13/05/2009

AWANS, le huit mai 2009: DISCOURS DU BOURGMESTRE, André VRANCKEN.

Bonjour à tous et surtout à vous les enfants.

Aujourd'hui est un jour particulier. Quelqu'un peut-il me dire ce que l'on fête ?

Aujourd'hui, c'est le huit mai, on commémore la fin de la seconde guerre mondiale.

C'est le jour où les allemends ont capitulé et ont signé la fin de la guerre.

Cette année, nous fêtons donc les 65 ans.

C'est une date qui doit rester très importante, vous savez pourquoi ?

Parce qu'il est capital de se souvenir de ce qui s'est passé.

Le huit mai, c'est la fin de la guerre, une guerre qui a duré cinq ans et qui a fait des millions de morts dont de  nombreux enfants.

Les ennemis, les nazis avaient décidé que certains devaient vivre, d'autres pas, uniquement sur base de leur origine, de leur religion ou de leurs idées.

Pendant ces années de guerre, tout le monde a perdu des gens qu'il aimait, leurs parents, un frère, une soeur, un ami!

Alors, aujourd'hui, ce huit mai 2009, nous sommes tous rassemblés pour ne pas oublier que des gens ont souffert et se sont battus pour que la guerre se termine. Aucune faute, aucun crime ne doit être oublié.

Il y a, ici, des anciens soldats qui font partie de ces gens qui se sont battus pour eux-mêmes mais aussi pour nous.

Si aujourd'hui, nous vivons dans un pays libre et que nous pouvons exprimer nos opinions c'est grâce à eux et il faut les en remercier.

Nous avons chacun une responsabilité face à l'avenir: il faut faire très attention à ce que ces idéaux nazis ne reprennent jamais le dessus.

Plus on s'éloigne et plus la mémoire est compliquée à pérenniser.

Et c'est là un travail de tous les jours !


16:05 Écrit par P.B. dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.