23/10/2014

Le barbelé. Son usage est une innovation de la guerre 14-18.

Les barbelés: encore une innovation de 14-18 ?

1280x720-3BP.jpg

Les soldats français d'origine paysanne utilisaient leur mot: " fil de fer ronce ". Voici ce qu'un soldat français écrit dans une lettre en 1915:

 «La nuit en allant prendre la garde, on se fiche dans les fils de fer ronce  car on n’y voit pas à un mètre. Il faut bien être forcé pour faire cela." 

 

Toujours septembre 1915, un autre dans une lettre écrit: 

"Nous allions avancer, ... on avance dans la forêt de 50 mètres et il faut mettre des fils de fer ronce et on s’estropie bien les mains. Les Boches nous ont laissé faire, ils n’ont pas tiré sur nous. Ça vaut bien le coup pour 50 mètres ; on sera bien long-temps pour arriver à Berlin.

 

Le fil de fer barbelé était aussi appelé, à l'époque, « ronce artificielle » ou, plus simplement « barbelé ». ce n'est pas vraiment n'est pas une invention de la guerre 14-18.

 

C'est une invention américaine utilisée dans le Far West où il était employé pour empêcher la fuite du bétail. Il est utilisé dans les clôtures pour le bétail en raison de son faible coût.

 

Sur le champ de bataille, il sert à empêcher le passage de combattants adverses. Déroulé et déposé simplement sur le terrain, il freine la progression des soldats, qui peuvent même s'y emmêler. Dans ce cas, le fil est composé de lames coupantes. C'est un fil de fer fabriqué de sorte à être piquant, voire coupant, avec des pointes ou des angles disposés à intervalles réguliers. Une personne ou un animal essayant de franchir ou de passer à travers du fil de fer barbelé aura de forts risques de se blesser.

barbele.jpg

Durant la guerre de 14-18, durant la guerre des tranchées, chaque ligne de tranchée dispose de ses propres barbelés. Passer de l'autre côté des barbelés de son camp, c’est se retrouver dans une zone entre deux barbelés ( un no man's land ). C'est s'exposer à tous les fléaux être pris sous le feu de ses amis et sous le feux de ses ennemis, c'est risquer d'être fait prisonnier, c'est aussi risquer d'être accusé de désertion

Existaient aussi ce que l'on appelait des «  hérissons ». Ces " hérissons " étaient des fils de fer garnis d'épines, enroulés autour de quatre baguettes de fer reliées au milieu." Hérissons » que le soir il fallait aller jeter en avant des petits-postes.

 

Supports matériels de la guerre entre nations, les fils barbelés perdent paradoxalement au bout d’un certain temps leur appartenance nationale, pour se mêler au gré des bombardements et des ondulations de la ligne de front. Les préparations d’artillerie avant une offensive ont pour but de détruire au moins partiellement les barbelés adverses.

Cela différencie d’emblée l’usage du barbelé dans les tranchées de son rôle au Far-West, dans nos fermes ou dans les camps de concentration. Dans ces cas, il est employé pour empêcher la fuite de qui est parqué dans ce qu'il enclôt. Sa fonction sur le champ de bataille est d’empêcher le passage des soldats adverses.

Le fil barbelé, c'est aussi une façon de mourir. Voiciquelques notes prises dans des récits.

Ainsi, de Maurice PEUREY (« Et pourquoi une fourragère à l'épaule »):« C’est pendant un court moment de calme que nous pouvons apercevoir devant nous, une rangée de barbelés intacts dans lesquels nos soldats sont venus se briser. »

Et, de Daniel MORNET ( « Tranchées de VERDUN »): « Durand se débat comme un blaireau pris au collet dans les griffes d’une pelote de barbelés » .

Le barbelé n'est donc pas une invention de la guerre 14-18 mais son usage en est une innovation. Il ne sert plus à parquer les animaux mais à parquer des hommes.

Les commentaires sont fermés.