21/12/2014

Pourquoi le bleuet pour les Francais ?

Au coquelicot des Britanniques correspond le bleuet des Français.

Bleuets.jpg

Le coquelicot et le bleuet sont devenues les fleurs symboles de la guerre de 1914-1918. En FRANCE, l’armistice de la première guerre mondiale (11 novembre 1918), à pris cette fleur comme symbole.

 

Elle pousse très souvent dans les champs de blés. C’était autrefois une plante très commune qui s’est raréfiée de nos jours à cause des pesticides et des désherbants.

 

Dans les compositions florales le bleuet est signe de timiditédélicatesse mais aussi de fidélité. Les bleuets – comme les coquelicots – continuaient à pousser dans la terre retournée par les milliers d’obus qui labouraient quotidiennement les champs de bataille. Ces deux fleurs étaient le seul témoignage de la vie qui continuait et la seule note colorée dans la boue des tranchées.

 

La FRANCE a choisi le bleuet, présent en abondance dans l’Est de la France alors que le ROYAUME-UNI a privilégié le coquelicot, présente dans les champs de bataille des Flandres, de la Somme et de la Picardie.

 

Mais pour les Français, le mot « bleuet » a aussi une autre signification.

 

En 1915, les soldats présents au front depuis la mobilisation ont donné le surnom de « bleuets » aux jeunes recrues qui arrivaient au front, habillées du nouvel uniforme « bleu horizon » de l’armée française. Ces jeunes recrues avaient été surnommés ainsi par les poilus plus anciens qui avaient porté le désastreux pantalon « rouge garance »  en usage au tout début de la guerre. Ce surnom persistera toute la guerre parce que l’uniforme neuf aux couleurs encore fraîches qui équipait le nouvel arrivant contrastait avec la couleur de boue des uniformes des plus anciens.

 

Dans l’argot militaire, « Bleus, bleuet, bleusaille » désigne un soldat inexpérimenté. En temps de guerre, un soldat n’ayant pas encore ou peu vu le feu.

 

La popularité des « Bleuets » est telle que la propagande utilisera cette image au travers de cartes postales, affiches, chansons et poèmes:

 

« Les voici les p’tits « Bleuets »
Les Bleuets couleur des cieux
Ils vont jolis, gais et coquets,
Car ils n’ont pas froid aux yeux.
En avant partez joyeux ;
Partez, amis, au revoir !
Salut à vous, les petits « bleus »,
Petits « bleuets », vous notre espoir ! »

 

— Alphonse Bourgoin, extrait de Bleuets de France, 

Bleuet de France.jpg

 

Le « Bleuet de FRANCE » fut donc un symbole commémoratif de la Première Guerre mondiale vendu sous forme de broches que l'on portait à la boutonnière.

 

A l'origine de ce symbole on trouve deux femmes: une infirmière, Suzanne LENHARD, veuve du Capitaine Maurice LENHARD du 21ème régiment d'infanterie coloniale, et Charlotte MALLETERRE, fille du Général NIOX, Commandant de l'Hôtel des Invalides. Toutes deux furent émues par les souffrances endurées par les blessés de guerre dont elles ont la charge, A elles deux, elles organisèrent des ateliers pour confectionner des bleuets dont les pétales sont en tissu et les étamines en papier. Les recettes de ces insignes devaient permettre de dégager des fonds pour la réinsertion des invalides et blessés de guerre.

 

lenhard.jpg

Madame LENHARD

 

Cmalleterre1.jpg

 

Madame MALLETERRE

Voici les références de cette oeuvre :

Œuvre Nationale du Bleuet de France 
Hôtel National des Invalides 
75700 PARIS 
Tél. : 01 49 55 75 41 
Fax : 01 49 55 75 05 
Chargé de la promotion du Bleuet de France : Alexandre FONS
Mail : 
alexandre.fons@onacvg.fr

 

La comparaison avec le coquelicot des Britanniques s'arrête là.

 

En 1920, Louis FONTENAILLE, président des Mutilés de France, présenta dans un rapport à la Fédération Interalliée des Anciens Combattants à Bruxelles un projet destiné à rendre pérenne le Bleuet de France comme fleur symbolique des soldats français morts pour la FRANCE.

 

En 1928, Gaston DOUMERGUE, Président de la République, accorda son haut patronage au Bleuet de France. Les ventes augmentèrent alors progressivement. Elles s'étendirent à l’ensemble du pays 

 

C'est depuis 1934 seulement que furent vendus lors de la commémoration de l'armistice des fleurs de bleuet confectionnées par les anciens combattants. L'Etat français officialisa cette vente dès 1935, chaque 11 novembre afin de témoigner de la reconnaissance de la nation. Depuis 1957, le 8 mai est le deuxième jour de vente autorisée.

 

Cette organisation avait fortement décliné. Un groupe d'officiers de l'École de guerre et du Cours supérieur d'état-major (CSEM) a décidé de relancer la vente de bleuets. De nos jours, l'Office National des Anciens Combattants et Victimes de Guerre (ONACVG) a pris en charge la gestion de « l'Oeuvre Nationale du Bleuet de France ». 

 

En 1957, un second jour de collecte est créé, le 8 mai, date anniversaire de la capitulation de l’Allemagne nazie. Depuis, chaque année lors des commémorations du 8 mai et du 11 novembre, le Bleuet de France est vendu sur la voie publique par des bénévoles de L’Œuvre Nationale du Bleuet de France.

 

A la différence de la FRANCE, au ROYAUME-UNI, la vente de coquelicots en papier commence près de deux semaines avant le 11 novembre et l'adhésion publique y est sans commune mesure. A tel point que le coquelicot a même franchi les océans et est arboré chez nous.

 

Cette vente recueille beaucoup moins d'écho. 90 % des ressources de l'oeuvre proviennent essentiellement des collectes sur la voie publique le jour du 11 Novembre (environ 1,2 million d'euros pour les meilleures années). C'est très loin derrière les résultats de la Royal British Legion, qui récolte chaque année plus de 50 millions d'euros avec son Poppy.

 

A l’occasion du centenaire de la Guerre de 14-18, la Monnaie de PARIS a édité une nouvelle série dont le symbole est un Bleuet.Avec cette nouvelle série, La Monnaie de Paris soutient le « Bleuet de France » en lui reversant 1 € sur chaque vente de cette série.

écrin bleuet.jpg

L’Œuvre soutient aussi les militaires actuellement engagés sur des théâtres d’opération: par exemple le « Colis de Noël pour les soldats en OPEX ». Elle participe aussi à des actions auprès des écoles, des collèges et des lycées en participant financièrement à des déplacements permettant la découverte de lieux de mémoire.

220px-Bleuet_de_France_version_2012.JPG

En 2011, près de 32 000 bénévoles ont réuni 1 102 449 € qui ont permis de venir en aide à 18 141 personnes et d’organiser plus de cinq cents initiatives de mémoire pour les jeunes génération partout en FRANCE.

Hollande.jpg

 

 

 

 Le Président François HOLLANDE porte le bleuet à la boutonnière.

 

Les commentaires sont fermés.