07/07/2011

TRAZEGNIES: MONNAIE DE NECESSITE ET NON MONNAIE DE GUERRE.

Le bon de 50 centimes émis à TRAZEGNIES, dont il a été question dans le précédent article est appelé par les numismates « Monnaie de nécessité ». Ce type de « monnaie » était utilisé lors des conflits, donc en période de guerre. Elles furent éditées pour pallier au manque de numéraire afin de faciliter les transactions courantes.

 

A ces occasions, notamment lors de la Première Guerre mondiale, la circulation monétaire était très difficile. A cet époque, dans les classes populaires, on fonctionnait essentiellement, avec de la monnaie métallique. Celles-ci ne tardèrent pas à manquer, conservées par l'Etat ou stockées par des particuliers. Pour faire face à cette disparition qui menaçait de paralyser les échanges quotidiens, des monnaies, dites de nécessité, furent émises surtout par des Administrations locales ou des chambres de commerce. De faibles valeurs faciales, ces titres présentent une grande diversité de types et sont fabriqués dans des matériaux variés : aluminium, laiton, fer ou même carton, comme c'est le cas de celle de TRAZEGNIES qui nous occupe.

 

La valeur de ces « monnaies » n’était pas toujours exprimé en francs belges, mais quelquefois sous forme de bons d’alimentation ou de marchandises. Ces titres n’avaient cours que sur le territoire de la commune d’émission.Pour faire face aux difficultés de la circulation, plus de 800 communes décidérent d'émettre ces « monnaies de nécessité ».

 

Ces monnaies ont donc fleuri durant la guerre de 1914. Mais on en trouve à toutes les époques. Ce fut notamment le cas lorsque certaines villes étaient assiégées. Durant ces moment, elles ne pouvaient pas été alimentées en monnaie réelle par l'extérieur. C'est pourquoi, elles sont alors appelées « monnaies obsidionales » ( = monnaie de siège  ). Ce fut notamment le cas pendant le siège d'ANVERS sous NAPOLEON I.

 

biljet5.jpg

billet220a.jpg

elbf.gif

Les Archives officielles (communales ou de l'Etat) n’en possédant souvent aucun exemplaire ou, alors, de très rares. On a souvent préféré en perdre le souvenir en raison de la période pénible qui leur est attachée...et, quelquefois aussi, en raison d'abus que l'on a connus.

 

Celles qui nous concernent ( TRAZEGNIES ) se rattachent à la Guerre de 1914/1918. Elles furent signées par Rodolphe DELVAL qui était bourgmestre de TRAZEGNIES de puis 1908. Une rue lui a été consacrée dans la localité, la rue commerçante.

 

Quant à cette « Coopérative Communale », je n'ai pas obtenu, à ce jour, plus de renseignements.

TRAZEGNIES.jpg

 

 

 

19:19 Écrit par P.B. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.