09/10/2010

L'EPURATION APRES LA LIBERATION: QUELQUES CHIFFRES.

Au moment où l'on reparle d'amnistie, il est bon de rappeler quelques chiffres concernant l'épuration. Ce n'est pas inutile car c'est peu connu et cela va à l'encontre de l'idée que l'on tend de répandre selon laquelle l'épauration aurait été trop sévère.

S'il est bien exact que, après guerre, jusqu'en 1949, 405067 personnes furent inculpées pour faits de collaboration, les suites judiciaires réelles sont tout-à-fait différentes.

En effet,  71% de ces dossiers furent purement et simplement classées sans suite, donc sans comparution devant un tribunal ( 288101 inculpations ).  15% comparurent devant un tribunal mais furent quittes pour un non-lieu. Seuls 14% de ces inculpations  ( 57254 )donnèrent donc lieu à poursuites pénales.

Sur ces 57254, 53005 furent effectivement condamnés dont 2340 à perpétuité et 2940 à mort. parmi les condamnés à mort, 242 furent exécutés. 

Dans le cadre de l'épuration, 43093 belges perdirent leurs droits civils et politiques pendant une certaine période.

La plupart des condamnations les plus sévères le furent par contumace parce que les accusés s'étaient réfugiés à l'étranger ( cas de DEGRELLE en ESPAGNE ).  Cela concerne quand même 1744 condamnés sur 5280 ( 1693 condamnés à mort et 501 à perpétuité ).

14:23 Écrit par P.B. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.