30/11/2011

TEMOIN ENGAGE ET PARFOIS CONTROVERSE: JULES ROMAINS.

TEMOIN ENGAGE ET PARFOIS CONTROVERSE: JULES ROMAINS.

Jules ROMAINS 

 

Jules Romains.jpg

( Louis Farigoule )

Né le 26 août 1885 à Saint-Julien-Chapteuil, Haute-Loire

et décédé le 14 août 1972 à Paris.

Poète et écrivain français, membre de l'Académie Française.

---------------

« Je n'en connais pas que la jouissance qu'ils auraient à étripailler un homme d'en face aiderait à sortir de la tranchée au moment de l'assaut. »

-------------------------

 

« Les Hommes de bonne volonté », parus de 1932 à 1946, constitue son œuvre majeure. Ouvrage en vingt-sept volumes, couvrant les années de 1908 à 1933, période secouée par la guerre de 1914 /1918 et par les bouleversements sociaux qui l’ont précédée et suivie. Une multitude de personnages, issus de toutes les classes sociales, de “bonnes” comme de“mauvaises” volontés sont décrits, recréés avec un souffle étonnant.

 

Il s'agit réellement d'un témoignage historique important.

 

----------------------------

 

Fils d’instituteurs, Louis FARIGOULE fut élevé dans le respect de l’idéal laïque et rationaliste de la IIIe République. Jules ROMAINS, son pseudonyme, est devenu son nom légal par décret.

C'est un enfant de la Haute-Loire, mais il grandit à PARIS, dans le quartier de MONTMARTRE.

Après des études secondaires au lycée CONDORCET, il fut reçu à l’École Normale Supérieure en 1906. Agrégé de philosophie en 1909, il devient enseignant et publie son premier recueil de poèmes en 1904 (« L’Âme des hommes »). Il n'a, alors, que 18 ans.

Il fut mobilisé en 1914 dans le service auxiliaire. Certains lui dénieront le titre de « Combattant ».

----------------------------------

Il est à l'origine du concept « d'unanimisme », dont il fut le principal représentant, Selon « l’unanimisme », la somme des âmes individuelles crée une âme collective régissant un groupe social, affirmant ainsi un lien quasi-mystique entre les êtres, et entre les êtres et la nature. Cette théorie nourrit son recueil de poèmes, La Vie unanime (1908). Elle trouvera son expression dans la somme que constituent « Les Hommes de bonne volonté », vingt-sept volumes publiés entre 1932 et 1946, vaste fresque dans laquelle, à travers le récit de destins croisés, Jules Romains brosse un tableau de l’évolution de la société entre 1908 et 1933. 

Il expose cette théorie en 1909, dans « Le premier livre de prières », (1910) dans « Le manuel de déification », dans ses romans « Mort de quelqu'un » (1911) et « Les copains » (1913).

C’est au cours d’une promenade qu’il faisait, avec un condisciple, Rue d’Amsterdam, un soir d’octobre 1903 qu'il eut l’intuition que la foule dans la rue n’était pas composée seulement d’une collection d’individus mais formait un seul corps, un être vivant, avec des émotions, voire des pensées communes.

                                         ------------------------------------------------------------

La guerre de 1914-1918 se trouve au centre des « Hommes de bonne volonté » : 27 volumes couvrant 25 années du 6 Octobre 1908 au 7 Octobre 1933.

Jules Romains a retenu VERDUN comme point culminant de la guerre dans les volumes publiés en 1938 : « Prélude à VERDUN » et « VERDUN ».Les faits décrits vont de l'automne 1915 à avril 1916. Cela ne peut remplacer les récits des Combattants lorsqu'ils parlent de ce qu'ils ont vraiment vécu. Mais, scrupuleux dans la recherche de la vérité, J. Romains apporte aux soldats de Verdun le témoignage de la solidarité de l'intelligence. Il peint la guerre en historien soucieux d'établir la vérité des faits et en romancier unanimiste attaché à montrer comment la guerre et particulièrement la Bataille de VERDUN ont été vécues au front, dans les Etats-Majors et à l'arrière. Il souligne constamment la déformation de 1'image de la Bataille au fil des transmissions et la difficulté du témoignage pour les participants même les plus appliqués à cerner la vérité.
A l’issue de la Première Guerre mondiale, il renonce à sa carrière dans l’enseignement pour se consacrer exclusivement à la littérature. 
Dès après la Grande Guerre, ce fut d’abord au théâtre que Jules ROMAINS acquit sa notoriété, notamment avec « Knock ou le Triomphe de la médecine ».
À la fin des années 1920, Jules ROMAINS était avec PIRANDELLO et G. B.SHAW l’un des trois dramaturges de son temps les plus joués dans le monde. 

