20/03/2009

OEUVRE DES POSTIERS LIEGEOIS, le 21.03.2009: Discours du Président, Pierre BEAUJEAN.

DISCOURS PRONONCE LE 21 MARS 2009.

 

Chers membres , chers amis et anciens collègues,



C'est avec plaisir que je vous accueille à cette assemblée générale annuelle.

L'Oeuvre des Postiers Liègeois compte plus de 60 ans d'existence. C'est-à-dire qu'elle pourrait largement porter le titre de «  Société Royale ». Elle fut créée au lendemain de la seconde guerre mondiale. On peut donc ainsi aisément résumer son but, ses buts.

Après la période de privations et de malheurs subis, surtout dans les régions citadines, il s'indiquait de créer une association poursuivant un double but: assurer le souvenir des collègues qui avaient perdu la vie au cours des années écoulées, c'est ce qu'on appelle maintenant le « Devoir de Mémoire » et venir en aide à ceux qui éprouvaient des difficultés.

L'Oeuvre s 'est immédiatement chargée de faire réaliser la stèle commémorative qui a trôné près de 60 ans dans le péristyle de LIEGE 1 et maintenant transférée au Château de PERALTA.

A l'exception des quelques années pendant lesquelles la stèle reposait dans les réserves de la Ville de LIEGE, une cérémonie d'hommage a été organisée. Ce sont deux chose assez rares. De nombreuses entreprises de la région ont aussi édifié des stèles ou des monuments commémoratifs: la plupart ont été abandonnés, parfois livrés aux vandales ou, en tout cas, ne sont plus entretenus et plus jamais aucune cérémonie n'y est organisée. Ces édifices sont tombés dans l'abandon. Personne ne s'est chargé de leur survie. A tel point même parfois que lorsqu'on on interroge les Administrations Communales ou les riverains, on trouve difficilement quelqu'un capable de répondre.

En ce qui concerne le volet «  soutien au personnel », il est évident que cela n'a plus le retentissement d'antan. C'est fatal. D'autant plus que le développement du Service Social a ramené les actions de l'Oeuvre au second plan.

Mais, néanmoins, les gratifications ou, ce que dans certains cas, il faut bien appeler les indemnités continuent à être prodiguées. Je rappelle encore une fois que l'Oeuvre compte plus de 60 années d'existence et que rares sont les associations de ce genre atteignent ce cap. Chaque année, on en compte qui disparaissent ou qui tombent en léthargie. Nous sommes encore loin du compte.

Je voudrais terminer en abordant les problèmes de LA POSTE. Après tout nous sommes une association de postiers et il ne convient donc pas de les esquiver.

Cependant, je pense qu'il faut faire preuve de beaucoup de prudence dans nos propos. Nous ne devons pas devenir le «  Mur des Lamentations de LA POSTE ».A l'inverse, personne ne nous demande non plus de devenir la courroie de transmission de la nouvelle direction. Nous n'avons pas non plus à nous muer en organisation syndicale: les syndicats sont là pour faire leur boulot, ils ont en main des éléments que nous n'avons pas et ils font tout ce qu'ils peuvent dans des conditions autrement difficiles que celles que nous avons connues.

Toutefois – et je reviens ici à un des buts poursuivis lors de la création – nous avons à nous montrer solidaires de nos collègues, de nos anciens collègues, de nos successeurs.

180px-Posthorn-echt

 

17:50 Écrit par P.B. dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.