14/06/2009

L'OCCIDENT ET LES PAYS DU SUD: LE RENDEZ-VOUS MANQUE.

L'OCCIDENT ET LES PAYS DU SUD:

LE RENDEZ-VOUS MANQUE.

Vous trouverez ci-après un extrait du livre de AMIN MAALOUF «  LE DEREGLEMENT DU MONDE ».

Il s'agit d'une analyse toute en finesse.

 

« Souvent l'on entend dire que, dans les pays du Sud, l'Occident s'est aliéné '' même '' les élites les plus modernistes. Une formulation si incomplète qu'elle en devient trompeuse. Il faudrait plutôt dire , me semble-t-il que l'Occident s'est '' surtout '' aliéné les élites modernistes, tandis qu'avec les forces rétrogrades, il a constamment trouvé des accommodements, des terrains d'entente, des convergences d'intérêt.

Son drame, aujourd'hui comme hier, et depuis des siècles, c'est qu'il a constamment été partagé entre son désir de civiliser le monde, et sa volonté de le dominer - deux exigences inconciliables. Partout il a énoncé les principes les plus nobles, mais il s'est soigneusement abstenu de les appliquer dans les territoires conquis.

Ce n'était pas là une banale inadéquation entre les principes politiques et leur mise en application sur le terrain, c'était un abandon systématique des idéaux proclamés, ce qui a eu pour résultat de susciter une méfiance tenace chez les élites asiatiques, africaines, arabes ou latino-américaines, et même très précisément chez les éléments qui croyaient le plus aux valeurs de l'Occident, qui avaient adopté les principes d'égalité devant la loi, et de liberté de parole ou d'association. Ce sont ces élites modernistes qui formulaient les revendications les plus audacieuses, se retrouvant immanquablement en proie à la déception et au ressentiment tandis que les éléments traditionalistes s'accommodaient mieux de l'ordre colonial.

Ce rendez-vous manqué se révèle aujourd'hui des plus coûteux. Coûteux pour l'Occident, parce qu'il se trouve privé de ses relais naturels vers les pays du Sud; coûteux pour pour les peuples d'Orient, parce qu'ils se trouvent privés de leurs franges modernisatrices, qui auraient pu bâtir des sociétés de liberté et de démocratie; et coûteux plus que tout pour ces franges elles-mêmes, pour ces peuples frontaliers, pour ces nations hybrides, pour tous ceux qui, dans les pays du Sud, portaient les stigmates de l'Occident, et aussi pour ceux qui, émigrés vers le Nord, portent les stigmates du Sud. Ceux-là mêmes qui, en des temps meilleurs, auraient pu jouer à merveille leur rôle de passeurs, et qui sont à présent les premières victimes. »

19:31 Écrit par P.B. dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.