Dans « Knock », il ne s'attaque pas à la profession médicale ni au progrès scientifique comme on l'en a accusé. Il montre comment certains peuvent manipuler l'âme collective d'une population. 

Dans l'entre-deux-guerres, Jules ROMAINS mena une grande activité politique. Mais celle-ci fut erratique. Il entama des actions simultanées et parfois contradictoires. Il fut proche du parti radical-socialiste et de son dirigeant, Édouard DALADIER. Il soutint le Front populaire.

Entre 1935 et 1939, on le retrouve curieusement engagé dans des activités très divergentes. Certains de ces engagements sont incompréhensibles et lui furent reprochés.

Ainsi, on le retrouve, à la fois au « Comité France-Allemagne »  où il côtoie Otto ABETZ et  Fernand de BRINON   ( exécuté après la guerre ). Ses efforts en faveur du rapprochement franco-allemand lui valurent d'être reçu par les personnalités nazies. Il rompra en 1939.

En même temps, il est à la « Ligue Internationale des Combattants de la Paix »,organisme où militent des anarchistes, des dissidents communistes, des socialistes d'extrême-gauche.

Au même moment, il est membre, et il dirige un certain temps, la section française du« Pen Club », attachée à défendre la libre circulation des homme, des idées et des échanges culturels internationaux et à s'opposer à toute violation de la liberté d'expression.

                                                            -----------------------------------------------------


 

C'est sans doute pourquoi Léon TROTSKY dit de lui :

 

« Pas de doute que la tête a tourné à cet écrivain de talent. Il comprend beaucoup de choses en politique, mais plutôt visuellement, donc superficiellement. Les profonds ressorts sociaux des phénomènes lui demeurent cachés. Dans le domaine de la psychologie individuelle il est remarquable, encore que sans profondeur. Ce qui lui manque comme écrivain (et d'autant plus comme politique) c'est visiblement le caractère. Il est spectateur, non participant. Et seul le participant peut être profond comme spectateur. »

 


En revanche, Hanna ARENDT, intellectuelle juive, elle aussi réfugiée aux USA, lui écrit :

« Nous nous sommes souvent entretenus du fait que votre exemple représentait un signe réjouissant pour la vie intellectuelle française... »

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Président du « Pen club international » , il dut s’exiler pendant la Seconde Guerre mondiale aux États-Unis et au Mexique. 

En 1945, poussé par le général de Gaulle et encouragé par Georges DUHAMEL, Jules ROMAINS posa sa candidature à l'Académie Française. Il fut élu le 4 avril 1946,à la place d’Abel BONNARD, destitué suite à sa condamnation en 1945 pour collaboration avec l’ennemi.

Son orientation politique sera un certain conservatisme, qui s’exprima dans ses articles au journal « L’Aurore » de 1953 à 1971. Partisan de l’Algérie française, il mena le cartel des non contre de Gaulle au référendum de 1962. 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

BIBLIOGRAPHIE:

 

L'Âme des Hommes, poésie (1904)

 

La Vie unanime, poésie (1913)

 

Premier livre de prières, ( 1909)

 

Un être en marche, poésie (1910)

 

Mort de quelqu'unroman (1911)

 

Puissances de Paris, récit (1911)

 

Odes et prières, poésie (1913 et 1923)

 

Les Copains, roman (1913)

 

Sur les quais de la Villette, roman (1914)

 

Europe, poésie (1916)

 

Les quatre saisons, poésie (1917)

 

La Vision extra-rétinienne et le sens paroptique, traité (1920)

Knock ou le triomphe de la médecine, théâtre (1923)

Monsieur Le Trouhadec saisi par la débauche, théâtre (1923)

Psyché (Lucienne ; Le Dieu des corps ; Quand le navire...), trilogie romanesque (1922-1929)

Le couple France Allemagne (1934)

 

                                              Les Hommes de bonne volonté, 28 volumes (1932-1946)

---------------------------------------------------------------------------------------------

Deux citations de JULES ROMAINS:

« Une démocratie, c’est d’abord ça : une façon de vivre où les gens osent se communiquer les choses importantes, toutes les choses importantes, où ils se sentent le droit de parler comme des adultes, et non comme des enfants dissimulés... »

 


 

"D'une façon générale, on oublie trop que les produits de l'industrie capitaliste qui parfois semblent énormes, reposent sur des pointes d'épingles. "

14:58 Écrit par P.B. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.