23/11/2007

AWANS: DISCOURS PRONONCE LE 11 NOVEMBRE 2007 PAR LE BOURGMESTRE, ANDRE VRANCKEN.

 

Mesdames, messieurs,

 

Une nouvelle fois, nous voici réunis afin de commémorer l’armistice de la première guerre mondiale.  A un moment où notre société vit des moments difficiles, le découragement guette nos existences.

 

Pourtant, en ce jour d’anniversaire et de commémoration, pensons à ces hommes partis de chez eux sans savoir s’ils reverraient un jour leurs familles, au courage et à la force de caractère de ces soldats « morts pour la Patrie ».

Leur quotidien, pendant plusieurs mois ou de trop longues années, c’était l’enfer sur terre, un énorme va-et-vient de balles et d’obus ou autres projectiles mortels entre deux tranchées.

 

De tout temps, les hommes ont préféré regarder et juger, plutôt qu’écouter leurs sentiments et construire une véritable relation de paix et d’amour avec leurs semblables.

N’oublions pas qu’en 1933, pour citer un exemple parmi tant d’autres, un homme abominable a été élu au suffrage universel avec des millions de voix !  Il est parvenu à monter son peuple contre une race qu’il considérait comme inférieure à la sienne !

 

De telles situations existent encore de nos jours.  Des guerres sont encore menées sur base de critères raciaux.  Comme quoi, l’histoire n’est qu’un éternel recommencement.

 

Nous remarquons aussi que de nombreuses personnes se réfugient auprès de partis extrémistes à cause de la décadence de la société dans laquelle elles vivent.  La société serait-elle devenue dangereuse pour la société ?

 

Une attitude doit guider notre vie : nous devons, chacun, nous sentir responsable de notre société et de notre avenir de manière à prévenir et à enrayer de telles atrocités.

 

Nous devons, aussi, tous, redoubler de vigilance par rapport aux pseudo-solutions proposées par certains politiciens aux idées radicales.

 

Commémorer le 11 novembre, c’est accomplir notre devoir de mémoire à l’égard de ceux qui nous ont légué les valeurs de courage pour la défense de la nation et de la démocratie mais également du pacifisme. 

C’est aussi espérer, à travers leurs engagements, dans un avenir que l’on veut toujours meilleur et solidaire.

Le 11 novembre est le symbole d’une victoire : victoire de la démocratie mais aussi victoire de la paix sur une désastreuse guerre civile, entraînant une grande partie du monde dans son malheur.

 

Le devoir des élus consiste à toujours se servir des symboles pour marteler les causes de cette horreur absolue que représente la guerre.

Elles sont à nos yeux au nombre de trois : le nationalisme, la capacité économique, le fanatisme.

 

Notre réponse, en cette journée du souvenir, c’est le maintien de notre pays, la solidarité et le réaffermissement du tissu social, la liberté d’expression, l’éducation, le progrès.

 

Au nom de l’Administration communale, et en tant que Bourgmestre, permettez-moi de vous remercier pour votre présence fidèle en cette journée du souvenir.

 

Je vous remercie pour votre bonne attention.

 

 

Le Bourgmestre,

André Vrancken

15:15 Écrit par P.B. dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.