31/08/2014

1914: La fin d'une Belle Epoque.

 

AOÛT 1914:

La fin des autocraties .

 La fin d'une "Belle Epoque "

 

DSCI3319.JPG

 

Il faut faire attention aux interprétations d'après-guerre. On assiste parfois, non pas à une réécriture de l'histoire, mais bien à une réécriture des motivations.

Ainsi, on interprète souvent l'entrée en guerre de la FRANCE et de la GRANDE-BRETAGNE, et plus tard des ETATS-UNIS, comme une volonté conjointe des grandes démocraties de mettre à bas  les Empires autocratiques d'ALLEMAGNE et d'AUTRICHE-HONGRIE. 

Cette question n'était nullement au coeur des motivations des alliés. Si cela avait été le cas, pourquoi les ETATS-UNIS auraient-ils attendu 1917 pour débarquer...et 1918 pour réellement participer aux combats ?

Faut-il aussi rappeler, s'il ne faut pas nier la puissance du Kaizer et de l'appareil militaro-industriel allemand, que cet Empire avait un parlement, que la Social-Démocratie était un authentique contre-pouvoir, que l'appareil syndical était puissant, la législation social très évoluée... L'ALLEMAGNE était un Empire autoritaire mais non autocratique. L'Empire Allemand était considéré comme le pays de la science. Il collectionnait, avant guerre, la majorité des prix Nobel scientifiques. En 1914, le contre-pouvoir du mouvement ouvrier allemand était plus fort que dans tous les autres pays européens. En Allemagne existait déjà depuis 1884 une assurance contre les accidents du travail, un système de pensions, une assurance-maladie depuis 1889, une assurance-invalidité. Certains expliquent ainsi que les sociaux-démocrates aient voté les crédits de guerre en août 1914: ils auraient voulu sauver le progrès social allemand qu'ils considéraient comme leur progrès social.

Comment expliquer l'étroite alliance entre la FRANCE et l'EMPIRE RUSSE. Pour la RUSSIE, la Douma était fantomatique et impuissante. La RUSSIE était l'exemple typique d'un Empire autocratique. Pourtant l'union étroite avec celle-ci a fait croire au Tsar que tout lui était permis.

En GRANDE-BRETAGNE même, ni les ouvriers ni les femmes n'avaient le droit de vote. En FRANCE, existait le suffrage universel masculin qui excluait certaines catégories comme les militaires. En BELGIQUE, c'était le suffrage universel masculin tempéré par le vote plural, certains électeurs disposant de plusieurs voix.

Certes, le résultat de la guerre fut le renversement des trois empires, autoritaires pour l'ALLEMAGNE et l'AUTRICHE-HONGRIE, et autocratique pour la RUSSIE mais là n'était pas l'objectif premier.

Parlons de la "Belle Epoque". Autre réécriture.

La " Belle époque " est en fait une illusion rétrospective. Cette époque ne fut pas belle pour tout le monde. La protection sociale, quand elle existait était faible. Curieusement, c'est en ALLEMAGNE qu'elle était la meilleure. En RUSSIE, elle était nulle. 

L'expression est apparue après la guerre. La "Belle Epoque ", c'était la période d'avant la tuerie, la période des années de vie par opposition avec les années de mort.

D'autre part, partout, les années qui suivirent la guerre furent des années difficiles. La guerre de 14-18 ne fut pas seulement le conflit le plus meurtrier connu jusque là, ce fut une grande crise économique. A l'été 1914, l'EUROPE était en pleine euphorie économique; l'EUROPE, via ses Empires coloniaux dominait le monde. Après la guerre, le continent plongea dans une profonde récession. La production industrielle a baissé  partout. Les déficits publics ont sombré dans le rouge et pour longtemps. En règle générale, on a connu une période d'inflation, surtout en ALLEMAGNE. L'épargne s'est effondrée. Le chômage devient chronique dans l'ensemble des pays développés à économie libérale.

La guerre ne fut bonne, sur le plan économique, que pour les ETATS-UNIS et pour les pays qui étaient resté neutres.

 

 

marks 1918.jpg

 

Les commentaires sont fermés.