23/05/2014

CONSEQUENCES TERRITORIALES DE LA GUERRE 14-18 POUR L'EUROPE.

CONSEQUENCES POUR L'EUROPE: L'EUROPE S'EST AFFAIBLIE ET A ETE PROFONDEMENT REMODELEE.

 

L'ALLEMAGNE est un empire et est bien plus étendue vers l'est surtout, mais aussi en ayant annexé l'Alsace-Lorraine.

 

 

220px-Deutsches_Reich1-fr_svg.png

 

L'AUTRICHE et la HONGRIE forment, ensemble, un seul et unique état: l'Empire austro-hongrois. À l'est, la POLOGNE n'a pas d'existence. La RUSSIE est un empire dirigé par les tsars. La TURQUIE est l'Empire Ottoman.

 

775px-Austria_Hungary_ethnic_svg.png

 

Voyons la carte de cet Empire en 1914. C'est une construction baroque, sortie du moyen-âge, qui compte dix-sept « provinces », en fait des royautés, duchés... vassaux soit de l'Autriche, soit de la Hongrie et huit nationalités ! Il y a la Cisleithanie, autour de l'Autriche mais qui s'étend en une sorte de couronne autour de la Hongrie. Les autres, autour de la Hongrie, forment la Transleithanie En plus, en Hongrie, il y a de fortes minorités roumaines et slaves.

 

La Russie est aussi un empire, autocratique, plus étendu vers l'ouest., vers la Pologne, l'Ukraine, la Finlande. L'URSS devra se retirer de la Pologne et de la Finlande.

 

F02c_Expansion_Empire_russe_1533-1914_2.jpg

 

 

 

 

 

La France dispute à l'Allemagne l'Alsace-Lorraine et l'Italie dispute trois territoires à son allié l'Autriche-Hongrie. L'Autriche-Hongrie a la main-mise sur un grand nombre de peuples slaves dont l'Empire russe estime être le protecteur naturel.

Des alliances divisent l'Europe: la Triple Entente entre Royaume-Uni, France et Russie ; la Triple Alliance entre Allemagne, Autriche-Hongrie et Italie. L'Italie resta neutre en 1914 puis rejoignit les Alliés en 1915.

La guerre de 14-18 aura pour résultat de bouleverser tout. Mais, c'est surtout l'Autriche-Hongrie qui en fera les frais. Ce sera sa disparition pure et simple.

La Première Guerre Mondiale a eu beaucoup de conséquences territoriales, par le Traité de Versailles en 1919.Traité très dur pour l'Allemagne et l'Autriche:

  • la France récupère l'Alsace-Lorraine, perdue en 1871.

  • la Belgique reçoit les cantons d'Eupen, Malmedy et Saint-Vith.

  • l'Allemagne devient une république et perd, en plus, toute sa partie orientale. Elle est en partie occupée et doit payer d'énormes indemnités de guerre.

  • l'Empire austro-hongrois est éclaté: l'Autriche et la Hongrie sont séparés; les autres parties de son territoire constitueront la base de nouveaux États ( souvent tout aussi artificiels ): la Tchécoslovaquie, la Yougoslavie et la Pologne (pour celle-ci, avec des territoires enlevés à l'Allemagne et à la Russie). La Hongrie sera fortement rétrécie.

  • l'Empire russe devient l'URSS, mais a perdu des territoires à l'ouest.

  • En juin 1919, les vainqueurs sauf les États-Unis créent la Société des Nations (SDN). C'est une organisation internationale permanente dont la mission est de régler pacifiquement les conflits entre pays. Son siège est à Genève. Ce sera en réalité un échec.

  • L'Europe a contracté des dettes énormes à l'égard des Etats-Unis

  • La carte de l'Europe connaîtra d'autres remodelages, à la fin des années 30 ( annexions réalisées par l'Allemagne nazie ), après 1945 ( Traité de Yalta), dans les années 90 ( scission de la Tchécoslovaquie, éclatement de la Yougoslavie, éclatement de l'URSS ).

--------------------------------------------------------------------

 

Conséquences pour la Belgique : L'annexion des cantons de l'Est.

Contrairement à l'Alsace et à la Lorraine pour la France, on peut difficilement dire que ces cantons ont été « rendus » à la Belgique puisqu'ils n'en avaient jamais fait partie. Malmedy avait fait partie du département de l'Ourte sous période française et, auparavant, de la Principauté de Stavelot-Malmedy.

Au départ, les « trois » cantons n'étaient que deux ! Leur cas était d'ailleurs assez disparate: le canton de Malmedy comprenait aussi les communes germanophones du futur canton de Saint-Vith. Début des années 1920, ces communes germanophones furent retirées pour constituer le canton de Saint-Vith. Sur le plan linguistique, le nouveau canton de Malmedy était majoritairement francophone; dans le canton de Saint-Vith, la langue courante était proche du dialecte luxembourgeois ; dans le canton d'Eupen, il était plus proche de l'Allemand bien que dans certaines communes, le patois était proche du patois limbourgeois.

 

 

Malmedy.jpg

 

De 1921 à 1925, l'imposante église abbatiale de Malmedy devient le siège d'un éphémère diocèse d'Eupen-Malmedy, ce qui justifie son titre de "cathédrale" qu'elle conserve depuis.

Après le passage à la Belgique, une polémique opposa l'évêque de Cologne dont dépendaient Eupen et Malmedy au pape. L'évêque de Cologne protestait contre la perte de ces territoires pour son diocèse.

Pour résoudre la question, on créa le « Diocèse de Malmedy-Eupen-Saint-Vith », avec son siège à Malmedy. Diocèse confié à l'évêque de Liège. Cet évêché fut absorbé par celui de Liège en 1925.

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

La Belgique obtint l’annexion des cantons de l’Est à condition qu’il y ait une « consultation populaire ». En fait, la consultation fut assez curieuse. Ce ne fut nullement un référendum. Cette « consultation » fut organisée du 26 janvier au 23 juillet 1920, comme simple possibilité de protestation contre la décision des Alliés.

Seuls 271 électeurs sur 33726 protestèrent en signant dans un registre ouvert à Eupen et à Malmedy. En septembre 1920, la Société des Nations (SDN) ratifia ce résultat malgré les protestations allemandes.

Dès septembre 1919, la Belgique avait établi un régime provisoire pour « faciliter l’intégration des frères retrouvés ». Le gouverneur Herman Baltia, ancien militaire colonial, prit ses fonctions le 10 janvier 1920 et exerça son pouvoir absolu jusqu’en mars 1925. Durant cette période, la presse locale fut censurée et les habitants n’avaient pas le droit de vote aux législatives.

À l'époque on ne les appelait pas encore « cantons de l'Est », ni « cantons rédimés », expression péjorative puisque « rédimer » signifie « racheter les pécheurs». Suite aux protestations des mandataires locaux cette appellation a été gommée du vocabulaire politique officiel belge.

Ces cantons furent intégrés en 1925. Le territoire neutre de Moresnet, qui jouissait d'un statut d'indivision original, ne fut pas concerné par cette phase transitoire mais intégré à la Belgique dès janvier 1920. Il y eut de nouvelles contestations en 1925. Sous la pression française, on n'en tint pas compte car la France craignait une identique remise en cause pour l'Alsace-Lorrraine.

18:55 Écrit par P.B. dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.