04/11/2014

Un habitant d'AWANS décédé à AUVOURS, en 1918

CHAMPAGNÉ.

 

Que dire sur CHAMPAGNÉ ?

Que faisaient des soldats belges à AUVOURS ?

 

La simple lecture des victimes d'AWANS lors de la Première guerre nous apprend beaucoup. Ainsi nous apprenons que LEJEUNE Renier de HOGNOUL, soldat du 14° Régiment de Ligne, est décédé à CHAMPAGNÉ le 26 octobre 1918. Il est mort de la grippe espagnole.

 

Ce village est situé au coeur de la vallée de l'HUISNE, dans le département de la SARTHE, à 15 kilomètres du Mans. Cette commune est devenue membre de la Communauté Urbaine de LE MANS Métropole depuis le 1er janvier 2014.

 

Le camp d'AUVOURS situé sur la commune de CHAMPAGNÉ a hébergé des soldats belges pendant la Première Guerre Mondiale. Malheureusement, soixante d'entre eux sont morts de la grippe espagnole. Renier LEJEUNE est donc un de ces soixante malheureux.

 

Ce camp fut créé après la défaite de la France en 1871. Il devint, en 14-18, une base arrière des armées alliées: les soldats belges et britanniques s'y reposaient et s'y entraînaient.

On peut s'étonner que des soldats belges s'y soient retrouvés car ce camp est situé à environ 500 kilomètres du front de l'Yser. Il semble qu'on les y envoyait « pour se refaire une santé ». En fait les conditions étaient telles qu'on les y a rendus malades.

 

Pour se faire une idée des conditions de vie à AUVOURS, il suffit de regarder ces deux cartes postales. On était loin d'un camp de vacances !

Auvours.jpg

 

Auvours 2.jpg

 
 
Les hôpitaux militaires furent nombreux dans la SARTHE : Aubigné, Auvours Beaumont-sur-Sarthe, Besse-sur-Braye, Bonnetable, Bouloire, Brulon, Chantenay, La Chartre-sur-Le-Loir, Château-du-Loir, Conlie, Connerré, Ecommoy, La Ferté-Bernard, La Flèche, Fresnay-sur-Sarthe, Ivre-l’Evêque, Le Luart, Le Lude, La Luze-sur-Sarthe, Mamers, Le Mans, Marolles-les-Braults, Montabon, Montfort-le-Rotrou, Montmirail, Noyen-sur-Sarthe, Parigné-le-Polin, Pontvallain, Ruillé-sur-Loir, Sablé-sur-Sarthe, Saint-Calais, Saint-Cosme-de-Vair, Saint-Rémy-des-Monts, Saint-Symphorien, Sargé-Lès-le Mans, Sillé-le-Guillaume, Solesmes, Souligné-sous-Ballon, La Suze, Teloché-le-Rancher, Tuffé, Vaas, Vallon-sur-Gée, Verneuil-le-Chétif.

 

En fait, il s'agissait plutôt d'ambulances. Lors de la Première guerre, « ambulance » était le nom donné aux hôpitaux de campagne, qui était en fait des hôpitaux de fortune. Le mot  « ambulance » en 1914 ne signifiait donc pas le véhicule permettant de transporter des blessés mais bien  une petite formation hospitalière ambulante  comprenant  matériel, personnel et véhicules. 

 

Les Allemands utilisaient le mot « Lazaret ».

 

 

Les commentaires sont fermés.