06/05/2010

FNC " AWANS-BIERSET " : DECES DE Julien BRAND, Allocution proncée par Pierre BEAUJEAN.

Brand

ALLOCUTION PRONONCEE LORS DES FUNERAILLES DE JULIEN BRAND.

( Pierre BEAUJEAN, Secrétaire-Trésorier )


Nous avons perdu notre dévoué Président et un grand défenseur de la mémoire.

Il y a parfois des coïncidences troublantes. Dans quelques jours, nous célébrerons le 65° anniversaire de la fin de la guerre et de la libération des camps. La maladie a voulu que Julien ne voit pas ce 65° anniversaire.

Julien BRAND a combattu durant la campagne des 18 jours. Durant cette période de combats intenses, il fut pris dans les fracas des bombardements. C'est ainsi que depuis cette époque, il souffrait d'un problème d'audition qui l'a fortement gêné pour le restant de sa vie. Le chaos qui régnait à ce moment et le fait qu'il fut ensuite prisonnier en ALLEMAGNE durant cinq ans ont fait qu'il ne put être soigné correctement. Ces évènements l'avaient profondément marqué et c'est toujours avec beaucoup d'émotion qu'il faisait état de ses souvenirs. Je me souviens qu'il me disait souvent que c'était par miracle qu'il était toujours en vie. Mais je ne l'ai jamais entendu prononcer une parole de haine !

Je n'ai côtoyé Julien BRAND que durant ces sept dernières années. En tant que Président de la section, il a toujours eu à l'esprit de préserver la neutralité et l'indépendance de celle-ci. C'était un Président honnête et consciencieux. Son plus grand souci était que l'on maintienne le devoir de mémoire, que l'on continue, malgré le fait que les rangs s'éclaircissaient, à organiser dignement les manifestations patriotiques. Il prenait aussi un grand plaisir à voir les délégations des écoles rendre hommages à nos monuments.

C'est ainsi que, aussi longtemps qu'il a pu, il a participé aux cérémonies du huit mai et du onze novembre organisées par la section. Mais il était aussi un participant assidu aux manifestations auxquelles nous étions invités. Je citerai, entre autres, toutes les manifestations qui se déroulaient à la Base de BIERSET, à la célébration de la Fête Nationale, à la commémoration, chaque 15 août, de l'explosion du Fort de LONCIN. Lors de chaque décès d'un combattant, il avait à coeur de rendre visite à la veuve, dans les jours qui suivaient. Je l'accompagnais.

Merci, Julien, pour ton patriotisme et pour ton esprit de rassemblement et de paix.

Pierre BEAUJEAN

 

15:46 Écrit par P.B. dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.