11/09/2014

Une étrange arme de guerre française: le bouclier roulant.

Un drôle d'engin de guerre français:

le bouclier d'assaut.

 

La première guerre mondiale a vu un mélange hétéroclite d'armes ou de moyens guerriers divers. L'obsolète ( charrette à chien ) marchant de pair avec le moderne ( grosse BERTHA ) et les débuts de l'aviation.

A noter que les soldats, de quelque camp qu'ils soient, étaient dépourvus de moyens de protection sérieux. Ainsi, les casques en acier n'apparurent que très tardivement. Même les fameux casques à pointe des allemands étaient complètement périmés: ils devaient servir de protection contre les attaques aux sabres !

Mais dans les inventions, on trouve aussi des trouvailles curieuses, qui feraient rire si ce n'avait été aussi tragique.

 

commémoration 14-18,combattants,tranchées

Ainsi, ce fameux engin qui est connu sous plusieurs noms: bouclier WALTER, brouette blindée, bouclier d'assaut, bouclier roulant, bouclier BENAZET-LEBLANC...

En réalité, c'était la réapparition d'une invention du 19° siècle. Il s'agit d'une brouette blindée !

Ce fut aux Lyonnais que revint l'immense privilège de la tester au Fort de Sainte-Foy (à Sainte-Foy-les-Lyon, en octobre 1873, cette arme de guerre « épouvantable » élaborée par de hauts esprits de l'Etat-Major. Un article de presse avait paru à ce sujet dans le journal « Le Progrès de Lyon ».

Mais revenons en 14-18 et, plus précisément, à la période où s'est installée la « guerre des tranchées ». dans l'esprit de l'Etat-major, on ne pouvait pas se résigner à rester éternellement sur les mêmes positions, il fallait partir à l'assaut des tranchées adverses. L’attaque de la tranchée ennemie engendrait de nombreuses pertes puisque les soldats devaient s’élancer à découvert pour conquérir la position adverse. Pour cela, ils devaient parcourir des dizaines de mètres sans protection, sous le feu de l'ennemi. Ils pouvaient aussi être stoppés par des obstacles imprévus tels que les barbelés. La guerre de 14-18 fit, en effet, du barbelé un instrument décisif. Obstacle sommaire au départ il se transforma par la suite en un réseau sans cesse renforcé. Lors des attaques, on avait la vision horrible de cadavres accrochés au pointes d'acier. C‘est pourquoi, l’Etat Major décida de mettre en place un système permettant de résoudre ces inconvénients: le bouclier roulant.

 

commémoration 14-18,combattants,tranchées

 

Ces pare-balles sur roue firent leur apparition dès la première année de guerre. Le 59ème RI avait déjà ces engins le 25 Décembre 1914 dans l’Artois.

Nous pouvons lire dans « Carnets d'un fantassin » rédigés parCharles DELVERT, en formation à CHÂLONS, le 4 août 1916:

" On a expérimenté le bouclier WALTER. C'est une sorte de caisse d'acier qui couvre le dos, la tête et les côtes, carapace sous laquelle on s'introduit, et qu'en marchant sur les genoux on peut rouler jusqu'à proximité de l'ennemi sans craindre les balles.

 
WALTER est un ingénieur capitaine de réserve dans un bataillon de chasseurs ( 21ème BCP ). C'est un homme d'une trentaine d'années, long, fort maigre, doté d'une grande barbe blonde. Il porte l'uniforme sombre galonné d'argent des chasseurs. Il nous présente son bouclier de façon claire et fort simple.

 
A cette expérience assistent le général GOURAUD et une affluence de généraux du 9e, du 4e et du 18e corps. La séance s'est terminée par un discours du général GOURAUD


Dans nos offensives, notamment en septembre dernier en Champagne, nous avonst oujours été arrêtés par les fils de fer barbelés, soit que notre artillerie n'ait pas frappé pour les démolir, soit que - placés à contre-pente- elle n'ait pu même les atteindre


Le bouclier WALTER nous donne la solution du problème. Combien avez-vous fait de brèches dans la Somme ? Je vous ai dit cinquante, mon Général, pour rester au -dessous de la vérité. 
Cinquante brèches! Et il y a eu un tué et quatre blessés. Encore l'homme tué l'a-t-il été par un coup de fusil parti de chez nous. C'est un de ces accidents impossibles.»
le

 

commémoration 14-18,combattants,tranchées

Dans le manuel du chef de section, on peut lire la description suivante:

« Petit abri blindé monté sur 2 roues,pouvant être dirigé de l'intérieur par un homme  a genou,qui peut ainsi s'approcher a l'abri d'un réseau ou une tranchée ennemie, et tirer ou observer par deux créneaux a opercules mobiles.

 
On peut y adjoindre un treuil qui permet a l'homme de recevoir des explosifs de la tranchée de départ et peut l'aider a revenir en arrière . les plaques  protégeant la tête  et la poitrine sont a l'abri de la balle K (perforante) ,le reste (roues,volets,joues,toit ) a l'abri de la balle S même retournée, et de la balle K sous une incidence inférieure a 50 mètres. »

 

Emploi 
Les boucliers sont employés :


*pour reconnaître l’état des positions ennemies ;


*
pour compléter par l’explosion de charges allongées la destruction par l’artillerie des réseaux de défenses accessoires ;

*pour apporter des charges contre des obstacles déterminés

*pour opérer la destruction des réseaux de défenses accessoires qui ont arrêté l’élan de l’infanterie.

 

En fait, ce furent des cercueils blindés. Ils ne mettaient pas l'homme emprisonné à l'intérieur à l'abri des tirs d'artillerie.


 

commémoration 14-18,combattants,tranchées

Les commentaires sont fermés.