guerre aura bouleversé sa peinture. La guerre nouvelle ne peut plus être prise en charge par le réalisme classique. Elle suscite d’autres formes de représentation

 

Par ce tableau, VALLOTTON représente un champ de bataille sous un déluge de feu et de fer dont l'espace est structuré de façon géométrique.La composition s'organise autour de faisceaux lumineux colorés se croisant au-dessus de flammes et de nuées de gaz en formant des triangles, tandis que sur la gauche s'abattent les lignes obliques de la pluie. La vision d'ensemble est celle d'un paysage de guerre où s'affrontent des forces antagonistes, la violence des intempéries et celle des hommes qui se battent.

Félix Vallotton VERDUN 1917.jpg

 

Il exprime aussi l'impact que la violence industrielle de la guerre a un impact produit sur le paysage. La forêt est saccagée, les troncs d'arbre en feu,le sol arasé et nu, la végétation disparue. On ne voit aucun soldat. Cette toile n’est pas un instantané de la bataille. 

Les commentaires sont fermés.